> AGENDA > Archives de 2 600 articles non indexés (2005-2008) > année 2007 > février 2007 > 13.02.07 - Nouveaux commentaires sur le programme éducatif de Ségolène (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

13.02.07 - Nouveaux commentaires sur le programme éducatif de Ségolène Royal

13 février 2007 Version imprimable de cet article Version imprimable
  Sommaire  

Extrait du Monde du 12.02.07 : Mme Royal propose une carte scolaire revue pour associer mixité sociale et choix des parents

En saluant les "enseignants qui se battent en première ligne" et en assurant que "l’éducation sera au coeur de tout et avant tout", la candidate a affirmé une priorité, accompagnée d’annonces dont elle entend préciser les modalités les 15 et 16 février.

La carte scolaire sera bien "révisée", mais ce sera pour "supprimer les ghettos scolaires" et "assurer la mixité sociale". Les parents auront "le choix entre plusieurs établissements" dans le cadre de secteurs scolaires "plus hétérogènes". La candidate a annoncé qu’elle voulait "implanter des classes préparatoires aux grandes écoles dans les quartiers qui en sont dépourvus".

La scolarisation obligatoire "dès 3 ans", la mise en place d’un "service public de la petite enfance" et d’un "soutien scolaire gratuit pour tous les élèves" figuraient déjà dans le projet socialiste, même si, sur ce dernier point, Mme Royal a évoqué la création d’un "corps de répétiteurs". La candidate a confirmé son projet consistant à envisager, "lorsque ce sera nécessaire, la présence d’un deuxième adulte dans les classes".
Dans le même esprit, elle a indiqué qu’un "nouveau métier sera créé pour renforcer la discipline".
Le "pacte" prévoit de "limiter à 17 le nombre d’élèves par classe en CP et en CE1 dans les ZEP". Sur le thème de la délinquance des mineurs, la candidate a réaffirmé son souhait de développer des "centres éducatifs renforcés, si besoin avec un encadrement militaire", tout en prônant le "recrutement de juges des enfants, d’éducateurs et de greffiers".

Enfin, elle a promis le doublement de l’allocation de rentrée scolaire (actuellement de 268 euros par enfant). Concernant l’enseignement supérieur, Ségolène Royal a promis une loi de programmation qui porterait "en cinq ans la dépense par étudiant au niveau de la moyenne des pays de l’OCDE" et souhaite renforcer l’autonomie des universités et créer un service public de l’orientation.
Luc Cédelle

 -------------------

Extrait de "20 minutes" du 12.02.07 : Les propositions « ségolénistes » déchiffrées en vingt points

(...)

EGALITE SCOLAIRE

16 Soutien gratuit, davantage d’adultes, carte scolaire révisée

Ces points mériteront des éclaircissements. « Renforcer la présence adulte dans les établissements » ou « organiser le soutien scolaire gratuit pour tous les élèves grâce à des répétiteurs » peut avoir un coût extrêmement élevé. « Si Ségolène Royal précise que ces postes seront confiés à des bénéficiaires d’emplois-parents ou d’allocations autonomie, cela devient réaliste. Sinon, le coût sera explosif », estime Jean-Damien Po.

 ---------------------

Extrait de RFI du 13.02.07 : Royal-Sarkozy : projet contre projet

A un mois d’intervalle, les deux principaux concurrents en lice pour l’élection présidentielle, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, ont présenté leur projet pour la France. Ils peuvent désormais débattre à armes égales. On retrouve dans ces deux programmes des thèmes communs comme la valeur du travail, le droit au logement, la revalorisation des retraites, que chacun décline à sa façon.

(...)
L’éducation

Ségolène Royal est favorable au redécoupage de la carte scolaire pour « favoriser la mixité sociale ». Elle souhaite également le renforcement de la présence des adultes dans les établissements difficiles, la limitation du nombre d’élèves par classe dans les zones d’éducation prioritaires, la création d’emplois-parents dans les quartiers sensibles, le doublement de l’allocation de rentrée scolaire pour assurer vraiment la gratuité de l’école. Elle veut rendre la scolarité obligatoire dès l’âge de 3 ans.
Elle préconise aussi de mettre en place le soutien scolaire gratuit et des mini-internats urbains pour les élèves qui ont « décroché de l’école ».

Nicolas Sarkozy désire, quant à lui, que tous les enfants dont les parents travaillent puissent bénéficier d’études surveillées à l’école pour faire leurs devoirs. Il préconise la création d’internats d’excellence pour les enfants défavorisés qui n’ont pas l’environnement familial ou social leur permettant de poursuivre sereinement leurs études.

Répondre à cet article