> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > PILOTAGE national, académ., local > Pilotage national > Pilot. national (Budget, Coût, Moyens) > Qu’est-ce que l’économie de l’éducation ? (avec le dédoublement comme exemple) (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Qu’est-ce que l’économie de l’éducation ? (avec le dédoublement comme exemple) (Eduveille)

17 juin

Qu’est-ce que l’économie de l’éducation ?
Eduveille, Ifé

[...] L’économie de l’éducation, entre science et expertise
En l’espace de soixante ans, l’éducation est devenue un sujet central pour les sciences économiques. Les économistes ont multiplié les analyses empiriques pour tester les hypothèses théoriques et surtout pour évaluer les politiques publiques. De ces travaux ressort que l’éducation est un investissement dont le rendement est élevé : les politiques éducatives sont ainsi devenues des outils majeurs du développement économique, et en particulier dans les régions du monde les plus pauvres. La Banque Mondiale, l’OCDE et l’Union Européenne en ont fait une priorité (Gurgand, 2005). En 2000, la stratégie de Lisbonne fondait tous ces espoirs dans les vertus d’une économie de la connaissance pour relancer la croissance des pays européens. Le couple économie-éducation est ainsi devenu une arme de décision politique majeure au niveau international. Non sans soulever bien des questions.

[...] Cette représentation sous-tend en France la promotion de nouvelles pratiques managériales (New Public Management) dans l’Éducation Nationale depuis le début des années 2000, notamment par le biais de la Loi Organique relative aux Lois de Finance (LOLF) à partir de 2001. La LOLF a introduit un modèle managérial de gestion par la performance, inspiré des entreprises privées. En d’autres termes, chaque politique publique se voit allouer des crédits auxquels correspondent des objectifs, évalués par des indicateurs. Cette budgétisation par programme est ainsi tournée vers les résultats de l’action publique et non vers les moyens matériels et humains qu’elle met en œuvre.
Produit de cette nouvelle pratique managériale, la politique de dédoublement des classes de CP et CE1 en zones d’éducation prioritaire révèle une efficacité limitée (Merle, 2022), alors que c’est l’ensemble du budget de l’École élémentaire en France qui devrait être révisé à la hausse tant il est plus restreint que ceux alloués dans les autres pays de l’OCDE : on compte en France 19,5 élèves par enseignant contre 15,4 en Allemagne ou 11,7 en Italie. Ces moyens limités contribuent à expliquer en partie les faibles compétences des élèves français aux évaluations internationales TIMSS. L’objectif louable de dépenser mieux n’exclut pas la nécessité de dépenser plus (Merle, 2022).

Extrait de eduveille.hypotheses.org du 15.06.22

Répondre à cet article