> EDUCATION PRIORITAIRE (politique d’) > EDUC. PRIOR. Types de documents > Educ. prior. (Déclarations officielles) > Pap Ndiyae devant le Sénat : carte de l’EP, laïcité, école du futur, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Pap Ndiyae devant le Sénat : carte de l’EP, laïcité, école du futur, Snu

15 juillet

Additif du 22.07.22

Pap Ndiaye attaqué par la droite sénatoriale
Invité par la Commission éducation du Sénat le 13 juillet, Pap Ndiaye a été attaqué à la fois sur la laïcité et sur son projet pédagogique par la droite sénatoriale. "Vos déclarations ont toujours été approuvées et utilisées par ceux qui considèrent qu’il y a un racisme d’Etat en France... Votre nomination est considérée par beaucoup comme une rupture avec l’esprit républicain et laïc porté par votre prédécesseur",déclare Jacques Grosperrin, sénateur LR. "Sur l’autonomie des établissements, comment allez vous la mettre en oeuvre ?", interroge Max Brisson (LR). "Aurez vous besoin d’une loi ? Quel regard avez vous sur la loi Rilhac ? Quel sens donnez vous au principe de l’autorité fonctionnelle des directeurs ? Ne serait-il pas plus simple de basculer vers une autorité hiérarchique ?... Allez vous mettre un terme au bizutage des jeunes professeurs nommés dans les régions les plus difficiles ?" "Lisez mes ouvrages", a recommandé P Ndiaye. "La notion de racisme d’Etat je l’ai combattue pour la France... Je suis un citoyen laïc et parfaitement républicain. Lutter contre les différentes formes de discrimination, de racisme, contre la haine LGBT n’affaiblit pas la République mais la renforce... Je peux vous assurer qu’il y a des formes de continuité entre ce sur quoi j’ai travaillé et ce à quoi je travaille aujourd’hui". Le ministre a été moins brillant pour répondre aux questions scolaires. Sur le recrutement d’enseignants il dit faire appel à des contractuels. "Nous travaillons sur une hausse du socle pour tous les enseignants avec une partie conditionnée", dit-il à propos de la crise du recrutement. "Quand on parle de hausse c’est pas seulement pour les entres de carrière mais aussi les milieux de carrière". Sur l’avenir de la voie professionnelle Pap Ndiaye précise que "le ministère garde la main sur l’enseignement professionnel" mais "vise une meilleure insertion et l’intensification des relations entre les lycées professionnels et le monde du travail"

Extrait de cafepedagogique.net du 22.07.22

 

Sur Twitter
@cafepedagogique
· 13 juil.
P Ndiaye en vient à la réduction des inégalités : il confirme la réfection de la carte de l’éducation prioritaire

 

Le ministre de l’Education nationale a été auditionné au Sénat pour la première fois depuis sa nomination. Il a été contraint de rassurer les sénateurs sur son « esprit laïc et républicain ». Une batterie de questions l’attendait concernant notamment la crise de recrutement pour la rentrée 2022.

« Rassurez-nous. » Le mot d’ordre des sénateurs au ministre de l’Education nationale a eu le mérite d’être clair. Auditionné pour la première fois depuis sa nomination par la Haute assemblée, Pap Ndiaye a pris le temps de répondre aux questions de la commission de la Culture, de l’Éducation et de la communication, au cours de deux heures trente d’audition.

« Votre nomination est considérée par beaucoup comme une rupture avec l’esprit laïc et républicain qu’incarnait votre prédécesseur »

La première « inquiétude » a été formulée par le sénateur LR Jacques Grosperrin qui pointait « ses propos passés ». « Vos déclarations ont toujours été approuvées et utilisées par ceux qui considèrent qu’il y a un racisme d’Etat en France », a fustigé l’élu du Doubs. Et d’ajouter : « Votre nomination est considérée par beaucoup comme une rupture avec l’esprit laïc et républicain qu’incarnait votre prédécesseur ».

