> ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES EN EP (par niveau et thème) > Actions locales AU COLLEGE > Collège Disc. (Langue orale, Théâtre, Improv.) > B* Un parcours oral pour toutes les classes de 4e en vue du DNB au collège (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Un parcours oral pour toutes les classes de 4e en vue du DNB au collège REP Le Grand Champ de Pont-de-Chéruy (CNR)

14 juin

Balance ta voix ! L’oral dans tous ses états
Projets innovants CNR Notre école, faisons la ensemble

Fonction du porteur de projet Principal

Collège [REP] le Grand Champ Pont-de-Chéruy
Circonscription d’inspection du 1er degré de Pont-de-Chéruy
Adresse complète 1 rue Jean Moulin
Académie Grenoble

Nb élèves bénéficiaires du projet 196

Date de validation du projet 07/12/2023
Date de début du projet 9 janvier 2023 à 00:00

DESCRIPTIF DU PROJET

Objectifs

1) Objectifs visés  :

 ?Dédramatiser la prise de parole à l’oral : les élèves doivent gagner en aisance en dédramatisant l’exercice de la prise de parole à l’oral.
Pour y parvenir, ils seront confrontés
à des exercices plus fréquents et plus réguliers (séances hebdomadaires d’une heure consacrées à l’oral). Le même exercice, suivant les mêmes modalités est ainsi travaillé chaque semaine sur une période donnée.
 ?? Par exemple, lors de la première période, les élèves sont invités à prendre la parole en continu pendant 2 mn environ sur un sujet au choix. Ils retravaillent 6 semaines d’affilée le même exercice de prise de parole. Les bénéfices sont notables :
a.On passe d’une prise de parole timide à une prise de parole spontanée.
b.On passe d’une tendance à lire intégralement sa prise de notes à une prise de parole tournée vers l’auditoire, sans prise de notes ou presque, en passant par quelques séances où les élèves ne gardent que quelques mots-clés sur un post-it.
c.On aide les élèves à ne pas réciter à l’oral mais bien à parler en continu, grâce à un sujet libre qu’ils maîtrisent pleinement puisqu’il s’agit d’un sujet avec lequel ils se sont familiarisés en dehors de la classe.

 ?Mieux gérer sa voix : les différents exercices permettent de mieux articuler, d’avoir un volume suffisant pour être entendu, d’avoir un débit de parole permettant de captiver l’auditoire. Les mêmes compétences transversales sont d’ailleurs travaillées tout au long de l’année :
a.Parler de manière audible (période 1)
b.Adapter sa posture (périodes 1 et 2)
c.Parler de manière expressive (périodes 2, 3 et 4)
d.Maîtriser son langage (périodes 4 et 5)

 ?Faciliter la prise de parole orale pour les épreuves certificatives comme l’oral du DNB, mais aussi, avant cet oral final, l’oral des métiers en fin de 4e (en lien avec le Parcours Avenir) et l’oral de stage de 3e. Si on pense à moyen/long terme, on pense aussi aux EAF de premières pour ceux qui souhaitent intégrer le lycée général et technologique, le grand oral du baccalauréat, mais aussi travailler l’oral d’entretien d’embauche pour les élèves se dirigeant vers une 3e prépa-métiers ou vers une seconde professionnelle.

 ?Présenter le projet lors de l’oral de DNB : grâce à leur carnet de bord, les élèves gardent une trace de leur travail et de leur(s) évolution(s) à l’oral. Ils peuvent ainsi présenter leur parcours d’AP oral lors de l’oral de DNB, expliquer les différents objectifs, les difficultés rencontrées, les fiertés obtenues et parfois la découverte inattendue d’une aisance orale insoupçonnée.

 ?Créer une cohésion de groupe à travers le partage d’exercices plaçant chaque élève en dehors de sa zone de confort : l’élève doit, certes, s’exposer aux autres, ce qui n’est pas une tâche aisée en pleine adolescence, mais il est amené à le faire sous le regard bienveillant de ses pairs. Chaque élève est placé dans une situation semblable, et partage des difficultés communes avec ses camarades. Les élèves se montrent d’ailleurs très encourageants à l’égard de leurs camarades qui passent à l’oral justement parce qu’ils ont eux-mêmes été confrontés à cet exercice.
 ?? Par exemple, lors de la représentation du Cid, le groupe-classe devient une troupe , partage les coulisses, s’entraide dans les enchaînements, se soutient face à un trac commun et se laisse ainsi séduire par le bonheur de faire corps ensemble sur scène.

