> VI- PÉDAGOGIE(S) (Innovation et CNR, Disciplines, Espaces, ACTIONS LOCALES) > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Langue écrite et Lettres) > B* Lire et étudier « Alice au pays des merveilles » de Lewis Caroll en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Lire et étudier « Alice au pays des merveilles » de Lewis Caroll en classe de 5ème, séquence expérimentée au collège REP Joliot-Curie de Lallaing (Nord)

4 avril 2023

Pourquoi lire et étudier « Alice au pays des merveilles » de Lewis Caroll en classe de 5ème ?

Présentation

Quelques professeurs de l’académie de Lille ont bien voulu présenter des œuvres ou des textes qu’ils ont choisi d’étudier avec leurs élèves ainsi que les enjeux de formation personnelle et littéraire qui justifient leur étude. Caroline Steinmetz, enseignante au collège Carnot de Lille et Mélanie Bardot, enseignante au collège [REP] Joliot-Curie de Lallaing nous présentent Alice au Pays des Merveilles, de Lewis Caroll

L’histoire d’une quête d’identité : Quels textes étudier avec les élèves pour appréhender la quête d’identité d’Alice ?

- Lecture analytique 1 – Extrait du chapitre 5 : La rencontre avec le ver à soie : le soulèvement de la quête d’identité du personnage

Objectifs :

• Montrer que le Pays des merveilles est le monde de l’interrogation, du questionnement et de la remise en question de l’identité de l’héroïne.
• Montrer que cette rencontre tend à devenir une véritable confrontation entre les personnages

Pour entrer dans l’étude d’Alice au pays des merveilles, les élèves analyseront non pas le début de l’œuvre, mais un extrait du chapitre 4 qui raconte la rencontre entre Alice et le ver à soie. Commencer par l’étude d’un extrait arrivant plus tardivement dans l’œuvre est ici stratégique car de cette rencontre va émerger la question de la quête d’identité d’Alice qui est au cœur de la problématique de l’œuvre.

Notre héroïne s’est déjà métamorphosée à plusieurs reprises et lorsque la chenille lui pose la question « Qui es-tu ? », Alice est incapable de répondre. Son identité a été comme dissoute au pays des merveilles en raison des multiples transformations subies. Alice cherche vraiment à savoir qui elle est. Le pays des merveilles tend donc à devenir le monde de l’interrogation et du questionnement, à l’instar de son titre original Alice in Wonderland, « to wonder » signifiant avant toute chose s’interroger, se questionner. La chenille nous invite donc à une véritable réflexion sur l’identité du personnage. Cependant, on comprend d’emblée que cette quête d’identité sera très compliquée pour Alice. La chenille se montre désagréable et insultante envers notre héroïne.

- Lecture analytique 2 – Extraits des chapitres 1 et 2, l’influence des métamorphoses sur la quête d’identité d’Alice.

Objectifs :

• Appréhender la dimension onirique (cauchemardesque ?) du pays des merveilles.
• Analyser l’impact des métamorphoses et du merveilleux sur la quête d’identité d’Alice : celle-ci change d’état en permanence et se pose des questions sur qui elle est.

Pour appréhender le rôle du merveilleux dans la quête d’identité d’Alice, on peut proposer aux élèves des extraits des chapitres un et deux racontant les premiers pas d’Alice au pays des merveilles.

Alors que la traduction française du titre suggère l’entrée dans un monde onirique positif, on se rend compte qu’Alice arrive en plein cauchemar. La référence à la longue pièce, au plafond bas, à l’espace clos qui contient de nombreuses portes qui ne peuvent être ouvertes, tendent à créer un univers cauchemardesque. Le seul élément positif dans ce pays est le jardin d’une beauté exceptionnelle qui ne peut malheureusement être atteint que par une porte dont la taille est accessible à notre héroïne.

De plus, dès lors qu’Alice essaye de trouver une solution pour sortir de ce cauchemar, un nouvel obstacle apparaît. Alice boit la fiole, change de taille pour passer la porte mais en oublie la clé et se retrouve face à une nouvelle difficulté au pays des merveilles. La métamorphose est certes une solution mais elle entraîne d’autres difficultés qui provoquent la souffrance de notre héroïne.

- Lecture transversale – L’évolution des métamorphoses au Pays des merveilles

Démarche proposée :

Les élèves doivent choisir un extrait dans l’œuvre racontant une métamorphose d’Alice.
Ils doivent analyser cette métamorphose en la comparant avec le texte étudié précédemment :

• Dans quel contexte la métamorphose a-t-elle lieu ?
• Cette métamorphose ressemble-t-elle à celle étudiée ?
• Est-elle un bienfait ou un méfait pour Alice ?
• Quel(s) impact(s) cette métamorphose a-t-elle sur la quête d’identité d’Alice ?

