> V- ACTEURS (la plupart en EP) > Enseignants : Identité > Enseignants : Identité (Témoignages d’) > "Enseigner en quartier prioritaire c’est le coeur de notre métier", le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Enseigner en quartier prioritaire c’est le coeur de notre métier", le témoignage d’un jeune contractuel à Perpignan

7 novembre 2023

Entre manque de moyens et contexte social tendu, l’Éducation nationale peine à recruter. Pourtant certains nouveaux enseignants restent attachés à leur vocation et ne se découragent pas face aux difficultés. Témoignage de l’un d’entre eux, jeune enseignant stagiaire au collège de Rivesaltes.

Son récit détonne avec l’ambiance du moment, à contre-courant de ceux de professeurs découragés et abattus par les difficultés croissantes, au sein de l’Éducation nationale. Il y a quelques mois, Alexandre a décroché le concours d’enseignant du second degré en français, après un an et demi d’enseignement en tant que contractuel dans deux établissements des Pyrénées-Orientales. Il a donc récemment entamé son année de stage dans un établissement à Rivesaltes, dernier passage avant l’affectation définitive.

Comme tous ses collègues, Alexandre a été très marqué par l’attentat d’Arras, survenu le 13 octobre dernier et au cours duquel l’enseignant Dominique Bernard a trouvé la mort. Mais sa vocation ne semble pas avoir été ébranlée une seule seconde. « Il faut tenir bon, tenir les valeurs qui sont les nôtres, les valeurs républicaines. Je ne pense pas qu’il faille montrer une peur grandissante. Ça ne m’arrête pas. »

Depuis le lycée, le jeune homme sait qu’il veut être enseignant

[...] Après un entretien rapide avec l’académie de Montpellier, Alexandre est propulsé dans le grand bain. Il est professeur principal d’une classe de quatrième, et enseignant de français auprès de deux autres classes de troisième. Il exerce dans un collège en zone d’éducation prioritaire de Perpignan. « Ça a été très formateur », insiste-t-il.

[...] Mais alors que pense-t-il de la situation actuelle de l’Éducation nationale, qui peine à recruter ?
« À mon sens, le problème majeur en ce moment, ce sont les mutations. C’est ce qui bloque et peut en décourager certains de s’inscrire au concours. Ils ne savent pas où ils vont tomber. » Lui ne redoute pas son affectation, même s’il reconnaît qu’une mutation loin de Perpignan, sa ville natale, « ça ferait du changement. Mais s’il faut y aller j’irai. » Il souhaite en revanche enseigner en quartier prioritaire, « je trouve que c’est là qu’il y a le cœur de notre métier. » Il salue l’amélioration de la prise en compte des contractuels dans les carrières. Ils bénéficient en effet d’une bonification de points une fois le concours réussi.

Extrait de madeinperpignan.com du 06.11.23

 

Voir :
la sous-rubrique Groupes de "besoins" (Positions politiques et syndicales)
le MC GRH. Mutation, Affectation, Démission (gr 3)/
le MC Témoignage, Portrait (gr 3)

Répondre à cet article