Il y a un avant et un après lors de la période d’initiation au jeu théâtral. Au sortir de la représentation, les classes se sont avérées bien plus soudées, bien plus attentives au bien être de chacun de leurs camarades, permettant ainsi d’éviter certaines possibles situations de harcèlement et/ou d’isolement de certains camarades de classe.

 ?Développer les compétences psychosociales. Les élèves sont ainsi amenés, à travers le travail de l’oral, à progresser aussi dans leurs compétences psychosociales ce qui contribue à l’amélioration du climat scolaire.
 ?? Lors du concours d’éloquence de la session 2023, le discours élu lors de la finale traitait du harcèlement. Les élèves ont ainsi été sensibilisés à cette question par d’autres élèves, ce qui développe non seulement leur bienveillance, mais aussi leur écoute, leur vigilance et enfin leurs capacités d’empathie.

 ?Contribuer à l’égalité filles-garçons : Lors des différentes périodes, les élèves sont tous amenés à réfléchir à leurs valeurs (partie prenante du programme de Français de 4e : Individu et société, confrontation de valeurs) et surtout à les défendre.
 ??Par exemple, en période 3, lors de la lecture à voix haute de discours historiques, les élèves sont confrontés à des textes qui questionnent l’égalité filles-garçons (Extrait de la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de Gouges, Extrait du discours d’Emma Watson en 2014 à l’ONU sur l’égalité homme-femme...).
 ?? Lors du concours d’éloquence, filles comme garçons ont fréquemment choisi de dénoncer le sexisme ou les inégalités homme-femme, en lien avec les ODD (Objectifs de Développement Durable) travaillés et mis en valeur par des collègues porteuses du projet ODD.

2) Comment permettre aux équipes de s’approprier le projet ?

 ?Un carnet de bord annuel clé en main : depuis deux ans, un carnet de bord a été créé par l’équipe d’AP oral.
oIl contient toutes les activités période par période, et permet donc aux élèves d’avoir un outil de travail où répertorier les exercices effectués, mais aussi leurs difficultés, leurs objectifs et les moyens d’y parvenir.
oAinsi, à chaque période, les élèves remplissent leur journal de bord séance après séance pour garder la trace de leurs appréhensions, de leurs progrès et de leur prise de confiance progressive. Entre le début et la fin d’année, ils constatent une nette transformation quand ils relisent les premières inquiétudes liées à la prise de parole orale, et les objectifs de fin d’année.
 ?Par exemple, une élève, dans son journal de bord de septembre, évoquait ses difficultés à prendre la parole devant les autres, à se sentir observée lorsqu’elle parlait à l’oral. Pourtant, son objectif était bien différent en période 4 : le souhait de remporter le concours d’éloquence du collège, ce qui impliquait de parler devant 150 personnes dans la rotonde du collège.

 ?Des réunions d’équipe régulières : les enseignants participant au projet d’AP oral se réunissent à plusieurs reprises ce qui permet aux collègues souhaitant intégrer le projet d’être accompagnés.
oune réunion de fin d’année permet de faire le bilan de l’année écoulée, d’ajouter ou de supprimer certains exercices, de modifier certaines modalités et de mettre à jour le carnet de bord mentionné précédemment.
oLe co-enseignement, la co-animation permet de créer des binômes avec, pour ceux qui prennent part au projet pour la première fois, l’aide apportée par l’autre membre du binôme qui peut guider, conseiller et accompagner le collègue souhaitant rejoindre le projet.
 ?C’est ce que l’on a constaté ces dernières années puisqu’au départ, il s’agissait de deux classes uniquement, puis de quatre classes, puis de six et enfin, pour la première fois cette année, de l’ensemble des classes de 4e en AP Français.
o Des réunions d’équipe avant les vacances scolaires pour déterminer le programme, séance par séance, de la période suivante.
 ?Par exemple, pour la période 2 consacrée à l’étude du Cid de Corneille, nous avons établi une version abrégée de l’œuvre pour faciliter la lecture des élèves de 4e. Cette version a été retravaillée l’année suivante en fonction des constats et des conclusions tirées à l’issue de l’année précédente.