Pourquoi mener cette activité ?

• Montrer que la métamorphose met à l’épreuve le personnage d’Alice.
• Montrer l’évolution du personnage d’Alice en mettant en relief l’impact des métamorphoses sur la prise de conscience du personnage.

- Lecture analytique 3 – Extrait du chapitre 3 : La rencontre avec la Simili-tortue : un langage auquel Alice doit se confronter ?

Objectifs :

• Percevoir et comprendre les jeux de mots.
• Analyser la confrontation d’Alice au langage du Pays des merveilles.
• Comprendre la dimension satirique de l’auteur à l’égard de la société anglaise (critique du système éducatif).

Dans un deuxième temps, il convient d’amener les élèves à étudier la quête d’identité du personnage dans et par le langage absurde. Pour cela, on peut proposer la rencontre entre Alice et la simili-tortue. Au pays des merveilles, les histoires commencent, mais ne se finissent jamais, à l’instar de cette rencontre entre Alice et la tortue.

Alors que la simili-tortue s’apprête à raconter comment elle s’est métamorphosée, celle-ci digresse pour parler du système éducatif au pays des merveilles. Les jeux de langage abondent dans le texte : contrepèteries, jeux de sonorité ou d’homophonie, créent une dimension comique et absurde car au pays des merveilles, on n’apprend pas à dessiner, peindre à l’huile, on n’étudie pas le grec ou le latin, mais on apprend à dédaigner, feindre à l’huître, on étudie la grève et le larcin.

Cela permet à Lewis Carroll de mener à bien une satire sociétale et notamment du système éducatif anglais. Mais face aux incompréhensions d’Alice, les personnages se montrent désagréables, odieux même. Alice se confronte à un langage donc elle ne connaît pas les codes et qu’elle ne maîtrise pas, mais auquel elle doit apprendre à s’adapter

- Lecture analytique 4 – Extrait du chapitre 6 : la rencontre avec le chapelier et le Lièvre de Mars : un thé (de fous) agréable ?

Objectifs :

• Analyser l’absurdité du langage du Chapelier fou et du Lièvre de Mars auquel Alice doit se confronter.
• Mettre en évidence l’opposition d’Alice à l’absurdité du langage des deux personnages.

Afin d’appréhender la question de la quête d’identité dans et par le langage, on peut étudier un extrait du chapitre six qui raconte la rencontre entre Alice, le chapelier fou et le lièvre de mars. On peut mettre en avant l’absurdité du langage du chapelier fou et du lièvre de mars. En effet, dans cet extrait, il y a des tas d’énigmes auxquelles il n’y a aucune réponse, par exemple, lorsque le chapelier pose la question « Pourquoi une pie ressemble-t-elle à un pupitre ? » ou alors des situations totalement absurdes comme par exemple lorsque le lièvre propose Alice de prendre du vin alors qu’il n’y en a pas.

Cependant, dans cet extrait six, Alice s’agace, commence à se révolter face aux énigmes du chapelier fou et face à son incompréhension. Cette scène tend donc à devenir une véritable confrontation pour Alice et on peut noter une évolution dans l’attitude du personnage. Celle-ci s’agace face à ce langage auquel elle n’a pas accès et auquel pourtant elle doit s’adapter.

- Lecture analytique 5 – Extrait du chapitre 3 : la rencontre avec le Lapin blanc, un enfer pour Alice ?

Objectifs :

• Appréhender le Pays des merveilles comme un univers violent, dans lequel le personnage souffre.
• Analyser la mise à l’épreuve du personnage et l’évolution d’Alice suite à cela.
• Comprendre la dimension satirique de Lewis Carroll à l’égard de la société coloniale de son époque.

Afin d’appréhender la quête d’identité de notre héroïne, un extrait du chapitre trois est proposé aux élèves. Dans cet extrait, Alice, dans la maison du lapin blanc, va se métamorphoser et devenir une véritable géante. Dès lors, le lapin blanc va tenter de faire sortir Alice ; il va essayer de mettre le feu à sa maison et va demander à ses compagnons de caillasser notre héroïne.

On voit alors que le pays des merveilles ne correspond absolument pas à nos attentes. C’est un univers d’une extrême violence dans lequel le personnage principal souffre énormément. Alice est mise à l’épreuve dans cet univers cauchemardesque. Le lapin blanc tend à devenir un véritable tyran qui va être à l’origine de la souffrance de notre héroïne.

Face à cette souffrance. Alice va évoluer grandir et cela va lui permettre de prendre son envol final.

- Lecture comparée – Étude comparative entre le début et la fin de l’œuvre

Objectifs :

• Montrer l’évolution d’Alice, entre ce qu’elle était au début de l’œuvre et ce qu’elle est devenue.
• Mettre en évidence l’absurdité du procès et analyser l’opposition d’Alice aux personnages du pays des merveilles.

