> VI- PÉDAGOGIE(S) (Innovation et CNR, Disciplines, Espaces, ACTIONS LOCALES) > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales INTERDEGRES > Interdegrés (Maths Sciences) > La semaine des mathématiques 2023 : Eurêkamaths dans le réseau REP+ Vigo (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La semaine des mathématiques 2023 : Eurêkamaths dans le réseau REP+ Vigo d’Epinay-sur-Seine , activités diverses dans les REP de Bondy et dans 8 écoles prioritaires de Seine-Saint-Denis

19 mai 2023

La semaine des mathématiques 2023 en Seine-Saint-Denis

Tous les ans, à chaque printemps, la semaine des mathématiques a pour objectif d’offrir à tous les élèves, ainsi qu’à leurs parents, une image actuelle, vivante et attractive des mathématiques.

Cette année encore, les équipes éducatives de la Seine-Saint-Denis se sont mobilisées pour rendre les mathématiques agréables et facilement assimilables par leurs élèves, petits et grands.

Dans les écoles, les collèges et les lycées, les élèves ont participé à de nombreuses manifestations enrichissantes qui leur ont permis d’approfondir leurs connaissances et leurs compétences, en mathématiques mais aussi dans d’autres disciplines.

Le thème de l’édition 2023 de cette semaine était « Mathématiques à la carte », invitant ainsi les élèves à retrouver les mathématiques dans des objets quotidiens. Carte géographique, jeux de cartes, carte électronique, carte de restaurant ou carte mentale : le thème pouvait se décliner à l’infini.

- Le concours Eurêkamaths dans le réseau REP+ d’Epinay-sur-Seine

Sur le territoire du réseau REP+ Vigo d’Épinay-sur-Seine, enseignants et élèves du collège Jean Vigo et des écoles élémentaires Rousseau 1 et Rousseau 2 se sont réunis pour résoudre tous ensemble une série d’énigmes du concours Eurêkamaths proposé par le Réseau Canopé.

• Vous avez dit Eurêkamaths ?

Créé il y a dix ans, Eurêkamaths est un défi mathématique entre classes de même cycle qui renouvelle et valorise l’image des mathématiques auprès des élèves. L’objectif de ce défi mathématique est de résoudre des problèmes par équipe, dans un temps limité, en favorisant l’autonomie et la coopération des élèves.

C’est ainsi qu’en cette matinée du jeudi 9 mars 2023, en présence de M. Chaleix, inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’éducation nationale de la Seine-Saint-Denis, de Mme Farina-Berlioz, directrice académique adjointe en charge, notamment, des mathématiques, et de Mme Boulet, IEN de la circonscription d’Épinay-sur-Seine, des élèves de CM1 et de CM2 des écoles Rousseau 1 et Rousseau 2 se sont rendus au collège Jean Vigo, à la fois curieux et un peu excités de découvrir ou retrouver leur futur environnement scolaire.

Dès leur arrivée, les collégiens et les écoliers ont été répartis par groupes de 4 ou 5 élèves de niveau hétérogène mais équilibré puis installés dans différentes classes qui étaient organisées en îlots de 4 ou 5 élèves.

Les enseignants de chaque salle ont alors distribué à chaque élève une feuille avec 10 énigmes à résoudre. Dans les groupes, les élèves se sont répartis les problèmes afin que chacun ait à réfléchir sur 5 problèmes. Voici quelques exemples, pas si faciles…

Le tricot
Natacha tricote des pulls dans son atelier professionnel. Elle a déjà tricoté 15 pulls blancs et 10 pulls rouges.
Chaque semaine, elle tricote deux nouveaux pulls blancs et trois nouveaux pulls rouges.
Combien de semaines lui faudra-t-il pour avoir tricoté au total autant de pulls blancs que de pulls rouges ?

Les billes
Paul range ses billes. Il en a moins de 100.
S’il les range par 4, 5 ou 6, il en reste toujours 3.
S’il les range par 7, il n’en reste aucune.
Combien de billes possède Paul ?

L’étape de recherches individuelles a pu alors commencer. Pendant 30 minutes, tous les élèves se sont plongés dans des calculs, la tête entre les mains. Durant cette première phase de travail, les échanges entre les élèves n’étaient pas autorisés, ce qui a poussé ainsi chaque élève à donner le meilleur de lui-même en autonomie. L’usage de la calculatrice ou de l’ardoise était en revanche encouragé.
Les enseignants circulaient entre les tables pour rassurer et encourager les plus hésitants. Le but était que les élèves réfléchissent seuls : « L’enseignant ne doit pas aider, c’est ça qui est difficile. Mais on peut reformuler », a confié M. Bouchghl, enseignant en élémentaire.
Sous l’œil bienveillant des enseignants, les élèves se sont creusés la tête pour parvenir à trouver les réponses à leurs 5 énigmes.

