> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES (en EP) > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Maths et Sciences) > B* Lutter contre les stéréotypes de genre en mathématiques au collège REP (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Lutter contre les stéréotypes de genre en mathématiques au collège REP Anatole France de Limoges (ExpéNO6e)

19 janvier

Expé Nouvelle Orga 6ème. Lutter contre les stéréotypes de genre en mathématiques au collège

QUOI ?

Il s’agit de créer des groupes dans 2 classes de 6èmes en mathématiques. Un groupe garçons et un groupe filles (groupes "action"). L’intérêt est de pouvoir les comparer avec les 2 autres classes du collège qui resteraient en formation traditionnelle (groupe "témoin") et d’en tirer des enseignements à la fois sur les résultats et sur les comportements.

Expérimentation

https://www.education.gouv.fr/bo/2000/hs10/hs10.htm#interactions

QUI ?

2 membre(s) dans l’équipe

• Une étude de l’Ined précise l’origine des différences de niveau en mathématiques entre les filles et les garçons, en France. Ecart inné ou acquis ?
La grande force de cette étude est la taille du panel étudié. Les données utilisées par l’INED sont issues de l’enquête ELFE (étude longitudinale française depuis l’enfance) qui suit 18.000 enfants nés en 2011 sur 20 ans.

• Le fossé s’agrandit encore à la fin du collège pour atteindre les 30% sur cette même catégorie sociale. « À partir du collège, la motivation pour les études et la confiance des filles dans leurs capacités diminuent », précise l’Insee dans son étude transversale.

- Les participants

• 50 élève(s)
• 2 enseignant(s)
• 0 autre(s) participant(s)

OÙ ?

ANATOLE FRANCE, Limoges (87), académie de Limoges (022)

Collège - 6ème

Le collège Anatole France est situé en zone d’éducation prioritaire où les données montrent que les stéréotypes de genre sont encore plus forts.

• 1 académie(s)
• 1 établissement(s)
• 2 classe(s)

POURQUOI ?

- Problème identifié

La différence de niveau en maths, déjà significative en CP, se creuse avec le temps. Les garçons obtiennent en moyenne des résultats supérieurs aux évaluations de sixième, comme le montre l’Insee dans une étude globale publiée en 2022. L’écart passe ainsi par exemple de 1,2% à 19,6% entre l’école élémentaire et l’entrée au collège, pour les enfants défavorisés, catégorie où le phénomène est le plus marquant.

QUAND ?

Du 04/09/2023 Au 05/07/2024

COMMENT ?

Il s’agit de créer des groupes dans 2 classes de 6èmes en mathématiques. Un groupe garçons et un groupe filles (groupes "action"). Les groupes ne se croisent pas et ont chacun leur enseignant.

- Modalités de mise en œuvre

L’intérêt est de pouvoir les comparer avec les 2 autres classes du collège qui resteraient en formation traditionnelle (groupe "témoin") et d’en tirer des enseignements à la fois sur les résultats et sur les comportements.

QUEL BILAN ?

- Modalités d’évaluation

• Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique

Evaluation par les deux enseignants (un homme et une femme) qui pratiquent la co-construction de leurs progressions.

• Évaluation interne à l’Éducation nationale

Grâce à l’appui de l’IA-IPR de mathématiques et d’un groupe de réflexion sur les stéréotypes de genres.

ET APRÈS ?

Depuis 2022, le collège Anatole France fait partie d’une cité éducative.

- Développement et suite de l’action

L’expérimentation pourrait ensuite se poursuivre avec les mêmes cohortes jusqu’en 3ème. Nous pourrions ainsi étudier les effets sur l’orientation vers les filières scientifiques.

Elle pourrait aussi s’élargir au 2ème collège de la cité éducative.

Extrait d’Innovathèque du 11.01.23

Répondre à cet article