Afin d’inviter les élèves à avoir un regard réflexif sur le parcours d’Alice on peut leur proposer d’étudier deux extraits du roman : le début et la fin de l’œuvre.

Au début, Alice est dans un état naïf. C’est une jeune fille dénuée de tout esprit critique qui pose des questions sans aucune logique et qui ne fait pas preuve de raisonnement. En revanche, on se rend compte à la fin qu’elle a une personnalité beaucoup plus éclairée. Lors du procès final, Alice parle très peu, mais justement ses prises de parole sont extrêmement importantes. Alice dénonce les incohérences et l’absurdité du procès.

Cependant, cette absurdité est à l’image de son propre raisonnement au début de l’œuvre. Alice peut donc quelque part dénoncer ses propres absurdités, elle se montre dorénavant mature, réfléchie. À la fin, lorsqu’Alice grandit, elle retrouve sa taille normale. C’est comme si cette métamorphose finale reflétait l’évolution d’Alice qui a grandi tout au long de l’œuvre.

Voir sur Genially

- Création du journal de lecture pour appréhender la quête d’identité

1) Une quête d’identité à travers le merveilleux

• Le merveilleux, un monde qui étonne et interroge.
• Les métamorphoses d’Alice comme symbole du doute et le recherche d’identité.
• Une expérience de la dissolution de l’identité du personnage.

2) Une quête d’identité dans et par le langage absurde

• Un langage qui pousse une héroïne naïve dans ses retranchements…
• L’amène à changer son regard sur le monde…
• Et lui permet ainsi de se libérer peu à peu des codes et règles de son époque.

3) Une identité toujours en quête ?

• Chute d’Alice dans un univers cauchemardesque.
• Un monde en éternel mouvance.
• Annonciateur d’une quête sans fin et donc insoluble.

Appréhender la quête d’identité d’Alice grâce à la rédaction d’un journal de lecture

Chaque élève se met à la place d’Alice et imagine le journal qu’elle pourrait tenir lors de son voyage au pays des merveilles. Ce journal pourra prendre deux formes :

1) un format numérique : utilisation de la fonction « Blog » de l’ENT.
2) un format papier : utilisation d’un petit cahier en accompagnement.

Le journal de lecture est :

• Un support symbolique de la quête d’identité du personnage, qui permet de :
◦ Retranscrire les interrogations inhérentes à la quête d’identité d’Alice ;
◦ Effectuer un retour sur soi grâce à l’écriture autobiographique et la forme du libre du journal ;
◦ Montrer l’évolution du personnage.

• Une ressource à exploiter tout au long de la séquence
◦ Un accompagnement à la lecture ;
◦ Un support d’écriture ;
◦ Une base de réflexion dans les étapes de lecture.

Travaux pouvant être réalisés dans le journal de lecture

1) Les écrits qui accompagnent la lecture intégrale de l’œuvre.

• Raconter/ résumer l’histoire en se mettant à la place d’Alice
• Exprimer les sentiments
• Réaliser une illustration
• Prendre des notes

2) Les écrits de synthèses dans le cadre des lectures analytiques

• Texte « La rencontre avec le vers à soie », extrait du chapitre 5

◦ Alice donne ses impressions sur le ver à soie et raconte ce qu’elle a appris de cette rencontre.
◦ Pour les élèves plus en difficultés : Alice réalise un dessin du ver à soie, en étant la plus fidèle à ce qu’il s’est passé et au caractère du personnage

• Texte « La première métamorphose d’Alice », extrait des chapitres 1-2

◦ Alice s’interroge sur les raisons de ses métamorphoses incessantes : elle y revient dans son journal. Vous emploierez les expressions suivantes « je m’étonne, je me demande, je m’émerveille…. »
◦ Pour les élèves en difficultés : Alice se demande si elle aime vraiment se métamorphoser. Elle l’explique dans son journal. Elle peut commencer en disant « Oh comme j’aime me métamorphoser ! » ou « J’en ai assez de me métamorphoser ». Elle explique ses raisons.

• Texte « Un thé de fous « , extrait du chapitre 7

◦ Alice s’interroge sur ce qu’elle a ressenti en rencontrant le Lièvre de Mars et le Chapelier fou. Elle analyse ce ressenti en s’expliquant. Vous pourrez commencer par « Aujourd’hui, je me suis vraiment sentie…. »
◦ Réalisez une lecture expressive du texte. Vous mettrez en relief les émotions et sentiments du personnage. (pour les élèves qui utilisent le format papier, l’enregistrement peut apparaître dans le cahier sous la forme d’un QR-code).

