> ACTEURS et PARTENAIRES > Prof. Référents et Assist. pédag. > Prof. référents et AP (Dossiers et Guides, Actes) > "Les professeurs référents en Réseau Ambition Réussite" (Rencontre OZP du 6 (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Les professeurs référents en Réseau Ambition Réussite" (Rencontre OZP du 6 octobre 2010)

8 octobre 2010

-----LES RENCONTRES DE L’OZP-----

n° 8 - octobre 2010

Les professeurs référents en Réseau Ambition Réussite

Compte rendu de la réunion publique du 6 octobre 2010

 

Créés en même temps que les Réseaux Ambition Réussite (RAR) en mars 2006, les professeurs référents (ou professeurs ressources ou d’appui ou supplémentaires) sont-ils devenus de simples moyens supplémentaires ou bien ont-ils contribué à la diffusion de pratiques efficaces au-delà du cercle des militants pédagogiques ?
Les échanges entre une quinzaine de référents, presque tous d’Ile-de-France ont montré combien l’incertitude sur l’avenir des RAR est mal vécue sur le terrain. L’engagement fort qu’ils revendiquent et la certitude d’avoir fait un bon travail contraste avec l’amertume envers une institution instable dans ses priorités et qui ne reconnaît pas le travail accompli.
Un exposé de François-Régis Guillaume, membre du bureau de l’OZP et animateur de la réunion, introduit le débat.

Introduction

En mars 2006, l’OZP a approuvé, avec des réserves, la création des RAR, principalement en raison de l’institution des professeurs référents : pour la première fois depuis la disparition des enseignants supplémentaires des écoles de ZEP au début des années 90, une ressource significative était affectée à autre chose qu’à la diminution du nombre d’élèves par classe.

Les réserves portaient sur :
 l’effacement du premier degré ;
 la mise en œuvre précipitée ;
 les facilités d’exfiltrer les meilleurs élèves.

Une réforme ambitieuse, une mise en œuvre défaillante
L’objectif principal de la création des RAR était de parvenir, dans les établissements les plus en difficulté, à un progrès sensible dans les apprentissages des élèves grâce à une évolution des pratiques pédagogiques et pas seulement par une transformation du climat. Le dernier rapport des deux inspections générales (septembre 2010) définit ainsi les ambitions des RAR :
« Enseigner mieux, c’est-à-dire autrement et de façon appropriée à leurs publics »
« Assurer la cohérence entre les disciplines et une continuité du début à la fin de la scolarité. »

La mise en oeuvre précipitée est contradictoire avec ce niveau d’ambition. Les réserves de l’OZP se sont avérées justifiées. En particulier, le recrutement des référents a été défaillant. On peut estimer à près d’un tiers la proportion de TZR ou de professeurs en surnombre dans leur discipline.

L’OZP a souligné que c’étaient les réseaux déjà engagés dans une démarche de projet qui ont été capables - dans l’urgence - de susciter les candidatures de personnels compétents, lesquels d’ailleurs avaient souvent déjà fait leurs preuves dans le réseau. En plus des réseaux qui étaient déjà « prêts », des acteurs - (acteurs de terrain mais aussi recteurs, IA, inspecteurs, etc.) - se sont emparés de l’outil, ont inventé des fonctions nouvelles et engagé des transformations.
Ajoutons l’opposition du principal syndicat enseignant et sa campagne contre les « super-profs ». Il a parfois obtenu que les référents fassent un mi-temps en classe ordinaire et l’autre mi-temps en co-intervention, de sorte qu’ils soient de simples moyens supplémentaires.

 

Lire la suite du compte rendu ci-dessous en format PDF

Documents joints

Répondre à cet article