> 6 - Pédagogie / Formation > Actions A L’ECOLE ELEMENTAIRE > Travail et évaluation par compétences (Ecole) > B* Apprendre à gérer le stress et l’erreur dans une école bienveillante et (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Apprendre à gérer le stress et l’erreur dans une école bienveillante et exigeante au collège ECLAIR Hubert de Lisle de Saint-Benoît (La Réunion)

25 juillet 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Etre pleinement conscient, pour toute la vie
Expérimentation art.34

Collège Hubert de Lisle
79 RUE MONTFLEURY , 97470 SAINT-BENOIT
Site fr.padlet.com
Auteur : M Lionel Mailfert, Mme Fanny Beguinet
Mél : ce.9740702v@ac-reunion.fr ; fanny.Beguinet@ac-reunion.fr

La volonté de ce projet est de donner à l’ensemble des personnes volontaires au collège des moyens simples et utilisables à tous moments pour réguler son stress, améliorer sa concentration, développer sa confiance en soi et renouer avec ses ressources, comprendre ses fonctionnements psychologiques, faire redécouvrir à chacun leur corps comme un espace important à considérer puisque tout s’y joue (le corps ne ment jamais).

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Tous les niveaux,

A l’origine
Le collège est un véritable théâtre de stress pour les adolescents qui y vivent diverses peurs comme « la peur de ne pas réussir », « la peur de ne pas avoir d’amis », « la peur de ne pas plaire aux copains », « la peur de ne pas savoir quoi faire de sa vie » etc…
Tout la communauté éducative mais aussi les parents sont organisés autour de ce même objectif de réussite pour leur enfant et connaissent chacun à leur niveau également son lot de stress. Non seulement il faut réussir, mais en plus il faut réussir vite, à l’image de ce qui se passe en dehors de l’école
.
Lorsqu’un enfant se trompe à l’école, n’y arrive pas, il est important que tout soit mis en œuvre pour lui permettre de comprendre son erreur sans se déprécier et plus largement comprendre comment il fonctionne, quels sont ses besoins afin de proposer des apprentissages adaptés. Il est aussi important qu’avec le temps, il intègre les moyens d’y arriver de façon de plus en plus autonome afin qu’il puisse s’adapter et rebondir en société.

Les enseignants, le personnel des établissements ne sont malheureusement pas tous formés à cette école et quand bien même ils sont consciemment dans une démarche d’accompagnement bienveillante, ils manquent d’outils tantôt pour retrouver l’attention de leurs élèves, leurs motivations, tantôt pour comprendre le statut des erreurs de leurs élèves, si hétérogènes, et y remédier, tantôt pour désamorcer la violence à laquelle ils assistent, parfois impuissants voire complètement dépassés.

Objectifs poursuivis
- L’objectif le plus large est la prévention et la lutte contre les violences scolaires et l’insécurité, l’amélioration du climat scolaire et la refondation d’une école sereine.
- Les objectifs opérationnels se retrouvent dans le référentiel de l’éducation prioritaire et sont proposés en annexe. Ils s’inscrivent bien dans les six ambitions :
• Garantir l’acquisition du « Lire, écrire, parler » et enseigner plus explicitement les compétences que l’école requiert pour assurer la maîtrise du socle commun
• Conforter une école bienveillante et exigeante
• Mettre en place une école qui coopère utilement avec les parents et les partenaires pour la réussite scolaire
• Favoriser le travail collectif de l’équipe éducative
• Accueillir, accompagner, soutenir et former les personnels
• Renforcer le pilotage et l’animation des réseaux

Description
• Formation des enseignants en mai-juin 2015.
• Expérimentation sur les années scolaire 2015-16 et 2016-17.
• Annonce aux élèves par les professeurs volontaires.

