> EDUCATION PRIORITAIRE (politique d’) > L’Ecole du futur > Ecole du futur : - "On met en marche les communautés éducatives plutôt que (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Ecole du futur : - "On met en marche les communautés éducatives plutôt que déverser des moyens » (Pap Ndiyae à la table ronde du Café) - Un reportage du Jdd

28 novembre 2022

"On met en marche les communautés éducatives plutôt que déverser des moyens »

[...] L’École du futur, un modèle progressiste…

« On a envie de vous croire, M. le ministre et pourtant on a envie de faire un diagnostic de l’École du présent avant de parler de l’École du futur », dit Laurence De Cock. « L’École du présent a tendance à confisquer les expertises venant du terrain. C’est une école qui réprime en particulier les militants Freinet ». Elle ajoute : « Dans ce programme de l’École du futur, il y a quelque chose qui va contre le pacte républicain. C’est difficile de dire qu’on va donner (les subventions du Fonds d’innovation pédagogique) à ceux qui méritent et rien à ceux qui n’ont pas présenté de projet… Cela s’inscrit dans un modèle néo-libéral concurrentiel qui considère que l’émancipation se fait dans la concurrence ». Elle invite à doter les écoles et établissements d’un « plan Marshall » pour tous.

« Il n’y aura ni gagnants ni perdants », répond le ministre. « L’École du futur ne sera pas dans une histoire néolibérale. Il faut la placer dans une histoire progressiste d’innovation par le bas qui a eu ses moments forts après 1968 et 1881… L’intérêt (de l’École du futur) c’est le but, mais aussi la démarche. On met en marche les communautés éducatives plutôt que déverser des moyens »

Extrait de cafepedagogique.net du 28.11.22

 

« Chacun progresse à son rythme » : le JDD a visité l’école du futur à Marseille
ENQUÊTE. A Marseille, un établissement sur huit expérimente la «  révolution  » pédagogique promise par Emmanuel Macron. Classes au mobilier flexible, ouverture aux familles, ateliers nature élargissent l’horizon des élèves et des enseignants.

[...] Dans la deuxième ville de France, où le taux de pauvreté dépasse 50% dans certains quartiers, une école sur huit (59 au total) s’est lancée dans cette aventure qui concerne environ 11000 élèves et 690 enseignants. Elles ont été choisies pour leur motivation, leur démarche innovante et les progrès attendus en termes d’apprentissage. « On est parti des besoins exprimés par les établissements, assure Vincent Stanek, le directeur académique des Bouches-du-Rhône. Et on essaie de les accompagner pas à pas. » Finies, les consignes venues d’en haut, les initiatives émanent de la base. La fameuse « révolution copernicienne » vantée par le chef de l’État.

Projets personnalisés
Sports, développement durable, langues vivantes, sciences, espaces apprenants, arts et culture… Chacun décline son propre projet. Premier « laboratoire » visité par le JDD : la maternelle Villette Fonscolombe, située en réseau d’éducation prioritaire, comme 80% des établissements retenus.
[...] L’expérimentation doit être évaluée par l’Education nationale. [...] Mais déjà, place à la généralisation, grâce au fonds d’innovation annoncé en août. Dans la cité phocéenne, 8 nouvelles écoles publiques, 5 collèges (sur25) e 3 lycées (sur 18) seraient volontaires pour l’instant.

Extrait de lejdd.fr du 28.11.22

Répondre à cet article