Indicateurs de réussite :

 Indicateur 1 : Résultats à l’oral Métiers 4ème
 Indicateur 2 : Résultats à l’oral du stage
 Indicateur 3 : Résultats à l’oral du DNB Blanc
 Indicateur 4 : Résultats à l’oral du DNB
 Indicateur 5 : Nb d’élèves impliqués dans le concours éloquence
 Indicateur 6 : Nb d’incidents conflictuels dans le groupe classe et au collège
 Indicateur 7 : Nb d’élèves ayant accès à des spectacles vivants, des structures culturelles

Lutter contre le décrochage scolaire ;L’apprentissage des fondamentaux (plan maths et français) Lutter contre les assignations sociales et territoriales ;Valeurs de la République et citoyenneté ;Climat scolaire (prévention et lutte contre les discriminations, les violences, le harcèlement) ;Egalité filles – garçons ;Education artistique et culturelle Education au développement durable et transition écologique

Idées initiales

1) Concertation qui a mené au plan d’action

> Genèse du projet : durant l’année scolaire 2017-2018, une des enseignantes du projet d’AP Oral (Laura Buffle) a eu deux classes de 4e en commun avec un collègue d’Histoire-Géographie-EMC (Fabien Barthélémy). Lors de cette année, nous nous sommes rendu compte qu’il y avait de nombreuses passerelles entre les programmes disciplinaires de nos deux matières respectives, et que nous étions confrontés tous deux aux mêmes difficultés : la prise de parole laborieuse de nos élèves et les difficultés en expression écrite.
A germé alors l’idée d’un EPI qui ferait le pont entre nos deux matières et à travers lequel nous pourrions faire travailler les compétences transversales d’expression orale, mais aussi d’expression écrite, à nos élèves. En effet, nous avions constaté que les élèves décloisonnaient souvent les matières et que ce qu’ils acquéraient dans une matière n’était pas réinvesti dans l’autre.
> Mise en place concrète : durant l’année 2018-2019 nous avons donc lancé ce projet d’EPI, que nous avons construit au fur et à mesure de l’année. Nous avions créé un document à cet effet, pour présenter le projet à la direction, qui recoupe tous les ponts possibles entre nos deux matières (voir doc annexe Projet AP-HGEMC/Français).
> Pérennisation du projet : nous avons pu mener ce projet de co-enseignement durant 3 ans (avant que Fabien Barthélémy parte enseigner à l’étranger), jusqu’en juin 2022 donc. A partir de 2022, nous avons décidé avec les collègues de français de reprendre ce travail sur les compétences transversales, les collègues d’Histoire-Géographie-EMC n’étant pas intéressés par le projet. Nous avons donc gardé le même principe : 1h/semaine en co-enseignement durant laquelle nous travaillons en majorité les compétences transversales de l’oral, mais aussi celles de l’écrit. Même si le projet suit l’évolution du programme du cours de Français, nous avons toutefois gardé des compétences d’EMC, lors notamment du concours d’éloquence ou de la période sur la justice (voir le déroulé du programme présenté aux élèves dans le doc annexe Diaporama AP Oral 4e - 2023-2024).

2) Lien avec le COT.

