> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES (en EP) > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : Sport, EPS (doc. généraux) > Pour une éducation physique populaire de qualité (une tribune dans Libération (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Pour une éducation physique populaire de qualité (une tribune dans Libération à l’occasion des Rencontres nationales de l’Éducation populaire)

16 mars

Tribune
Pour une éducation physique populaire de qualité

Rencontres nationales de l’Éducation populaire
L’éducation physique s’appuie sur l’ensemble des pratiques disponibles qui sollicitent les conduites motrices de l’individu agissant. Sa place doit être centrale dans la formation de la personne.

Les discours politiques actuels marchandisent les pratiques physiques en organisant une ouverture non maîtrisée de l’école. (Aline Morcillo/Hans Lucas)

Du 17 au 19 mars, auront lieu à Poitiers les premières Rencontres nationales de l’éducation populaire. Une réponse politique, sociale et culturelle aux enjeux de demain. Libération, partenaire de l’événement, proposera le 18 mars à 20 h 30 une table ronde sur le sujet. A suivre sur notre site.
L’Association pour l’enseignement de l’EPS, les Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active et l’Union sportive de l’enseignement du premier degré sont trois espaces associatifs militants et démocratiques œuvrant dans le champ de l’éducation populaire, qui ont pour projet la promotion d’une éducation globale s’adressant à tous, fondée sur les valeurs d’émancipation, de coopération, de solidarité, de justice.

Agissant dans les domaines scolaire, périscolaire, de la culture et des loisirs, elles prônent l’idée d’une éducation et d’une culture corporelle fondamentale pour tous et pour chacun. C’est sur la base de ces convergences qu’elles proposent cette contribution aux Rencontres nationales de l’éducation populaire.

L’éducation physique s’appuie sur l’ensemble des pratiques physiques disponibles qui sollicitent les conduites motrices de l’individu agissant. Sa place doit être centrale dans la formation de la personne. Celle-ci est considérée dans sa globalité et, dans cette perspective, son corps n’est pas au service de son esprit mais en fait partie. Former corporellement, c’est donc prendre en compte de manière indissociable et complémentaire les dimensions affectives, cognitives, sociales et physiques du sujet.
Par Philippe Meirieu

Education populaire : de l’oxygène pour la démocratie
A l’heure où nous assistons à l’entretien de la confusion entre « sport » et EPS, nos projets visent le développement de l’appétence aux activités sportives et le plaisir de pratiquer par le biais de défis et de challenges dans lesquels la performance n’est là que pour créer les conditions d’efficience pour chacun.

Extrait de liberation.fr du 12.03.22

Répondre à cet article