> POLITIQUE DE LA VILLE > QUARTIERS : Culture, Jeunes, Médias, Sport > Jeunes des quartiers (Généralités) > Pour une politique de la jeunesse, par Camille Peugny, Le Seuil, janvier (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Pour une politique de la jeunesse, par Camille Peugny, Le Seuil, janvier 2022 (The Conversation, entretien avec Libération)

25 janvier

Additif du 03.02.21
« Pour une politique de la jeunesse » : radioscopie d’une classe d’âge fracturée
Dans son ouvrage, le sociologue Camille Peugny dénonce des « dispositifs saupoudrés à droite, à gauche », et invite les pouvoirs publics à concevoir des plans cohérents pour l’avenir des jeunes.

De nombreuses inégalités
L’ouvrage invite à penser la jeunesse avec ses enjeux propres. Pour autant, l’auteur ne l’appréhende pas comme un groupe homogène. Elle est multiple et fracturée par de nombreuses inégalités, en fonction de l’origine sociale, ethnique, spatiale, du genre, et ce en dépit de la méritocratie républicaine affichée.

Le sociologue plaide pour une politique d’ensemble, qui doit avoir « deux objectifs ». D’une part, limiter la « fracture entre les générations », qui peut vite s’amplifier dans une société vieillissante, où le grand âge et la dépendance sont des problèmes majeurs. D’autre part, restreindre les inégalités entre les différents fragments de la jeunesse.

Il faudrait, affirme-t-il, individualiser les politiques sociales destinées à la jeunesse ; rebâtir une école plus démocratique ; et aussi égaliser davantage les conditions de l’emploi, s’interroger sur la valorisation des métiers, les perspectives d’avenir et de mobilité, etc.

Seule une « révolution » de notre système permettrait aux jeunes

Extrait de lemonde.fr du 03.02.22

 

Pour une politique de la jeunesse
Camille Peugny
Le Seuil, 21 janvier 2002, 128 p.

De nombreuses réformes sont menées au nom de l’avenir des « jeunes », qu’il s’agisse de financer les retraites ou de réduire la dette. Pour autant, la France n’a aucune politique en direction de la jeunesse. Les dispositifs qu’on empile s’adressent à telle ou telle catégorie, sans jamais être arrimés à une réflexion d’ensemble. Une vraie politique de la jeunesse doit répondre à deux objectifs. D’abord, dans une société vieillissante, combler le fossé entre les jeunes, confrontés à une précarité grandissante, et les plus âgés, mieux protégés. Surtout, réduire les inégalités qui fracturent la jeunesse et, plus que jamais, menacent la cohésion sociale.

Camille Peugny est professeur de sociologie à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (Paris-Saclay). Il a notamment publié Le Déclassement (Grasset, 2009) et Le Destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale (Seuil, 2013).

Extrait de seuil.com

 

Choix d’études, orientation professionnelle : « Donnons aux jeunes le droit de se tromper »

Auteurs
Camille Peugny
Professeur de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) – Université Paris-Saclay

Aurélie Djavadi
Cheffe de rubrique Education, The Conversation France

La crise du Covid a multiplié les obstacles dans la vie des 18-25 ans. Fermeture des salles de cours, suspension des rencontres entre amis, pertes de jobs étudiants… Tout cela a eu des répercussions immédiates, exacerbant les problèmes de santé mentale, les situations de précarité, et révélant les inégalités au sein de la jeunesse, comme nous l’a expliqué le sociologue Camille Peugny, dans le podcast « Peut-on vraiment parler de “Génération Covid” ». À l’occasion de la parution le 21 janvier 2022 de son ouvrage Pour une politique de la jeunesse aux éditions du Seuil, nous vous proposons de relire un extrait de cet entretien.

Extrait de theconversation.com du 18.01.22

 

Indépendance
Camille Peugny : « Je plaide pour que la jeunesse soit le temps de l’expérimentation »

Faute d’une vision politique, les gouvernants ont accru les inégalités au sein de cette tranche d’âge. Le sociologue estime que l’Etat doit aider les jeunes à trouver leur voie et les accompagner vers l’autonomie par un financement universel des études ou des formations.

En 2018, des apprentis boulangers dans les ateliers de la Maison des compagnons du devoir à Tours. (Vincent Jarousseau/Hans Lucas)
par Clémence Mary
publié le 23 janvier 2022 à 18h01

Depuis début janvier, il est possible pour un jeune un peu perdu de « trouver un métier », en cliquant sur un bouton dédié, sur la plateforme gouvernementale « 1 jeune 1 solution ». Face à la difficulté de se repérer dans la foule des dispositifs existants, un simulateur permet également de savoir à quelles aides il aura droit. Des aides d’urgence aux « chèques psy » en passant par la garantie jeunes, les annonces fleurissent, à coups de millions débloqués, aussi bien du côté du gouvernement que du côté des candidats à la présidentielle comme Yannick Jadot ou Valérie Pécresse.

Quelle conception de la jeunesse se dessine derrière ces effets de manche ? Plus vraiment des enfants, pas encore pleinement des travailleurs, ils souffrent pourtant d’un manque de vision de la part des politiques qui s’en emparent confusément, estime le sociologue Camille Peugny dans Pour une politique de la jeunesse (Seuil, janvier 2022). Pou…

Extrait de liberation.fr du 23.01.22

 ;

Sur le site OZP : Recherche sur le mot peugny

Répondre à cet article