> EDUCATION. Généralités (hors EP) > Education. Généralités (Rapports officiels) > La mobilité résidentielle est plus fréquente chez les élèves issus de milieux (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La mobilité résidentielle est plus fréquente chez les élèves issus de milieux défavorisés (Depp)

22 juillet

Les mobilités résidentielles des élèves du premier degré, en collège et en seconde à la rentrée 2021
Note d’information Depp
n° 22.25 – Juillet 2022

À la rentrée 2021, 6,0 % des élèves du premier degré et 6,8 % de ceux scolarisés en
collège ou en classe de seconde ont changé de commune de résidence par rapport à la
rentrée 2020. Cette mobilité résidentielle est en hausse. Les débuts de cycle sont plus
propices aux mobilités, notamment l’entrée au collège. La mobilité est plus fréquente
chez les élèves issus de milieux défavorisés, mais la progression par rapport à l’année
précédente est plus importante parmi les plus favorisés. Tout comme les années
précédentes, les mobilités résidentielles s’opèrent le plus souvent entre zones urbaines.
Pour autant, les mobilités de l’urbain vers le rural sont plus fréquentes à l’école et en
début de collège, et les mobilités du rural vers l’urbain sont plus fréquentes lorsque
l’élève rentre au lycée.

Extrait de education.gouv.fr de juillet 2022

Répondre à cet article