L’intérêt de ces problèmes atypiques (problèmes pour lesquels il faut inventer une solution) est de prendre le temps de se poser, de réfléchir...
Pendant ce temps de travail individuel, M. Chaleix et Mme Farina-Berlioz n’ont pas hésité à se joindre aux élèves pour résoudre ces énigmes plus difficiles qu’elles n’y paraissaient.

Après ces 30 minutes de réflexion personnelle est venu le temps de la mutualisation des réponses trouvées dans chaque îlot. Les élèves de chaque îlot se sont alors mis d’accord sur une réponse pour chaque énigme et le capitaine, désigné au début du jeu, a écrit les réponses choisies sur une feuille A3. Au cours de cette phase, les élèves ont aussi choisi deux énigmes à éliminer et une énigme « joker », c’est-à-dire une énigme dont ils étaient sûrs de la réponse. Bien sûr, les échanges entre les élèves étaient encouragés durant cette étape du travail. Le but de cette mutualisation était également d’inciter les élèves à communiquer, à expliquer leur raisonnement et pourquoi ils étaient arrivés à tel résultat mais il n’a pas toujours été facile pour les élèves de se mettre d’accord. Cela n’a pas été une mince affaire pour les enseignants non plus pour lesquels, comme l’a dit M. Bouchghl, « il est difficile de voir un élève qui a la bonne réponse mais n’est pas à l’aise à l’oral ne pas arriver à donner son résultat face à un élève qui n’a pas la bonne solution mais qui est plus sûr de lui ». Il s’agissait donc pour le maître de guider les élèves sans donner les réponses et d’encourager les plus timides à exprimer leur point de vue.

Après ce temps de mutualisation qui a duré 10 minutes, est venu le temps de la restitution des réponses. Les capitaines sont venus au tableau compléter une affiche en recopiant les réponses de leurs feuilles A3, ainsi que les deux problèmes à éliminer et celui désigné comme joker. Pendant ce temps, les autres élèves ont poursuivi leurs recherches sur les problèmes non résolus lors de la phase de travail individuel. Les échanges entre les élèves et leurs capitaines étaient possibles et même encouragés.

La quatrième et dernière phase de cette épreuve a consisté en la sélection des réponses pour n’avoir, à la fin, plus qu’une seule feuille réponse pour toute la salle. Encore une fois, il s’agissait de communiquer, d’expliciter la démarche qui a amené le groupe à trouver tel out tel résultat. Et les capitaines ont parfois été, eux aussi, un peu gênés pour exprimer leur opinion. Ils ont dû se concerter puis ils ont noté au tableau l’unique réponse : les deux problèmes éliminés, une seule réponse pour chacun des 8 problèmes retenus, le problème choisi comme joker.

Bien plus que des mathématiques

Ce type d’énigmes sollicite chez les élèves les compétences mathématiques classiques : calculer, raisonner, modéliser, représenter, mais pas seulement.
Les compétences langagières et la communication sont également très sollicitées puisque les élèves doivent mobiliser le langage et le vocabulaire mathématiques ; ils doivent aussi apprendre à exprimer un point de vue, à expliquer un résultat ce qui développe leur expression orale.
De plus, dans ces problèmes, toutes les notions sont mélangées (géométrie, arithmétique, réflexion) et cela oblige les élèves à remobiliser des connaissances et des compétences acquises dans les classes antérieures.

Les élèves de la circonscription d’Épinay-sur-Seine sont rompus à ce genre d’exercices : cette épreuve Eurêkamaths était la troisième de l’année (l’une a eu lieu en novembre et une autre en février). Et, surtout, ils s’entraînent toutes les semaines à résoudre des problèmes de ce type. Pour cela, M. Rolland, conseiller pédagogique de la circonscription d’Épinay et référent mathématiques, concocte chaque semaine des énigmes sur le modèle d’Eurêkamaths pour les élèves de la grande section de maternelle au cycle 3. La circonscription a innové et élargi la dynamique aux cycles 1 et 2, ce qui est mobilisateur.

