> POLITIQUE DE LA VILLE > Vacances et Loisirs, VVV, Colos et Centres de loisirs > Colos et Centres de loisirs > L’opération Vacances apprenantes 2021 : Ecole ouverte, Colos apprenantes, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’opération Vacances apprenantes 2021 : Ecole ouverte, Colos apprenantes, Quartiers d’été...

21 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Vacances apprenantes

L’opération vacances apprenantes a pour objectif de répondre au besoin d’expériences collectives, de partage et de remobilisation des savoirs après la période de confinement qu’a connu notre pays. Les enfants et les jeunes les plus privés de ces apports doivent se voir proposer une offre d’activités spécifique et renouvelée. L’opération est reconduite pour les vacances d’été 2021.

Des vacances apprenantes pour l’été 2021
Face à la persistance des enjeux de la crise sanitaire et dans le prolongement des actions menées dans le cadre de la continuité pédagogique, l’opération Vacances apprenantes est reconduite pour les vacances d’été 2021. Les vacances apprenantes ont pour objectifs d’assurer la consolidation des apprentissages et de contribuer à l’épanouissement personnel des jeunes à travers des activités culturelles, sportives et de loisirs, encadrées par des professionnels.

L’opération vacances apprenantes repose sur plusieurs dispositifs allant de l’école ouverte à des séjours en colonies de vacances, dans le respect des consignes sanitaires. Les points communs ? Le renforcement des apprentissages, la culture, le sport et le développement durable.

École ouverte
Le dispositif École ouverte permet d’accueillir dans les écoles ou les établissements des jeunes qui ne quittent pas leur lieu de résidence pour leur proposer un programme équilibré associant renforcement scolaire et activités sportives et culturelles au sens large.

Il répond à cinq enjeux :

Proposer en matinée des activités visant à renforcer les compétences scolaires des élèves, notamment dans l’acquisition des savoirs fondamentaux : lire, écrire, compter et respecter autrui ;
Proposer l’après-midi des activités culturelles, sportives et de découverte de la nature, en lien avec les enjeux contemporains climatiques et de biodiversité ;
Offrir des temps d’actions collectives partagées pour renouer des liens sociaux ;
Intensifier l’articulation avec les associations complémentaires de l’école, les partenaires jeunesse et sport, les centres de loisirs, mini-séjours et colonies de vacances pour donner une ambition collective à cette période ;
Renforcer le lien avec les familles, qui a pu être affecté pendant la crise. Pour les familles inquiètes du niveau scolaire de leur enfant après cette période, École ouverte doit aussi être l’occasion de les rassurer et de les accompagner dans le suivi du projet scolaire de leur enfant.
École ouverte buissonnière : des séjours en zone rurale du CP à la terminale
Afin de sensibiliser les élèves au développement durable, des séjours en zones rurales sont organisés. Les élèves peuvent aller dans des Écoles ouvertes à la campagne ou en zone littorale, à la découverte de la nature et du patrimoine local, ou de partir en mini-camps sous tente avec son École ouverte.

Ces séjours sont aussi l’occasion pour les élèves d’être confrontés à des conditions de vie particulières, les amenant à des prises de responsabilité favorables à une plus grande autonomie.

Mon patrimoine à vélo
Mon patrimoine à vélo est, à l’été 2021, une nouvelle opération qui consiste à organiser, dans le cadre d’un dispositif Ecole ouverte, des excursions à vélo afin d’aller à la rencontre de son patrimoine culturel ou naturel, matériel ou immatériel. Ce projet, qui associe l’éducation physique et sportive, l’éducation artistique et culturelle et l’éducation au développement durable, se décline localement avec le soutien des clubs sportifs, mais également du secteur touristique et culturel et des collectivités territoriales. Les excursions à vélo peuvent être proposées sur la durée d’une journée ou sur un séjour plus long d’une à deux semaines, en fonction de l’âge des élèves concernés.

Video Player

L’Été du pro : l’école ouverte pour les lycées professionnels
Parmi les lycéens, les élèves des lycées professionnels sont un public à privilégier du fait de la grande difficulté de travailler les enseignements professionnels pratiques et du décrochage constaté durant la période de confinement.

Proposé durant les vacances, ce dispositif intitulé "L’Été du pro" permet de cibler les élèves :

inscrits dans un cycle de formation professionnelle en 2020/2021, dans le but de renforcer les aptitudes et compétences professionnelles et/ou générales ;
n’ayant pas obtenu leur diplôme professionnel à la session d’examen de juin 2021 et pour lesquels le jury de délibération propose une présentation à la session de septembre 2021 ;
en fin de parcours en voie professionnelle, dans une perspective de préparation d’une insertion professionnelle, d’une poursuite d’études y compris vers l’enseignement supérieur en lien avec les campus ou d’un contrat d’apprentissage ;
souhaitant découvrir une nouvelle filière professionnelle dans le cadre d’un projet de réorientation envisagée ou bénéficier d’une découverte des métiers, notamment pour des collégiens, issus de troisième prépa métier.
Les élèves de lycée professionnel ont pu être accueillis dans leur établissement d’origine ou dans un établissement proposant un accès aux plateaux techniques nécessaires à leur formation initiale.

