> ACTEURS (EP et hors-EP) > Enseignants (Identité, Métier) > Enseignants (Etudes, Dossiers et Guides, Actes) > "Le collège en question. Des professionnels au cœur des tensions", un dossier (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Le collège en question. Des professionnels au cœur des tensions", un dossier de Sociologies pratiques n° 25 (2012).

5 novembre 2012

Le collège en question. Des professionnels au cœur des tensions
Sociologies pratiques 2012/2 (n° 25). 180 pages.

Le collège, souvent présenté comme le « nœud sensible » du système scolaire français, suscite aujourd’hui beaucoup d’inquiétudes, de la part des parents soucieux de l’avenir de leurs enfants comme de la nation, sensible à la dynamique concurrentielle des comparaisons internationales.
Ce numéro de Sociologies Pratiques se donne pour ambition de traiter trois questions : quels sont les effets des politiques d’éducation sur les pratiques professionnelles ? Assiste-t-on à une nouvelle division professionnelle du travail ? La "forme scolaire" modèle-t-elle les activités périscolaires ?

AU SOMMAIRE, nous avons relevé particlièrement

- Rachel Gasparini. Avant-propos
Texte intégral

- Étienne Douat. Ouvrir ou protéger le collège : de quelques paradoxes des collèges de secteurs populaires dans les années 2000
[Résumé. De plus en plus soumis à des injonctions contradictoires les acteurs éducatifs exerçant dans les collèges de quartiers populaires développent des pratiques a priori paradoxales. Au nom de l’idéal d’un collège unique, pour tous et ouvert, ils travaillent dans le sens de l’accueil et du maintien du plus grand nombre dans l’établissement, tentent de raccrocher les élèves les plus en difficulté, et s’ouvrent parfois aux partenaires éducatifs locaux. Mais suivant le présupposé – toujours très puissant – du caractère inéducable ou ingérable de certains jeunes, et au nom des « risques » qu’ils incarnent, ces acteurs – le plus souvent ambivalents – œuvrent dans le sens de leur exclusion ou de leur « filtrage » et participent, souvent à leur insu, à un mouvement de fermeture.

- Françoise Carraud. Expérimentation dans un collège ECLAIR : le travail enseignant entre logique scolaire et logique artistique
[Résumé. La constitution d’une classe artistique expérimentale, dans un collège d’éducation prioritaire, conduit-elle à des changements dans la forme scolaire ? Et modifie-t-elle le travail ordinaire des enseignants ? L’enquête montre que le travail des enseignants reste fortement normalisé par la forme scolaire et l’objectif de transmission de savoirs scripturaux dans un cadre règlementé. Mais des modifications apparaissent dans l’organisation du temps et surtout dans la relation pédagogique devenue plus personnelle, davantage fondée sur l’estime et la reconnaissance, ce qui permet un meilleur engagement des élèves et une plus grande satisfaction des enseignants dans leur travail.


 Joël Zaffran Le collège unique est-il (vraiment) un maillon faible ?

Résumé : Le collège unique fait l’objet de critiques par ses détracteurs qui voient dans la démocratisation scolaire les causes de sa faiblesse. Cet article prend part au débat en discutant l’hypothèse selon laquelle le titre de « maillon faible » dont il est affublé ne certifie pas un allègement des contraintes que le collège impose aux adolescents mais une pression plus forte exercée par la forme scolaire. On assiste en effet au renforcement de la forme scolaire dû à trois dimensions inhérentes à la modernité avancée : le risque scolaire, la réflexivité, la dissociation du temps et de l’espace scolaires. De sorte que le mode scolaire de socialisation reste dominant dans les sphères d’activités sociales des adolescents dans et hors temps scolaire. Ce faisant, le titre de « maillon faible » est à rattacher aux conséquences de la modernité sur l’école et l’expérience adolescente.

 

Lire le sommaire intégral

 

Source : IFE Bulletin Veille et Analyses
(31.10.12)

Répondre à cet article