Enfin, ce type d’entraînement apprend aux élèves à travailler en collaboration avec leurs camarades. C’est d’ailleurs un point qu’ils ont semblé apprécier, au-delà des difficultés rencontrées dans la résolution des énigmes : « Est-ce que vous avez aimé faire ces épreuves ? Oui, mais surtout le travail en équipe : c’est sympa et c’est plus facile ».

- Ailleurs dans le département

Partout dans le département, les enseignants se sont pleinement investis pour faire vivre à leurs élèves une semaine des mathématiques riche en défis et en expériences. Voici quelques exemples d’autres actions menées...

• Des activités à la carte sur M@ths en-vie

238 classes du département se sont inscrites à la "semaine à la carte" proposée par M@ths en-vie. Près de 5000 élèves ont donc pu résoudre des "photo-défis" classés par univers de référence qui avaient été rédigés par près de 200 enseignants de la Seine-Saint-Denis lors d’une formation proposée par la mission Maths 93 en partenariat avec M@ths en-vie et Canopé 93.

Si vos élèves souhaitent également inventer de nouveaux défis, n’hésitez pas à utiliser les matrices mises à disposition sur la page de la Semaine des mathématiques 2023 : Mathématiques à la carte dans le 1er degré, puis à les envoyer à la mission Maths 93 (ce.93mathematiques@ac-creteil.fr) qui les partagera sur le site de la DSDEN 93 d’ici la fin de l’année. Les classes recevront un diplôme pour les remercier de leur participation.

• A Pierrefitte, la semaine des maths se vit sur scène !

Dans la circonscription de Pierrefitte-sur-Seine, des élèves et des enseignants de CM2 ont eu droit à une pièce de théâtre pour faire vivre la géométrie autrement. Un spectacle qui a permis de donner vie à des notions qui peuvent parfois sembler abstraites à certains élèves.

Le reportage
Fiche OZP

[...]

• Autour de l’école à Saint-Ouen

A la maternelle [REP] Victor Hugo de Saint-Ouen, les élèves de moyenne section ont réinvesti leur projet annuel pluridisciplinaire "De l’espace vécu à l’espace représenté" pour organiser une chasse au trésor. Ils ont d’abord observé les différentes maquettes sur lesquelles étaient placées des enveloppes leur indiquant où ils pourraient trouver les énigmes à résoudre dans les espaces réels de l’école.

Les élèves ont ensuite relevé des défis mathématiques pour reconstituer un code qui, une fois la combinaison retrouvée, permettait d’ouvrir le coffre du trésor.
Afin de présenter leur projet et les défis qu’ils ont eux-mêmes créés aux camarades des autres classes et à leurs parents, les élèves ont réalisé une exposition qui retraçait toutes les activités mathématiques déjà menées.

• Une école en fête à Bondy

Tous les élèves de la maternelle [REP+] Noue Caillet de Bondy ont contribué à la fabrication d’une fresque géométrique qui annonçait l’événement de la semaine des mathématiques. M. Tobaty, A-DASEN (adjoint au directeur académique en charge du 1er degré), s’est rendu dans l’école à cette occasion.
Les élèves ont également réalisé des défis variés avec leur maîtresse, comme par exemple les déménageurs en petite et moyenne section (photo-défi 2022 de la mission Maths 93), le panier de fruits ou encore le nombre cible en grande section (photo-défi 2023 de la mission Maths 93).
Deux élèves, David et Rhishani, ont même détourné le jeu de cartes pour travailler la suite des nombres.

• Un défi par jour au menu à Noisy-le-Grand !

Pour la semaine des maths, une classe de grande section de l’école [REP] Samuel Wallis de Noisy-le-Grand s’est prise au jeu des photo-défis mathématiques proposés par la mission Maths 93. Après avoir décoré la salle de classe, les élèves, par groupe de 4 ou 5, ont chaque jour réfléchi, manipulé, collaboré, fait des essais et des ajustements pour résoudre les énigmes.
Pour chaque défi résolu, les élèves recevaient une pièce de puzzle qui leur a permis de reconstituer une carte et d’identifier un pays mystère : l’Australie.
Selon les enseignantes, "La semaine des maths a été une bonne expérience. Les défis étaient ludiques et les enfants les ont appréciés."

• Une salade de fruits à Noisy-le-Sec

Deux enseignantes de la maternelle [REP] Anémones de Noisy-le-Sec se sont emparées des ressources mises à disposition par la mission Maths 93 pour proposer à leurs élèves de petite et de grande section de vivre ensemble le super défi "la salade de fruits", enrichi de matériel élaboré par les enseignantes.