Les campus des métiers et des qualifications ont pu faciliter cette organisation en réseau et mobiliser le cas échéant leur capacité d’hébergement (internat, résidence….). Les activités sur plateaux techniques se feront toujours sous l’encadrement professeurs d’enseignement professionnel de l’établissement d’accueil et par petits groupes.

Colos apprenantes
Labellisés par l’Etat, ces séjours ouverts à toutes les familles associent renforcement des apprentissages et activités de loisirs autour de la culture, du sport, du développement durable.

Une aide de l’État pouvant atteindre 80 % du coût du séjour (plafonnée à 400 € par mineur et par semaine) est versée aux collectivités partenaires pour permettre aux enfants et jeunes de partir dans ces séjours labellisés.

Les publics prioritaires des colos apprenantes sont les enfants et les jeunes scolarisés (3 à 17 ans), en priorité mais non exclusivement domiciliés en quartiers politique de la ville ou en zones rurales, issus de familles isolées ou monoparentales ou en situation socio-économique précaires ou enfants en situation de handicap ou enfants de personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire ou de familles ne disposant pas de connexion Internet suffisante pour l’enseignement à distance. Une attention particulière est donnée aux mineurs accompagnés par la protection de l’enfance.

Explorez les colos apprenantes, partout en France

[En vidéo] Les vacances apprenantes

Quartiers d’été

Chaque été, un enfant sur quatre ne part pas en vacances. La crise sanitaire a mis davantage en exergue les difficultés rencontrées par les enfants et les jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Face à cette situation, le Gouvernement a lancé "Quartiers d’été" pour renforcer les activités proposées aux familles dans leur ville.
En savoir plus sur les dispositifs Vacances apprenantes, Quartiers d’été et Été culturel

Mise à jour : Juillet 2021

 

Qu’apprendre des colos apprenantes ?
Par Jean-Michel Bocquet
PÉDAGOGUE

Malgré un résultat décevant en 2020, le gouvernement relance cet été les « colonies apprenantes », label destiné aux séjours qui incluent des modules scolaires. Sauf que ce dispositif, d’une part, relève d’un système de marché concurrentiel qui fait perdre ses valeurs de mixité à la « colo ». D’autre part, il transforme celle-ci en simple extension de l’école alors que, dès ses origines, elle sert de creuset d’innovations pédagogiques pour imaginer de nouvelles formes de vivre-ensemble avec les citoyens de demain.

L’été arrive, le gouvernement relance la traditionnelle campagne de communication sur les colonies de vacances, ces dernières reviennent sur le devant de l’actualité, comme chaque année. Et pourtant, les « colos » sont en crise majeure : une crise économique liée à l’interdiction de faire des classes de découvertes et des séjours pendant plus d’une année et une crise lancinante d’un modèle qui conduit à l’érosion de la fréquentation et à l’éclosion des logiques marchandes. Les colos vont mal.

C’est dans ce contexte que le gouvernement lance en 2020 les colos apprenantes dans le cadre du programme « Vacances apprenantes », première politique publique importante depuis au moins une décennie. Ces colos apprenantes sont des séjours labellisés regroupés sur une plateforme et disposant d’une aide financière importante. Le dispositif est salué et accompagné par des gros acteurs des colos. Les colos apprenantes doivent permettre au secteur de passer la crise économique et à des enfants de partir en vacances.

Le dispositif n’a pas empêché l’effondrement de la fréquentation à l’été 2020. Sans doute, le ministère de l’Éducation nationale, dont dépendent les colos, espère que l’été 2021 verra plus d’enfants partir, mais la crise est profonde : manques de personnels disponibles, de saisonniers diplômés, mais aussi de sens dans l’action, de réflexion pédagogique et d’un modèle éducatif en phase avec les enjeux du moments. Si les « colos apprenantes » est une politique publique importante en termes de moyen, elle décrit aussi une forme de séjour très traditionnel et ne permet pas de traiter en profondeur les crises de sens et humaines qui existent.

La période de la crise sanitaire met en exergue la fin des modèles économiques construits dans les années 1990-2000 ; elle met très fortement en question les liens humains qui permettent aux associations de colos et de classe de découverte de fonctionner. Les réponses proposées par les gouvernements

Extrait de aoc.media du 18.07.21

 

Pourquoi Jean-Michel Blanquer était sur la plage de Ouistreham ce vendredi

[...] Dans les voitures Jean-Michel Blanquer le ministre de l’Education nationale, Roxana Maracineanu la ministre des Sports, Sarah El Haïry la secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse et Nathalie Elimas, la secrétaire d’Etat en charge de l’Education prioritaire. Ils sont venus découvrir les Colos apprenantes, un label qui entre dans le cadre des Vacances apprenantes, le dispositif mis en place en 2020.
[...]

Un dispositif que l’Etat finance, à hauteur de 400 euros par enfant et par huitaine
L’objectif : « apprendre en s’amusant comme ici à Ouistreham où les jeunes apprennent les marées, l’histoire du Débarquement », explique Jean-Michel Blanquer. Avec ce dispositif, c’est un droit aux vacances que le gouvernement souhaite rendre à tous les enfants. Et selon Thierry Varnière, responsable pôle tourisme, éducatif et social à la ligue de l’enseignement, ça fonctionne.

Extrait de actu.fr du 16.07.21

Répondre à cet article