> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES (en EP) > PEDAGOGIES (LES) > Pédag. Education nouvelle > Les pédagogies différentes contribuent-elles à un échec socialement différencié (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les pédagogies différentes contribuent-elles à un échec socialement différencié ?, Yves Reuter (Antidotes, Cahiers pédagogiques, juin 2022)

19 août

Les pédagogies différentes contribuent-elles à un échec socialement différencié ?
Antidotes, saison 2, épisode 15 –
Yves Reuter

On reproche souvent l’état de l’école aux enseignants qui pratiquent des pédagogies « nouvelles », innovantes », « modernes », quel que soit le terme. Appelons-les pédagogies « différentes » et interrogeons-nous avec Yves Reuter sur leurs effets réels et non fantasmés par leurs détracteurs. Demandons-nous aussi pourquoi on glose autant sur leur efficacité, sans jamais s’interroger sur celle des pédagogiques traditionnelles…

[...] DES COMPÉTENCES INTÉRESSANTES
De façon complémentaire, certaines compétences que développent ces pédagogies, telles le travail en équipe, la capacité d’organiser son travail ou encore la gestion de l’oral avec des interlocuteurs diversifiés, s’avèrent des atouts dans la poursuite d’études pour des enfants dont les parents n’étaient pas pourvus de diplômes.

Peut-être faut-il encore signaler, et c’est loin d’être anecdotique, que la présence d’un établissement pratiquant une pédagogie différente dans un environnement défavorisé peut engendrer des demandes de familles de milieux plus aisés permettant ainsi de lutter contre certaines formes de ghettoïsation induites par la carte scolaire.

Il n’en demeure pas moins vrai que la pédagogie ne fait pas tout. Comptent aussi, au vu des études internationales, la taille des pays, la réduction des écarts salariaux au sein de la population, les politiques de lutte contre la misère, la reconnaissance sociale des enseignants, leurs conditions de travail, l’absence de réformes incessantes imposées à chaque changement de ministre sans évaluation de la précédente et sans formation préalable des maitres…
Je conclurai ce texte par une remarque. Au vu de la situation actuelle, on ne peut pas dire que les méthodes « classiques » ont réduit le poids des inégalités sociales sur les performances scolaires. Dès lors, si on dénonce les démarches « différentes », c’est au profit de quoi ?

Yves Reuter
Professeur émérite à l’université de Lille

Extrait de cahiers-pedagogiques.net du 07.06.22

Répondre à cet article