> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES (en EP) > PEDAGOGIES (LES) > Pédag. Psycho. cognitive, Neurosciences, Estime de soi > Un nouveau neuromythe ? Les apports des neurosciences à l’école (éditorial (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un nouveau neuromythe ? Les apports des neurosciences à l’école (éditorial d’Edouard Gentaz, revue de l’Anae)

20 septembre

Un nouveau neuromythe ?
Les apports des neurosciences à l’école

Editorial - E. Gentaz

ANAE N° 179
Septembre 2022

A l’heure des régulières déclarations dans les médias de nombreux acteurs du monde de l’éducation sur l’importance décisive de prendre en compte dans la politique éducative les « véritables » données scientifiques, en particulier celles issues des neurosciences, il est important de discuter ce point de vue. Cette tendance récente n’est d’ailleurs pas l’apanage de la France et s’inscrit dans un contexte culturel international dans lequel des neuromythes jouent un rôle significatif. Parmi les plus fréquemment cités, on trouve : « le cerveau droit est créatif alors que le gauche est scientifique » ou « nous utilisons seulement 10 % de nos neurones » ou encore « le cerveau reptilien peut expliquer certaines réactions primaires comme l’agressivité, la survie », « les neurones miroirs expliquent notre cognition sociale ou certains troubles », etc. Ces neuromythes sont nombreux, répandus dans de nombreux domaines et sont en général utilisés pour justifier, expliquer, ou donner du sens à des comportements, voire pour « vendre » des méthodes prétendument révolutionnaires (Decroix, Rossetti & Quesque, 2022 ; Gros, Gvozdic, Sander & Scheibling-Seve, 2018 ; Lermerle, 2020 ; Pasquinelli, 2012 ; Rossetti, 2018). [...]

Extrait de anae-revue.com de septembre 2022

Répondre à cet article