Ce projet permet de travailler sur les compétences transversales de l’oral (Parler de manière audible, Parler de manière expressive, Adapter sa posture, Maîtriser son langage), mais travaille, et vise, également des compétences plus vastes, comme la confiance en soi, le travail en groupe ou le respect d’autrui. Ce projet s’inscrit donc pleinement dans notre Projet d’établissement qui s’est notamment fixé pour objectif de conforter une école bienveillante et exigeante dans un climat scolaire serein (Objectif 2) ainsi que d’encourager l’ouverture aux cultures artistiques, scientifiques et sportives (Objectif 3).
Ainsi, en ce qui concerne l’Objectif 2, nous axons notre travail sur le fait de proposer des apprentissages accessibles à tous. En effet, nous proposons à travers ce projet une pédagogie variée (les cours d’AP se font en dehors de la salle de classe, ou dans une salle qui change de disposition, en format d’amphithéâtre ou de salle de théâtre par exemple). Nous cherchons ainsi à varier les apprentissages et rendre les activités ludiques : les élèves travaillent des compétences disciplinaires à travers des projets concrets.
C’est également un projet qui permet à chaque élève de trouver sa place et de se sentir valorisé. Ainsi, la différenciation est au cœur des temps forts du projet : que ce soit lors de la répartition des rôles lors de la période théâtre, du choix des discours à lire, du choix des thématiques lors du concours de l’éloquence ou de la répartition des rôles dans la reconstitution du procès. Après 5 ans de pratique de ce projet, il a été constaté que tous les élèves se sentaient valorisés et que chacun pouvait exploiter et se rendre compte de l’éventail des compétences qu’il possédait, malgré parfois des résultats faibles dans les différents cours traditionnels.
Enfin, des routines sont également mises en place et acquises par les élèves, assez rapidement, en ce qui concerne notamment la préparation du corps et de la voix à la prise de parole. Tout au long de l’année nous travaillons des exercices d’échauffement et de gestion du stress, qui leur servent durant les différents oraux auxquels ils sont confrontés, lors du projet mais aussi dans les cours traditionnels.
De plus, nous travaillons le bien vivre des élèves et des personnels en proposant des temps forts qui ont pour but de donner envie et plaisir de venir à l’école, mais également l’envie de s’investir et de participer à la vie de classe : lors de la Période 2 notamment, la classe vit comme une troupe de théâtre, les élèves doivent et peuvent compter les uns sur les autres et il n’y a pas de petit rôle ou d’élèves mis de côté, chacun a la même importance quelle que soit sa place dans le projet. Ainsi, cela contribue à créer un climat serein au sein des élèves, mais aussi dans leur relation aux enseignants, avec qui ils tissent une véritable relation de confiance. Les élèves se sentent appartenir à un groupe et s’entraident, se soutiennent, et apprennent ainsi à avoir confiance en eux.
Nous avons à cœur de proposer un projet ambitieux, qui cherche à prouver aux élèves qu’ils sont capables de grandes choses, que ce soit monter sur scène pour jouer un texte classique du XVIIème siècle, déclamer un texte de Voltaire, de Martin Luther King ou de Simone Veil, défendre ses idées face à un public de 150 élèves ou déclamer un plaidoyer qu’il aura lui-même écrit. Les élèves cherchent donc à être ambitieux pour eux-mêmes.
Enfin, les élèves sont acteurs de leur PEAC. Ils découvrent notamment le métier de comédien, mais également tout ce que requiert la mise en scène d’une pièce de théâtre. Grâce aux journées de résidence avec notre comédienne professionnelle (Rose Couturier), les élèves se confrontent aux exigences de jouer une pièce de théâtre, mais également aux enjeux d’une mise en scène, et ils apprennent enfin le rôle de public, en regardant leurs camarades de classe, mais aussi les mises en scène d’autres classes. Nous avons enfin la chance de pouvoir les emmener voir une mise en scène par une troupe professionnelle (Le Grenier de Babouchka, cie de Jean-Philippe Daguerre) de la pièce qu’ils auront apprise et jouée, et se confronter à nouveau au rôle de spectateur, et ils ont enfin l’opportunité de poser des questions aux comédiens qu’ils auront vus sur scène et avoir un moment d’échange privilégié avec eux.

3) Multi-acteurs

Lors de ce projet d’AP, plusieurs acteurs entrent en jeu et toute la communauté éducative est impliquée. Les enseignants tout d’abord participent à ce projet : lors des différents temps forts, lorsque la classe est mobilisée lors de journées de résidence ou de journées de restitution, les collègues peuvent venir participer aux journées et/ou assister aux représentations finales. De plus, tout ce que les élèves mettent en œuvre lors du projet sert aux enseignements des collègues (lors des exposés ou des prises de parole en classe notamment, lors des travaux de groupe, lors des oraux de fin d’année ou dans les différentes tâches de rédaction et d’organisation des idées).
De plus, les personnels sont également partie prenante du projet, que ce soit pour assister aux représentations de théâtre ou être jury lors du concours d’éloquence où nous avons à cœur de faire participer tous les personnels, que ce soit les AED, les agents de service ou les secrétaires de direction/de gestion.
Enfin, les parents sont impliqués et peuvent assister aux différents temps forts : ils sont conviés aux représentations de théâtre et peuvent accompagner les différentes sorties (spectacle de théâtre et sortie pour assister à un procès).