Lors de séances de découverte du monde, les élèves ont observé de vrais fruits. Des descriptions spontanées leur ont permis de dégager des critères comme la couleur et la taille pour ensuite les classer, les ranger, les organiser librement dans l’espace, voire les croquer !
Les maîtresses ont constitué des groupes hétérogènes et mélangé les élèves de petite et de grande section qui se sont retrouvés dans la salle de motricité pour l’activité mathématique.
Les enseignantes ont enrichi le défi en produisant des cartes afin de différencier la tâche proposée aux élèves. "On avait plein de cartes" (Hasna) : cartes jaunes et bleues pour les petites sections, cartes roses et vertes pour les grandes sections et cartes violettes pour les champions.
Les petits comme les grands se sont pleinement investis dans l’activité. Les maîtresses ont été très attentives aux différentes procédures mobilisées par leurs élèves, en les questionnant : "Comment elle fait Maria ? Elle met dessus.", ou en les notant dans un tableau.

[...]

• Des jeux de société à Bagnolet

Dans la classe de CM2 de l’école [REP] Jules Ferry de Bagnolet, les élèves ont fait des mathématiques en jouant à différents jeux. Des rotations sur 4 ateliers mixtes leur ont permis de travailler les fractions (dominos), la gestion et l’organisation de données (bataille navale), les multiples (spot sumoku), calcul mental et raisonnement logique (multiplay).

• Des manipulations pour relever les défis à Montreuil

Pour le défi des glaces (cycle 1), les élèves de moyenne et de grande section de la maternelle [REP+] Jean Moulin de Montreuil ont mixé les parfums en manipulant des triangles colorés : de grands triangles blancs comme cônes de glace, de petits triangles de couleurs pour les différents parfums.

• La production de défis par les élèves eux-mêmes à Bobigny

A l’école [REP+] Jacques Decour de Bobigny, les enseignants ont regroupé les énoncés produits par les élèves sur un support numérique interactif et autocorrectif, un Genially.
Ce Genially a été partagé avec les parents grâce à un QR code collé dans le cahier de liaison, afin de permettre à tous de poursuivre la semaine des mathématiques en famille.

Les problèmes de Jacques Decour

[...]

- Séminaire « Mathématiques et Education prioritaire »

Le jeudi 16 mars 2023 a eu lieu, en distanciel ainsi qu’en présentiel, au lycée international de l’est parisien (LIEP) de Noisy-le-Grand un séminaire sur le thème des mathématiques et de l’éducation prioritaire à destination des co-pilotes de l’ensemble des réseaux de l’éducation prioritaire de la Seine-Saint-Denis. Les différents acteurs des 82 réseaux d’éducation prioritaire du département ont ainsi été réunis pour des temps d’échanges et de réflexion, indispensables au pilotage des réseaux.

Plus d’informations
Fiche OZP

- Le concours académique de cartes postales pour les collégiens

Le concours académique de cartes postales des collèges de la semaine des mathématiques 2022-2023 a suscité l’intérêt de nombreux collégiens et de leurs professeurs.
Quelque 800 cartes ont été réceptionnées, attestant ainsi que le thème "Mathématiques à la carte" a beaucoup inspiré les élèves.
Dans le département, Nereci, élève en classe de 6e au collège [REP] Fabien de Saint-Denis, est arrivé en troisième position de la catégorie "sixième - cinquième" grâce à la production ci-dessous :
Voir

Les résultats du concours de cartes postales

- Dans le réseau des écoles et collèges REP de Bondy...

Dans le cadre de la semaine des mathématiques, les écoles et collèges REP de Bondy ont proposé aux élèves une foule d’activités riches et variées :
• défi-maths du cycle 1 au cycle 3,
• ateliers de jeux mathématiques avec les parents d’élèves au cycle 2,
• rallye Maths de l’IREM pour le cycle 3 au collège Jean Renoir et pour 3 classes de CM2,
• Kangourou des mathématiques au collège Jean Renoir.
Au collège Pierre Brossolette, les élèves volontaires ont travaillé sur les constructions géométriques dans le cadre d’un concours de création de cartes postales. Des élèves de 5e ont, quant à eux, réalisé des figures géométriques, travaillées au préalable en classe, à la craie, au sol dans la cour du collège.

[...]

Extrait de dsden93.ac-creteil.fr du 12.05.23

Répondre à cet article