Modalité de mise en œuvre
- Au cours de la journée banalisée du 07 mai 2015 : une demi-heure d’information à l’ensemble des personnels à propos de ce projet.
- Au retour des vacances de mai 2015 et jusqu’à la fin de l’année : formation des enseignants volontaires avec engagement sur une pratique personnelle quotidienne. Le vendredi 26 juin 2015, échanges des personnels volontaires sur leurs vécus et besoins en lien avec M Rodolphe Sinimalé et Mme Gisèle Lorion.

- Rentrée 2015-16 :
• à chaque début de séquence M3 ou S3 (et autant de fois que l’enseignant estime que c’est nécessaire, par exemple, après un incident critique, avant un examen etc..), 5 minutes de pleine conscience avec la classe ou les élèves en responsabilité par les enseignants mais aussi tout personnel volontaire (AED, infirmières, CPE, copsy etc…). Cela fait 45 minutes à la fin de la semaine par élève.
On peut penser que sur le cursus du collégien, l’impact de cette implication régulière sera bien réel tant sur l’estime de soi, que l’apaisement de la violence au collège mais aussi sur le fait que les élèves se connaitront mieux (seront plus conscients de qui ils sont).
• Pour un à deux groupes d’élèves d’une dizaine d’élèves (à ce jour un groupe est déjà formé) qui dysfonctionnent grandement (agressivité, 2 heures par semaine de rendez-vous avec les parents et 2 intervenants (un en pleine conscience, l’autre en communication bienveillante pour un programme intensif (méditation de pleine conscience + communication non violente)
• Retour et point d’étape avec les enseignants quatre fois dans l’année (systématiquement en fin de période avant les vacances d’octobre, de décembre, de mars puis début juin).
• Retour des enseignants avec leur classe en fin d’année / leur ressenti sur ce dispositif et exploitation du référentiel métier.
• Questionnaire aux enfants et aux parents pour le ou les groupes en protocole plus intensif en lien avec l’échelle de ROZENBERG, les habiletés sociales.
•Retour et point d’étape avec les personnels impliqués comme CPE, Copsy, assistant social en lien avec l’évolution des données de la vie scolaire

Moyens mobilisés
• Personnels du collège et partenaires.
• Ressources : Jeanne Siaud-Facchin « Tout est là, juste là », avril 2014 Dr Jon KABAT-ZINN « Au cœur de la tourmente, la pleine conscience », 1990 Thomas d’Ansembourg « Cessez d’être gentil, soyez vrai ! », 2001 Marshall ROSENBERG « Les mots sont des fenêtres (ou bien ils sont des murs) », 1999 Le ventre notre 2ème cerveau

Partenariat et contenu du partenariat
• Mme Gisèle LORION, diplômée en Communication Non Violente, a suivi des ateliers de Faber et Mazlish (notamment en communication bienveillante avec les adolescents), animatrice d’un rendez-vous hebdomadaire appelé Café des parents (CNV parents/enfants).
• M Mickael VAUTHIER du laboratoire Icare, en lien avec le CERVOI
• M Rodolphe SINIMALE responsable DU en méditation
• M Philippe LAOURDE, diplômé en Mindfullness, résidant à la Réunion
• APPOI : association de Psychologie Positive de l’Océan Indien

Liens éventuels avec la Recherche
• M M Vauthier, M Y Paquet.
• Mise en relation avec d’autres projets expérimentés en métropole.

Evaluation
• Socle commun de connaissances, de compétences et de culture et évaluation des acquis des élèves.
• Développement des usages du numérique dans les établissements.
• Prévention de la violence : climat scolaire, gestion de classe.
• Dispositifs en faveur de l’égalité des chances : parcours scolaire des filles et des garçons.
• Scolarisation des élèves en difficultés d’apprentissage, handicapés et parcours scolaires.
• Formation des formateurs : ingénierie de l’accompagnement dont le tutorat et la formation ouverte à distance (FOAD).

Extrait du site Expérithèque : Collège Hubert de Lisle : Etre pleinement conscient, pour toute la vie

Répondre à cet article