> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > PEDAGOGIES (LES) > Pédag. Education nouvelle > Je suis un pédagogiste. Gommer les clichés, construire une meilleure école, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Je suis un pédagogiste. Gommer les clichés, construire une meilleure école, par Philippe Watrelot, edit. Esf, 19 août 2021. Entretien des Cahiers avec l’auteur

17 août Version imprimable de cet article Version imprimable

Un manuel de survie à destination des “pédagogistes“ (ouvrage)
Il veut “sortir des caricatures, déconstruire les idées toutes faites et les faux débats“. Philippe Watrelot, professeur depuis plus de quarante ans en sciences économiques et sociales, propose son manuel de survie à destination des “pédagogistes“. Ce terme, “péjoratif et utilisé pour blesser et caricaturer“ viserait les pédagogues depuis une dizaine d’années.

Dans ce livre à la première personne, l’auteur reprend donc l’histoire (pédagogues contre républicains) ayant mené à la création du pédagogiste qui serait décrit par ses pourfendeurs comme “un idéologue pétri de certitudes, voulant imposer ses théories à l’ensemble des enseignants et conduisant des expériences sur les enfants“. Il ajoute : “pédagogiste, ça sonne comme intégriste. Le suffixe ‘iste‘ permet d’évoquer une approche fondamentaliste et dogmatique d’un courant de pensée.“

Une à une, Philippe Watrelot reprend les critiques sur les "pédagogistes" et fournit des arguments pour les déconstruire. Par exemple, sur la question du laxisme présumé des pédagogistes, il considère que “notre système éducatif s’est construit sur le mythe de l’élitisme républicain et de l’égalité des chances“, et que l’exigence ne s’oppose pas à la bienveillance.

Il évoque également un certain malaise enseignant (faible rémunération, déclassement, sentiment d’inefficacité supposés), une transformation de la profession ainsi qu’une “méfiance à l’égard des pédagogistes dont le discours volontariste est vu comme culpabilisateur et trop proche de celui de l’encadrement de l’Education nationale“. Y sont aussi développés son regard sur les actions de J-M Blanquer, son militantisme pour la lutte contre les inégalités (“toutes les études montrent que notre système éducatif est profondément inégalitaire et injuste“) ainsi que sa réflexion personnelle sur les contenus à enseigner, considérant que “l’évaluation ne peut être uniquement un moyen de sélection, mais doit être au service des apprentissages“.

La maxime suivante reprend finalement son combat : “Nous, pédagogistes, militons pour que la structure de l’Education nationale devienne moins rigide et donne plus de pouvoir d’agir aux équipes enseignantes au plus près des réalités et des besoins des élèves“.

Extrait de touteduc.fr du 19.08.21

 

« Je suis un pédagogiste »
Le terme « pédagogiste » est généralement utilisé dans un sens péjoratif, mais on peut aussi inverser le stigmate et se revendiquer « pédagogiste », c’est-à-dire en recherche et en réflexion sur ses pratiques pour faire réussir tous les élèves. C’est le choix que fait Philippe Watrelot, ancien président du CRAP-Cahiers pédagogiques, avec son livre Je suis un pédagogiste qui parait ce mois-ci chez ESF-Sciences humaines. Il était présent hier aux Rencontres d’été du CRAP à Saint-Maixent-l’École, pour échanger avec les participants autour des questions et propositions qu’il formule dans son livre.

[...] Votre livre contient de nombreuses propositions. Comment celles-ci peuvent-elles s’inscrire dans le débat de l’élection présidentielle de 2022 (qu’on espère, peut-être naïvement, aborder des questions éducatives de fond) ?
S’il y a une urgence écologique, il y a donc aussi une urgence sociale. Si la France continue à être le pays où l’origine sociale joue le plus dans la réussite scolaire, il y a un vrai risque d’implosion ou d’explosion sociale. On ne peut plus fonder une politique éducative sur les mythes de l’élitisme républicain et de la méritocratie. Ces mythes nous abusent. Il nous faut construire une école vraiment démocratique.

