> LES POSITIONS OZP > Décès de Francine Best, membre du Ca de l’OZP, et autrice d’un rapport de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Décès de Francine Best, membre du Ca de l’OZP, et autrice d’un rapport de l’Inspection générale sur les ZEP

11 avril

Nous apprenons avec beaucoup de tristesse le décès de Francine Best, à l’âge de 90 ans.
Francine Best, était membre du CA de l’OZP depuis sa création, participait régulièrement, tant qu’elle a pu se déplacer, aux rencontres et journées de l’OZP et nous avait encore récemment contactés pour nous renouveler ses encouragements.

Professeure agrégée de philosophie puis directrice d’école normale, elle a consacré une part décisive de son activité aux questions de formation des maîtres. Devenue IPR puis IGEN, directrice de l’INRP (Institut national de la recherche pédagogique) de 1982 à 1987, elle a joué un rôle important dans la réforme de la politique d’éducation initiée notamment par Gaston Mialaret et Louis Legrand. Refusant d’opposer instruction et éducation, didactique et pédagogie, elle a fortement soutenu le développement des activités d’éveil à l’école (particulièrement s’agissant de l’histoire et de la géographie) et a fortement contribué très tôt aux rapprochements entre l’université, notamment la recherche, et la formation.

Partisane infatigable de l’ouverture de l’institution, elle a présidé des associations nationales comme la JPA (Jeunesse au plein air), les Ceméa, le Gref (Groupement des éducateurs sans frontières) et a fortement milité en faveur de l’éducation aux Droits de l’Homme. Elle a beaucoup soutenu également, en tant que maire-adjointe, l’expérience de partenariat éducatif à Hérouville-Saint-Clair (Calvados) qui a inspiré les travaux ultérieurs sur les programmes éducatifs locaux. Elle n’a eu de cesse de rapprocher le travail scolaire et le travail conduit dans les associations d’éducation populaire en s’appuyant sur les travaux de Piaget et Wallon (dans le souci de développer les sciences de l’éducation) et sur tout l’héritage de l’éducation nouvelle.

Enfin, elle a toujours défendu l’éducation prioritaire et a rédigé en 1992 l’un des tout premiers rapports des Inspections générales sur cette politique, rapport dont les nombreuses recommandations apparaissent toujours d’une étonnante actualité.
Elle nous a alors consacré du temps pour nous expliciter sa vision du travail en ZEP.
Elle raconte de manière très intéressante son parcours intellectuel et professionnel dans une interview donnée à Danielle Zay

 

Décès de Francine Best, ancienne directrice de l’INRP
Le Monde daté du 10 avril annonce le décès de Francine Best. Elle était âgée de 90 ans. Agrégée de philosophie, elle a dirigé l’INRP (Institut national de recherche pédagogique de 1982 à 1988 avant d’être nommée inspectrice générale.

Sa notice wikipedia indique qu’elle a été "à l’origine de la création d’une section du Parti socialiste unifié (PSU) à Oran" et condamnée à mort par l’OAS. Elle est également à l’origine de la création de trois écoles ouvertes et d’un collège expérimental à Hérouville-Saint-Clair, ville dont elle était maire adjointe. Elle a été présidente des CEMEA et, plus tard, de la JPA (Jeunesse au plein air), vice présidente de la Commission nationale consultative des droits de l’homme et vice-présidente du Comité droits de l’homme de la Commission nationale française pour l’UNESCO. Elle était commandeur de la Légion d’honneur et grand officier dans l’ordre national du Mérite.

Sur son engagement pédagogique, voir notamment ToutEduc ici

Extrait de touteduc.fr du 10.04.22

 

Voir aussi du 19.04.22 Les archives de Francine Best sur l’éducation populaire, les Cemea, l’Inrp, l’Unesco sont consultables aux archives départementales du Val-de-Marne. D’autres rapports de F. Best sur des ZEP de l’Orne et des Vosges

Répondre à cet article