4) Hypothèses

Ainsi, ce projet a pour vocation de développer des compétences scolaires, mais surtout des savoir-faire et savoir-être chez nos élèves.
Il serait donc intéressant de mesurer plusieurs choses :
 les élèves ayant participé à ce projet ont-ils des résultats particulièrement bons à l’oral de 4e ou lors des oraux de 3e (stage et DNB) ?
 les élèves ayant participé à ce projet sont-ils plus autonomes dans la gestion de leur travail personnel ?
 les élèves ayant participé à ce projet arrivent-ils mieux à travailler en groupe ?
 les élèves ayant participé à ce projet ont-ils davantage confiance en eux ?

5) Lien avec la 3e

Ce projet n’est pas poursuivi tel quel en 3e, l’emploi du temps et les exigences du programme de la dernière année au collège ne nous permettent pas d’organiser un projet d’une telle ampleur. Cependant, nous avons 30 min par semaine avec les 3e pour travailler l’oral et les préparer aux différents oraux. Les élèves, et les enseignants, se servent donc de tout ce que les anciens élèves de 4e ont travaillé et acquis l’année précédente.
De plus, certains 3e participent au Concours de Lecture à Voix Haute de l’émission la Grande librairie sur France 5 et réinvestissent donc toutes les compétences travaillées en 4e.
Enfin, lors de l’oral du DNB, les élèves peuvent choisir comme sujet un des temps forts travaillés lors du projet d’AP oral, voire présenter le projet d’AP dans son ensemble. Ce projet peut donc concerner le Parcours d’Éducation Artistique et Culturelle (Période 2 sur le théâtre), le Parcours Citoyen (Périodes 3 et 4 sur la lecture de discours historique et le concours d’éloquence, la Période 5 avec la reconstitution d’un procès) et enfin le Parcours Avenir (les élèves rencontrent des comédiens professionnels et deux avocats, avec qui ils ont l’occasion d’échanger sur leur parcours).

Plan d’action

1) Résonance du projet à l’échelle de l’établissement

Le projet d’AP Oral 4e s’inscrit dans la continuité d’un travail initié dès la classe de 6e au collège Le Grand Champ.
En effet, l’oral est travaillé sous différentes formes au cours de chacune des quatre années au collège.
 ?En 6e, les élèves participent à un projet d’initiation au spectacle vivant intitulé Quand pratique théâtrale et école du spectateur se mêlent ! . Dans le cadre de ce projet, les élèves s’essaient à la pratique théâtrale avec des comédiens professionnels (compagnie Locus Solus) lors d’une semaine de résidence. Chaque classe bénéficie d’une pratique de six heures. A la fin de cette même semaine, les élèves assistent à la représentation d’une pièce mise en scène par la compagnie Locus Solus, afin de vivre une double expérience : celle d’acteur puis celle de spectateur. Cette première expérience du théâtre permet aux élèves d’explorer modestement toutes les dimensions du théâtre.
 ?En 5e, toutes les classes participent au projet Unplugged , réalisé sur les heures de vie de classe au cours du premier semestre. Ce projet permet de développer les compétences psychosociales des élèves, de les sensibiliser aux conduites à risques et ainsi de prévenir les addictions en les rendant plus alertes, plus conscients des risques, plus vigilants à l’égard de leurs camarades. Ils identifient davantage, à l’issue de ce programme, les dangers auxquels ils s’exposent et apprennent à communiquer lorsqu’ils se trouvent dans une situation susceptible de provoquer un comportement addictif. Les différents ’brise-glaces’ de début de séances, les activités de cohésion de groupe et les mises en situation sont autant de leviers qui permettent aux élèves, dès la classe de 5e, de s’écouter, de prendre la parole et même de s’affirmer face à un groupe.
 ?En 3e, chaque classe bénéficie d’une demi-heure par semaine fléchée AP éloquence en cours de français. Ce projet, plus modeste que celui de 4e (pas de co-animation en 3e), poursuit le travail effectué l’année précédente. Par exemple, l’oral est travaillé dans le cadre d’un projet interdisciplinaire français-EMC autour du film Douze hommes en colère de Sidney Lumet, d’après la pièce de théâtre éponyme de Reginald Rose. Avant le visionnage du film au cinéma de Pont de Chéruy, les élèves travaillent sur la justice en EMC et une activité préparatoire réalisée en cours de français permet aux élèves de mettre à profit leurs talents d’orateurs lors d’une reconstitution d’un procès qui voit s’affronter les avocats de la défense et ceux de la partie civile. De plus, cette demi-heure consacrée à l’oral permet aux élèves de préparer les différents oraux qui marquent l’année de 3e (oral de stage, oral du DNB). Enfin, certaines classes participent au concours Et si on lisait à voix haute ? organisé par l’émission culturelle La Grande Librairie sur France 5.