La première version de ce livre était trop dans la réfutation des clichés et l’argumentation en défense du courant pédagogiste. Et puis, au fur et à mesure de l’écriture, l’évidence du calendrier s’est imposée. La deuxième partie de l’ouvrage est donc plus offensive et revendicative dans la perspective de 2022. Le livre n’est pas un programme mais comporte un certain nombre d’idées et de propositions. J’espère qu’elles seront lues et débattues par tous les progressistes et je suis prêt à les défendre avec tous ceux qui s’y retrouveront.

Je sais que les questions éducatives ne se réduisent pas à un débat « droite-gauche » et sont bien plus complexes. J’espère qu’on saura dépasser la posture « tous contre Blanquer » qui masque de réels clivages, pour construire une véritable alternative au service de la justice sociale. Si mon livre peut modestement y contribuer, j’en serai heureux. Car l’éducation mérite un vrai débat et la nécessaire transformation de l’école ne peut attendre.

Extrait de cahiers-pedagogiques.com du 18.08.21

 

Je suis un pédagogiste
Gommer les clichés, construire une meilleure école
Philippe Watrelot
Editions ESF, 19 août 2021, 184 p.

RÉSUMÉ
Le monde de l’éducation a vu surgir un nouveau mot : « pédagogiste ». Vous avez dit pédagogistes ?! Les pédagogistes seraient ces enseignants jargonnants qui parlent de "référentiel bondissant" pour ballon, ces enseignants laxistes qui en oublient l’exigence pour le ludique, ces enseignants hors-sol qui s’appuient sur des théories fumeuses. Ils auraient pris le pouvoir dans l’Éducation Nationale et contribueraient à détruire le service public d’éducation. Rien que ça !

Au départ destiné à dévaloriser, ce terme péjoratif est révélateur des tensions qui traversent le débat sur l’école.

Professeur de SES et militant pédagogique, Philippe Watrelot revendique cette étiquette de « pédagogiste » qu’on lui a collée pour déconstruire les idées reçues sur les enseignants et les vaines polémiques sur l’École. Il se présente comme tel pour en faire non plus une insulte, mais un motif de fierté et de revendication. S’adressant à tous ceux qui s’intéressent à l’école, il décrit les difficultés de l’Éducation nationale et la réalité du terrain : réformes incohérentes, dévalorisation du métier, amplification des inégalités…Mais pour lui, l’échec de l’école n’est pas une fatalité : il en appelle à un sursaut des citoyens, des enseignants et des politiques. En vue des prochaines échéances électorales et des futurs débats sur l’éducation, ses propositions innovantes et réalistes – parfois dérangeantes ! – dessinent un programme pour l’école à la mesure des ambitions de la République : développer le travail d’équipe, déployer une formation continue obligatoire et choisie, favoriser l’interdisciplinarité pour donner du sens aux apprentissages… Autant d’idées pour une École où élèves et professeurs travaillent en confiance et en autonomie pour le bien-être et la réussite de tous.

Parce que l’École mérite un vrai débat !

Ce livre percutant sur les réalités de l’école, du ministère jusqu’au terrain, est un appel aux décideurs pour repenser un service public plus innovant et une école plus juste. Un manifeste dans lequel Philippe Watrelot formule des propositions concrètes pour une meilleure école qui réussit aux élèves et aux enseignants.

Extrait de de esf-scienceshumaines.fr

 

Autour de "Je suis un pédagogiste"…
Je suis heureux d’annoncer la sortie de mon livre « Je suis un pédagogiste » aux éditions ESF-Sciences Humaines pour cette rentrée scolaire 2021. Même si celui-ci est le prolongement du blog que je tiens depuis 2004, je n’avais pas cru bon d’y consacrer un billet jusque là. En revanche, ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux ont été abondamment (trop ?) informés de sa parution !

Le livre devrait se suffire à lui même et je vous invite tous évidemment à le lire ! Plutôt que d’en proposer un résumé, dans ce billet de blog, je voudrais surtout raconter un peu la genèse et les réflexions qui m’ont accompagné tout au long de ce processus d’écriture et de réflexion.

Extrait de philippe-watrelot.blogspot.com du 16.08.21

Répondre à cet article