• Texte « Chez le lapin blanc », extrait du chapitre 4

◦ Alice réalise un petit journal du lapin dans son journal. Elle l’annote afin de se souvenir de ses choix de réalisation.
◦ Pour les élèves en difficultés : Alice est fatiguée après sa rencontre avec le Lapin blanc. Elle note simplement dans son journal une liste de mots qui lui semblent importants pour raconter ce moment

3) Les écrits d’imagination :

• La nouvelle métamorphose d’Alice

Alice se retrouve coincée dans un nouvel endroit au Pays des merveilles. Seule la métamorphose lui permettra de s’échapper. Elle raconte cette aventure dans son journal.
Ce travail fait suite à l’analyse du texte de la première métamorphose et du travail sur l’œuvre intégrale consacrée à l’impact des métamorphoses sur Alice.
Les élèves doivent raconter la métamorphose en détails (un travail de vocabulaire sur la métamorphose est réalisé afin d’aider les élèves dans l’écriture).
Les élèves doivent également décrire l’endroit où Alice se trouve et imaginer une façon de s’échapper.
Ils doivent retranscrire la souffrance d’Alice.

• Une nouvelle rencontre pour Alice

Alice a fait une nouvelle rencontre au Pays des merveilles. Elle la raconte dans son journal.
◦ Les élèves doivent d’abord synthétiser leurs connaissances sur les rencontres avec les personnages du pays des merveilles (attitude des personnages ? sentiments d’Alice ?).
◦ Ils doivent ensuite imaginer des personnages à partir d’objets de la vie quotidienne. Ils peuvent récupérer des objets de la maison, de la cuisine, des jouets… et les personnifier. Les élèves doivent leur donner un nom.
◦ Enfin ils doivent imaginer une petite histoire où Alice entre en scène en manifestant leur interprétation de l’œuvre (confrontation, souffrance du personnage, absurdité du langage des personnages, etc).

• L’histoire racontée à la Simili-Tortue

Réalisation de l’écrit suivant : « Aujourd’hui j’ai aussi raconté une histoire à la Simili-Tortue. C’est l’histoire de… »
Alice va raconter une histoire qu’elle connaît à la Simili-Tortue. Mais elle va raconter cette histoire à la manière du personnage du Pays des merveilles.
Dans un premier temps, les élèves doivent résumer une histoire qu’ils connaissent. Dans un deuxième temps, ils devront raconter l’histoire par le biais d’Alice. Enfin, ils devront modifier l’histoire en jouant sur les mots (contrepètries, jeux sur l’homophonie à la manière du Prince de Motordu).

4) Bilans réflexifs sur « la quête d’identité » d’Alice :

• Imaginer la seconde rencontre avec la chenille.

Avant de revenir dans le monde réel Alice retrouve le ver à soie. Il lui pose à nouveau la question « Qui es-tu ? ».
a) Les élèves doivent d’abord imaginer la réponse d’Alice, grâce à la lecture intégrale de l’œuvre et en utilisant les éléments étudiés en cours. Les élèves devraient mettre en relief l’évolution d’Alice, notamment le fait qu’elle ait grandi, qu’elle soit sûre d’elle, qu’elle soit plus réfléchie.
b) Facultatif : Les élèves doivent réaliser une nouvelle illustration d’Alice et du ver à soie en mettant en relief l’évolution de l’héroïne.
c) Facultatif : Les élèves peuvent enregistrer le dialogue à l’aide d’un dictaphone.

• « Si mes aventures étaient contées, quel titre pourrait-on donner ? »

Alice se pose la question « Si mes aventures étaient contées, quel titre pourrait-on donner ? » Vous justifierez votre réponse de manière précise en vous appuyant sur le texte.
◦ Les élèves doivent imaginer un titre qui reflètera leur interprétation de l’œuvre.
◦ Ils doivent ensuite expliquer le choix du titre et s’appuyer sur leur lecture de l’œuvre et sur les lectures analytiques pour se justifier.

• Réalisation d’une première de couverture du « journal ».

Alice décide de réaliser un dessin pour la couverture de son journal.
◦ Les élèves doivent réaliser un dessin qui reflètera leur interprétation de l’œuvre.
◦ Ils devront ensuite justifier leurs choix d’interprétations sur une feuille annexe, en s’appuyant sur des éléments précis de l’œuvre.

• Le regard d’Alice adulte sur son aventure.

Alice est devenue adulte. Elle relit son journal et décide de réaliser un dernier écrit. Elle analyse son aventure et porte un regard sur celle qu’elle était à l’époque.
◦ Les élèves doivent manifester leur compréhension et interprétation de l’œuvre.
◦ Ils devront analyser la vision donnée du personnage d’Alice dans l’œuvre et retranscrire son évolution.

Extrait de pedagogie.ac-lille.fr/lettres du 10.03.23

 

Lallaing : exemple de recherche plein texte sur un nom de ville peu courant

Répondre à cet article