> ACTEURS (EP et hors-EP) > Parents > Parents : Mallette et Ouvrir l’école (Oepre) > B* Ouvrir l’Ecole aux parents : reportage de Ville-Ecole-Intégration à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Ouvrir l’Ecole aux parents : reportage de Ville-Ecole-Intégration à l’école maternelle RRS Catherine à Strasbourg (avec photos)

8 avril 2011

Ce reportage à l’école maternelle Catherine de Strasbourg a été réalisé par le département Ville-École-Intégration du CNDP, avec le concours et l’appui de l’inspection de Strasbourg 5.

 L’édito du directeur de l’école maternelle Catherine de Strasbourg

De nombreux parents d’élèves sont installés depuis longtemps dans le quartier de l’école maternelle Catherine mais ne maîtrisent pas encore le français, en particulier les femmes qui n’ont pas accès à un emploi.
Cette barrière de la langue ne leur permet pas de comprendre les informations transmises par l’école et engendre une distance, parfois même une certaine forme de méfiance vis-à-vis des institutions. Par ailleurs, leur connaissance du système scolaire est si infime qu’elles ne perçoivent pas la place qu’elles peuvent jouer, dès la maternelle, dans la scolarité de leurs enfants.

Du côté des élèves, si l’on se réfère aux outils d’évaluation de la langue orale en grande section et en CP, on constate de très grandes lacunes dans la maîtrise de la langue française (malgré une scolarité régulière en maternelle), comme si les enfants ne s’autorisaient pas à entrer dans cet apprentissage. Le fossé entre la culture de l’école et celle de la famille apparaît infranchissable pour un grand nombre d’élèves.

Face à cette situation, l’école maternelle Catherine a toujours eu à cœur de développer des actions pour tenter d’établir des relations de confiance avec les familles et de les associer à la scolarité de leurs enfants. C’est dans ce contexte que s’est mis en place, en octobre 2009, un projet « Ouvrir l’École aux parents » qui a pour objectifs de permettre à des mamans d’élèves d’acquérir les bases de la langue française et de comprendre le fonctionnement de l’institution scolaire pour accompagner les enfants dans leur scolarité et dans leur vie de citoyen.

 Une école, un quartier

L’école maternelle Catherine, établissement du réseau de réussite scolaire (RRS) François Truffaut, est située à Hautepierre, un quartier ouest de Strasbourg d’une superficie de 65 hectares, classé en ZUS et relié au centre ville par le tram. La population (13 476 habitants) se caractérise par une multi culturalité importante (environ 50 nationalités) et par des difficultés sociales et économiques marquées (plus de 60% de la population dispose de moins de 818 euros par mois). [...]

Le tissu associatif y est très important et de nombreux projets sont menés pour accompagner les familles dans les difficultés qu’elles rencontrent. Le RRS est partie prenante de ces projets lorsqu’ils visent à construire une cohérence éducative avec les familles. [...]
Des immeubles de la maille Catherine

 Fiche d’identité

L’équipe pédagogique

Le réseau de réussite scolaire

Le RRS François Truffaut est constitué de 4 écoles maternelles, 3 écoles élémentaires et un collège (environ 1900 élèves).
Si on se réfère aux outils d’évaluation, de la maternelle au collège, le constat global pointe des difficultés en compréhension de la part des élèves. [...]
Pour faire évoluer cette situation, le réseau de réussite a mis en place des cours de FLE pour les mamans au sein des établissements [...]

 Une action prioritaire : « Ouvrir l’École aux parents »

L’école maternelle Catherine a mis en place, en octobre 2009, dans le cadre de l’opération nationale Ouvrir l’École aux parents pour réussir l’intégration (circulaire du 23-9-2010), une formation bihebdomadaire dédiée aux mères d’élèves pour :

* permettre aux parents non francophones d’acquérir les ressources et repères linguistiques, socioculturels et civiques, nécessaires pour mieux communiquer avec les acteurs de l’école et créer une relation de confiance avec celle-ci ;
* leur faire connaître le fonctionnement de l’école et du système éducatif pour situer la scolarité de leur enfant dans un projet ;
* favoriser l’autonomie linguistique dans leur vie quotidienne ;
* leur faire acquérir une meilleur connaissance des institutions et des valeurs de la République pour une meilleure intégration. [...]

Des mamans, interrogées sur leur motivation à suivre cette formation, montrent un réel intérêt à apprendre la langue française, pour plus d’autonomie dans leur quotidien, mais aussi pour communiquer avec l’école et mieux suivre la scolarité de leurs enfants :

* « Pour bien parler français, être à l’aise dans la vie courante (médecins...) ; ici je prends l’habitude de parler français parce que, à l’extérieur, j’ai peur (manque de confiance). »
* « J’ai besoin d’apprendre le français, j’ai besoin de lire et écrire, c’est aussi important pour les enfants. »
* « Je comprends, mais je n’arrive pas à parler. Je veux parler, écrire, comprendre les devoirs... parler avec les maîtres, pouvoir répondre au téléphone. »
* « Je veux parler mieux, comprendre les devoirs de ma fille. »Mise en œuvre de la formation.

Mise en œuvre de la formation

◦ Cours de FLE
La formation linguistique est assurée par une formatrice expérimentée de l’association « Contact et Promotion ».

◦ Principes et valeurs de la République

Les thèmes relatifs aux principes et aux valeurs de la République portent sur :

* les droits de l’enfant (Convention internationale des droits de l’enfant) ;
* l’égalité des droits entre les hommes et les femmes ;
* l’organisation politique de la France (la démocratie, la constitution, les symboles de la République…) ;
* La justice en France ;
* Les institutions européennes.
[...]

◦ Parentalité

Interventions ponctuelles du directeur d’école, de la directrice de l’école élémentaire, de membres de l’équipe de circonscription ou du collège.
délicates et à trouver des solutions par l’échange.

◦ Partenaires associés

* L’association « Contact et Promotion » qui assure dans le quartier des actions d’accompagnement à la scolarité.
* ASTU, association de médiation pour les populations originaires de Turquie qui, dans le quartier, facilite la communication et l’accès aux différents services.
* L’adulte relais, personne du quartier dont la mission est de faciliter la communication et l’information sur les services offerts aux parents.

◦ Bilan après une année de fonctionnement

Le nombre de participantes a augmenté, la fréquentation restant cependant fluctuante.
Une relation de confiance s’est instaurée entre l’école et les familles concernées. Des mamans prennent des initiatives dans la vie de l’école qu’elles n’auraient pas imaginées auparavant. Les enseignants constatent un impact direct, en termes d’investissement, sur l’attitude des élèves dont la mère suit cette formation.

La réussite de ce projet repose sur un équilibre fragile. Elle nécessite un investissement de l’équipe enseignante pour remobiliser régulièrement les parents. Elle est aussi tributaire de la relation de confiance qui se crée entre l’intervenant et les participants ; c’est pourquoi il est préférable que les interventions soient assurées par une seule personne.

Extrait du site de Ville-Ecole-Intégration le 07.04.2011 : École maternelle Catherine de Strasbourg

 

Rubrique Réalités & Pratiques (actions en ZEP)

 

Site de VEI

Répondre à cet article