Ainsi, l’oral est travaillé tout au long du collège par les élèves. Certains moments clés du projet d’AP oral 4e sont particulièrement marquants et attendus par les élèves. C’est ainsi le cas pour le concours d’éloquence : les sixièmes et les cinquièmes ont souvent vu les classes de 4e s’installer dans la rotonde pour y participer (lieu central de notre établissement) et lorsqu’ils arrivent en quatrième, ils demandent si eux aussi vont pouvoir y participer ! Ce temps fort, mis en valeur par des articles sur l’ENT du collège ou via des podcasts du club radio, donne aux élèves un sentiment d’appartenance et l’envie de se dépasser pour marquer à leur tour ce concours.

2) Liens entre le projet et les différents parcours des élèves

Le projet d’AP oral 4e s’inscrit pleinement dans le cadre des parcours éducatifs qui accompagnent les élèves tout au long de leur scolarité.
 ?Tout d’abord, il s’ancre dans le Projet d’éducation artistique et culturelle. En effet, lors de la deuxième période (novembre-décembre), les élèves vont apprendre et mettre en scène une pièce de théâtre classique. Ils pratiqueront donc le théâtre, en tant que comédiens, mais aussi en tant que régisseurs, costumiers, décorateurs ou encore ouvreurs lors de la représentation. C’est tous ensemble qu’ils parviendront à faire aboutir le projet : le collectif est particulièrement important lors de cette période et l’esprit de troupe nécessaire à la réussite de tous. Grâce à l’intervention d’une comédienne professionnelle, les élèves découvriront également le métier de metteur en scène, lors de deux journées de résidence qui permettront aux élèves de se professionnaliser à son contact. Plus tard dans l’année, les élèves assisteront à une représentation théâtrale mise en scène par une compagnie professionnelle : dans le cadre du PEAC, les élèves doivent en effet visiter au moins un lieu culturel par cycle. En se rendant à l’espace Vaugelas de Meximieux, les élèves découvriront un théâtre et rencontreront des comédiens avec lesquels un temps d’échange est prévu.
 ?Ensuite, il participe du Projet Avenir. En effet, le projet d’AP oral va permettre aux élèves de rencontrer un certain nombre de professionnels, avec lesquels ils auront l’occasion d’échanger. Il s’agit notamment de comédiens, comme expliqué précédemment, mais également d’un avocat, qui sera présent lors du concours d’éloquence organisé en quatrième période. Les élèves finalistes du concours d’éloquence participeront à une master classe avec l’avocat, qui leur donnera des conseils avant leur prestation, puis un temps d’échange avec tous les quatrièmes aura lieu après l’annonce des résultats du concours. Par ailleurs, le projet d’AP oral permet également aux élèves de travailler leur projet d’orientation. En effet, tous les quatrièmes passent un oral des métiers en fin d’année, au cours duquel ils doivent présenter le métier de leur choix. En AP, nous travaillons cet oral professionnel, qui prépare les élèves à la 3e, en insistant particulièrement sur la nécessité d’adapter son langage face à un jury.
 ?Enfin, il s’inscrit également dans le Parcours citoyen. En effet, l’un des objectifs du projet d’AP oral est d’aider les élèves à mieux s’exprimer à l’oral, et pour cela, de les aider à construire leur propre opinion afin de l’exposer clairement à leurs camarades. Pour forger leurs idées, la lecture à voix haute de discours historiques (en période 3) permet aux élèves d’entendre de grandes voix ayant défendu des idées fortes : cela les aide ensuite à écrire leur propre discours sur un sujet de leur choix. Être capable de défendre ses idées, comprendre pourquoi telle cause leur tient particulièrement à cœur, écouter les points de vue parfois divergents des autres élèves : tout cela participe de la formation du citoyen. L’AP oral permet aux élèves d’éveiller leur sens critique.

