> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Rural (Milieu) > Les élèves des territoires ruraux manquent-ils vraiment d’ambition ? : - la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les élèves des territoires ruraux manquent-ils vraiment d’ambition ? : - la déclaration de Joël Giraud, secrétaire d’Etat - la synthèse universitaire de The Conversation

1er septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Eviter le décrochage des bacheliers des zones rurales qui renoncent aux études supérieures
Joël Giraud, secrétaire d’Etat chargé de la Ruralité, a indiqué que 40% des bacheliers des zones rurales renoncent aux études supérieures. ’’Un immense gâchis’’, constate-t-il. Mais alors quels sont les moyens mis en place pour lutter contre ce décrochage scolaire

Extrait de challenges.fr du 27.08.21

 

Inégalités scolaires : les élèves des territoires ruraux manquent-ils vraiment d’ambition ?

Auteurs :
Amaël André
Maître de conférences HDR, Université de Rouen Normandie

Catherine Delarue-Breton
Professeure des universités, Université de Rouen Normandie

Les inégalités territoriales en matière de parcours scolaire font actuellement l’objet de nombreux débats. Des rapports récents mettent notamment en évidence les inégalités entre territoires ruraux et urbains.
Les élèves des territoires ruraux, s’ils réussissent aussi bien que ceux des villes à l’école et au collège, s’engagent dans des filières plus courtes (filière professionnelle, apprentissage…), accèdent moins à l’enseignement supérieur et s’engagent moins dans des filières sélectives comme les classes préparatoires aux grandes écoles.

Pour expliquer ces différences, le manque de mobilité, l’éloignement des opportunités d’emploi plus concentrées dans les grandes agglomérations ou encore le manque de diversité des métiers représentés sont identifiés comme des obstacles. Par ailleurs, les aspirations de ces jeunes seraient limitées à cause du phénomène d’autocensure. Selon ce postulat, ces élèves manqueraient d’ambition car ils auraient peu confiance en eux, « verraient petit », auraient un esprit d’initiative limité et seraient moins compétitifs.

Nous proposons de dépasser ces conceptions péjoratives et déficitaires de la ruralité, impliquant des personnes et non des contextes, pour analyser plus finement les processus psychosociaux en jeu dans le parcours scolaire de ces élèves.

Benoît Coquard, député

Jean Ollivro, géographe

Extrait de theconversation.com du 31.08.21

 

Voir la sous-rubrique Rural (Milieu)

Répondre à cet article