> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > ACTEUR > ENSEIGNANT : métier, statut > Enseignant en ZEP : statut > Deux écoles du Mée-sur-Seine protestent dans une lettre à Emmanuel Macron (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Deux écoles du Mée-sur-Seine protestent dans une lettre à Emmanuel Macron contre la suppression prévue en 2018-2019 des décharges pour les directeurs d’école de Seine-et-Marne en éducation prioritaire alors qu’elles sont maintenues dans le 93 et le 94

16 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

L’éducation prioritaire menacée en Seine-et-Marne

Deux équipes enseignantes des écoles [REP] Jean Racine et Jean Giono du Le Mée-sur-Seine interpellent Emmanuel Macron sur la suppression des aides aux zones d’éducation prioritaire de Seine-et-Marne. Et posent une question : « Les enfants et les écoles de Seine-et-Marne n’ont-ils pas droit aux mêmes conditions d’enseignement que ceux du reste de l’académie ? »

[...] Une autre mesure phare était d’améliorer les quotas de décharges d’enseignement des directeurs en accordant une bonification en éducation prioritaire. La circulaire ministérielle n° 2013-038 du 13-3-2013 qui fixait les normes de décharges des directeurs au niveau national précisait ceci aux Directeurs Académiques des Services de l’Education Nationale (DASEN) : « Par ailleurs, dans le cadre de la politique départementale relative à l’éducation prioritaire, je vous demande d’accorder une attention particulière aux décharges des directeurs d’écoles y exerçant, en procédant, si vous l’estimez utile, à la bonification des écoles les plus difficiles situées en éducation prioritaire » .

Cette recommandation allait dans le sens des choix des trois DASEN de l’académie de Créteil qui accordaient déjà depuis de nombreuses années des bonifications de décharges pour toutes les écoles en éducation prioritaire, bonifications qui variaient légèrement selon les départements. Une décharge totale était accordée à partir de 9 classes dans le Val-de-Marne, 10 classes en Seine-Saint-Denis et 11 classes en Seine-et-Marne (la norme nationale de décharge totale pour toutes les écoles étant de 14 classes).

En septembre 2014 une nouvelle circulaire n°2014-115 du 3-9-2014 a été publiée.

Le paragraphe relatif aux directions d’école en éducation prioritaire n’y figurait plus.

Suite à la publication de cette circulaire la DASEN de Seine-et-Marne a informé par courrier les directeurs des Réseaux d’Education Prioritaire (REP) exerçant dans des écoles de 11, 12, ou 13 classes qu’ ils bénéficieraient, à titre exceptionnel uniquement pour l’année scolaire 2015-2016 du maintien de leur décharge, précisant qu’à partir de l’année scolaire 2016-2017 le régime de décharges de direction serait ajusté au regard des dispositions de la dernière circulaire ministérielle.

Ce régime dérogatoire a pu être maintenu pour les années scolaires 2016-2017 et 2017-2018.

Malheureusement, à partir de la rentrée 2018-2019, les directeurs de REP de Seine-et-Marne ont été informés par courrier qu’ils perdraient cette bonification et relèveraient des normes nationales.

Durant ces trois années, dans les deux autres départements de l’académie de Créteil, il n’a en revanche pas été question de revenir sur les bonifications de décharges appliquées en REP. D’ailleurs un DASEN du Val-de-Marne déclarait en 2015 : « Nous devons mettre en poste dans les écoles les plus difficiles de vraies équipes stables, formées autour d’enseignants expérimentés et volontaires ». [...]

Extrait de blogs.mediapart.fr du 14.03.18 : L’éducation prioritaire menacée en Seine-et-Marne

 

Sur le site OZP,
voir les mots-clés *Direct. école et *GRH Statut - Prime/

Répondre à cet article