> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Dédoublement, Pdmqdc, Taille des classes > EP. Dédoubl., Pdmqdc, Taille (Dossiers et Guides) > Le co-enseignement, c’est bien (un article de conseils de la revue Ecole (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le co-enseignement, c’est bien (un article de conseils de la revue Ecole branchée, Québec)

19 janvier

Le coenseignement : un, c’est bien, mais deux, c’est mieux !
Par l’équipe de l’Association canadienne d’éducation de langue française

Avez-vous déjà envisagé le coenseignement comme une démarche réunissant un enseignant et un orthopédagogue ? Nous vous proposons un texte qui présente les retombées de la mise en place d’un tel duo dans trois écoles, et quelques trucs en prime si vous décidez de vous lancer.

Vous aimez le travail d’équipe ? Vous pensez que les idées des autres sont une richesse à découvrir ? Que l’union fait la force ? Eh bien, voilà quelque chose que vous devez absolument découvrir : le coenseignement.

Là, vous pensez probablement tout de suite à deux enseignantes ou enseignants devant une classe. Mais on peut aussi créer d’autres types d’équipes pour répondre aux besoins particuliers des élèves. Comme une enseignante et une orthopédagogue !

[...] rendre le temps
Parce que le travail préparatoire fait en dehors de la classe est aussi important que l’enseignement lui-même, il ne faut pas le négliger. Deux des règles d’or du coenseignement, c’est la coplanification et la coévaluation.

Commençons par la coplanification. Pour réussir votre expérience de coenseignement, il est important de vous réserver des cases horaires pour préparer les blocs d’enseignement à deux. Pendant ces moments, c’est une bonne idée de structurer les périodes de coenseignement en établissant la fréquence et la durée des interventions. Comme ça, chaque rôle est bien établi. La prestation des coenseignantes ou coenseignants n’en sera que meilleure !

Et parce qu’il y a parfois place à l’amélioration, mais aussi parce qu’il est bien de faire le point sur les bonnes pratiques à répéter, il faut se laisser du temps pour coévaluer son travail. Faire une rétroaction mutuelle sur la progression des élèves et trouver de nouvelles stratégies pour répondre aux défis, c’est là la technique de toutes les équipes gagnantes !

[Extrait de ecolebranchee.com du 13.01.22

 

Note du QZ : Cet article peut s’appliquer aussi dans le cas du dispositif "Plus de maîtres..."

Voir le mot-clé Co-intervention (hors Dédoublements et PDMQDC) (gr 4)/ (plus de 300 articles)

Répondre à cet article