Ainsi, le projet d’AP oral 4e s’inscrit pleinement dans trois des quatre parcours éducatifs proposés aux collégiens. Les élèves en ont conscience et savent que ces parcours peuvent être présentés lors de l’oral du DNB en 3e : chaque année, nous avons des élèves qui choisissent de présenter ce projet pour le brevet. Il s’agit la plupart du temps du Parcours d’éducation artistique et culturelle (les élèves mettant souvent l’accent sur le concours d’éloquence ou sur le projet théâtre). Certains mentionnent les rencontres avec des professionnels lorsqu’ils choisissent le Parcours Avenir.

3) Inscription du projet sur la durée

Nous souhaiterions inscrire le projet d’AP oral dans la durée. En effet, il a été initié dès 2017 et a pris sa forme actuelle en 2022 : nous aimerions pérenniser ce projet qui s’inscrit notamment dans le projet d’établissement.
Le collège Le Grand Champ se situe à Pont de Chéruy, qui se trouve dans une zone enclavée, peu desservie par les transports en commun et éloignée des lieux culturels. L’un des objectifs du projet d’établissement est donc de Favoriser un parcours ouvert sur le monde . Pour cela, différentes stratégies sont proposées : aider les élèves à se constituer une culture personnelle, développer la sensibilité artistique et développer une meilleure connaissance de soi et des autres. Le projet vise à aider les élèves sur ces trois points-là, en leur permettant de découvrir une pièce de théâtre classique du XVIIe siècle (Le Cid de Corneille) ainsi que des discours célèbres ; mais également en leur permettant de mieux se connaître (pourquoi est-ce que je n’ose pas parler en public ? Quels sont les freins qui m’en empêchent ? Quelle place est-ce que j’aime prendre dans un projet : leader, suiveur ? Est-ce que je peux choisir d’autres rôles ?).
Un autre objectif du projet d’établissement est d’ Accompagner chaque élève dans son parcours et de Donner du sens aux apprentissages . Fondé sur la pédagogie de projet (un par période), l’AP oral permet aux élèves de travailler autrement. Il motive les élèves les moins scolaires et permet à des élèves plus à l’aise dans les pédagogies traditionnelles de se confronter à des nouveaux défis, ce qui est source de motivation. L’entraide et l’écoute sont primordiales lors des séances d’AP : chacun a un rôle à jouer, une place à prendre, personne n’est laissé à l’écart.
L’objectif Donner du sens à la communauté éducative est également travaillé. En effet, la relation professeur-élève, souvent plus horizontale lors des séances d’AP que lors de cours dits classiques , permet aux élèves de prendre confiance en leurs enseignants et aux enseignants de mieux connaître leurs élèves. De plus, certains projets comme le concours d’éloquence, qui concerne tout le niveau 4e au même moment, renforce le sentiment d’appartenance : les élèves savent qu’ils participent à un projet important, qui réunit tout un niveau en même temps (et c’est rare dans un établissement de 800 élèves !), et auquel assistent de nombreux personnels du collège (professeurs mais également équipe de direction, secrétaires, agents de service, AESH…). C’est un moment d’unité autour de thèmes importants (les discours prononcés par les élèves lors de la dernière finale du concours d’éloquence portaient sur le harcèlement, le racisme, ou encore l’inflation).

Ainsi, il nous semble important de veiller à ce que ce projet, qui s’inscrit dans le projet d’établissement du Grand Champ, puisse se poursuivre dans les années à venir.

Type de prestation demandée dans le cadre de CNR Achat de matériel Intervenant extérieur Déplacement Autre

Extrait de cnr-nefle.gogocarto.fr du 09.01.23

Répondre à cet article