> EDUCATION PRIORITAIRE > L’Ecole du futur > Dans une tribune au Café, Yannick Trigance (PS) critique l’Ecole du futur, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans une tribune au Café, Yannick Trigance (PS) critique l’Ecole du futur, "l’autonomie" dans le recrutement et le « New Public Management »

27 septembre

Tribune : Yannick Trigance : Monsieur le Président, votre « New Management Public » n’est pas notre « Ecole du futur » !
Le Président de la République a fait de son « Ecole du futur » expérimentée à Marseille l’alpha et l’oméga de sa politique éducative et de sa vision de notre système d’enseignement pour les années à venir.
Directement inspirée du « New Public Management » notamment promue par Jean-Michel Blanquer dans son livre « L’école de demain » publié en 2016, cette approche très libérale du système scolaire repose sur le principe de « l’autonomie » qui dans les faits ne contribue en rien à la lutte contre les inégalités mais qui, bien au contraire, exacerbe la compétition entre les élèves, les équipes pédagogiques et les établissements scolaires.

« L’autonomie » dans le recrutement des enseignants ne correspond à aucune demande ni revendication des chefs d’établissements et des directeurs d’école bien trop occupés, voire débordés, par l’accumulation des tâches et des responsabilités qui rendent cette fonction de plus en plus complexe et chronophage. De surcroît, la plus-value d’un tel processus de recrutement reste encore largement à démontrer –la Suède en est un exemple significatif.

Cette mesure injonctive vient d’autre part percuter la soi-disant volonté du Président de la République de ne plus procéder à des réformes « descendantes » et de prendre en compte les aspirations, le vécu et les attentes des équipes pédagogiques de terrain.

En reproduisant avec obstination la même méthode que celle utilisée par le ministre Blanquer, à savoir l’injonction systématique, voire autoritariste appliquée par exemple pour la réforme du lycée ou de Parcoursup, le Président de la République renforce une gestion verticale méprisante, infantilisante pour des enseignants constamment soumis à des décisions auxquelles ils n’ont ni de près, ni de loin participé mais qu’ils doivent mettre en œuvre sans aucun état d’âme.

Cette « autonomie » dans le recrutement contribuera par ailleurs à renforcer une forme de séparation, de ghettoïsation et d’entre soi sous l’effet d’une concentration d’enseignants les moins expérimentés et les moins formés dans les établissements les plus en difficultés où le « turn-over » des équipes est particulièrement élevé – souvent en éducation prioritaire – quand dans le même temps les enseignants les plus aguerris vont immanquablement exercer dans des territoires où les difficultés sociales, scolaires et économiques sont moindres.

Cette libéralisation du processus de recrutement des professionnels de l’enseignement rejaillira sur la mixité sociale et scolaire au sein même des établissements avec une accentuation certaine de la « fuite » des élèves vers le privé ou vers des établissements publics via des dérogations, traduisant ainsi l’inquiétude légitime des parents face à des équipes éducatives inexpérimentées, instables ou encore recrutées à l’issue d’un « job-dating » de 30 minutes et sans aucune formation digne de ce nom.

Au final, ce « New Public Management » marque une étape supplémentaire vers le démantèlement du service public d’enseignement. Il s’inscrit par ailleurs dans un désengagement progressif affirmé et assumé de l’Etat qui, sous couvert d’une adaptation aux réalités locales du terrain, contribue au développement d’un consumérisme et d’une marchandisation de l’offre éducative.

A rebours de ce projet qui s’installe dangereusement au détriment des élèves les plus fragiles et souvent issus des milieux les plus modestes, il nous appartient de porter le projet d’une Ecole de la République juste pour tous, exigeante pour chacun, une école de la coopération et non de la compétition, une école qui valorise et qui encourage, dans une logique d’alliance éducative propice à l’émancipation individuelle et à la démocratisation de la réussite.

Yannick Trigance
Conseiller régional Ile-de-France
Secrétaire national PS Ecole, Education et Accès aux savoirs

Extrait de cafepedagogiue.net du 26.09.22

 

Voir :
la sous-rubrique L’Ecole du futur
le mot-clé Ecole du Futur (gr 5)/

Répondre à cet article