D’un ton calme et posé, le ministre de l’Education nationale a invité le sénateur LR à lire ses ouvrages et à ne pas se limiter à des phrases extraites de leur contexte. « La notion de racisme d’Etat, je ne l’utilise pas et je l’ai même combattue […] Je suis un citoyen laïc et républicain », s’est défendu le ministre en insistant sur « son attachement à la République et à ses valeurs, une République fidèle à ses valeurs, celles des droits humains ». Pap Ndiaye assume, par ailleurs, des « points d’inflexion » avec Jean-Michel Blanquer mais une continuité sur un certain nombre de sujets, comme l’enseignement des savoirs fondamentaux.

Cependant, ce procès n’a pas été du goût des sénateurs de gauche. « Honte à ceux qui vous font un procès anti-républicanisme. Nous ne vous jugerons que sur les actes », s’est ainsi indigné Yan Chantrel (PS).

« Il y aura-t-il bien un professeur dans chaque classe à la rentrée 2022 ? »

Un autre sujet de taille a occupé une bonne partie de l’audition : la crise de recrutement des enseignants. « Plus de 4 000 postes n’ont pas été pourvus à l’issue des concours pour la rentrée 2022. Il y aura-t-il bien un professeur dans chaque classe à la rentrée 2022 ? », a interrogé Jacques Grosperrin.

« Il y a une politique de recrutement d’enseignants contractuels », a répondu le ministre en reconnaissant que « la situation n’est pas idéale ». Selon lui, la revalorisation des salaires est indispensable, il évoque en ce sens des hausses de rémunération à 1 800 euros à Bac + 5. « Il y a d’autres enjeux, notamment sur les trajectoires de carrière. Il faut réfléchir à des itinéraires moins linéaires que par le passé », a-t-il ajouté.

Il a aussi été question du statut des professeurs sur un angle plus symbolique. Olivier Paccaud, sénateur LR, a notamment souligné les violences physiques et verbales auxquelles peuvent être confrontés les enseignants. « Nous ne pratiquons pas la politique de l’autruche sur ce sujet », a assuré Pap Ndiaye.

Le dispositif Parcoursup pour les admissions postbac a été brocardé par les sénateurs. Alexandra Borchio-Fontimp a rappelé qu’une étudiante a envoyé une recette de cuisine en guise de lettre de motivation et a été admise. « Parcoursup est un dispositif perfectible, on progresse d’année en année. Parcoursup n’est pas parfait mais la situation précédente était particulièrement injuste », a défendu le ministre en rappelant que la crise sanitaire n’avait simplifié les choses.

Le ministre a également été interrogé sur le port de tenues islamiques à l’école, après la publication d’une note des renseignements territoriaux. Le président du groupe Les Républicains, Bruno Retailleau, avait demandé au ministre de se montrer « intransigeant face à l’islam politique ».

Le ministre de l’Education nationale, Pap Ndiaye, a indiqué avoir lancé une collecte d’informations sur le port de signes religieux ostentatoires dans les écoles.

Pap Ndiaye a rappelé devant les sénateurs les dispositifs existants et assuré disposer « d’une équipe très solide ». « Il y a des équipes « Valeur de la République » pour les atteintes à la laïcité ainsi que le Conseil des sages de la laïcité », a-t-il indiqué en précisant qu’il existait « des points de vigilance dans certains endroits ».

Lors de cette audition, le ministre s’est également voulu rassurant sur la situation des AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap), ou sur l’école du futur expérimentée à Marseille. Devant la chambre des territoires, Pap Ndiaye a dit vouloir agir en « concertation avec des élus locaux pour éviter la verticalité venant de la rue de Grenelle ».

« Sachez que vous aurez avec moi un partenaire attentif et respectueux de vos prérogatives », a-t-il conclu s’assurant, pour le moment, la gratitude des sénateurs.

Extrait de publicsenat.fr du 13.07.22

 

Service national universel. Pap Ndiaye veut réfléchir à une « meilleure organisation »
Au Sénat, le ministre de l’Éducation a dit vouloir « réfléchir très sérieusement » ​à une « meilleure organisation » ​du Service national universel qui mobilise 40 000 jeunes cette année.

Extrait de ouestfrance.fr du 13.07.22

 

Répondre à cet article