> AGENDA > Archives de 2 600 articles non indexés (2005-2008) > année 2007 > février 2007 > 02.02.07 - Pour les ouvertures de classes les enfants de 2 ans ne sont (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

02.02.07 - Pour les ouvertures de classes les enfants de 2 ans ne sont comptés qu’en ZEP

2 février 2007 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extraits de « L’Humanité », le 01.02.07 : Une socialisation efficace et douce

L’invitée de la semaine : Héléne Perié, professeure des écoles à la maternelle Le Corbusier, à Marseille

Une socialisation efficace et douce

Notre école maternelle, souvent observée par d’autres pays, constitue une étape fondamentale dans la scolarisation d’un enfant. Socialisation et autonomie y sont particulièrement développées dès la petite section. Bien qu’elle ne soit pas obligatoire, l’école maternelle accueille pratiquement la totalité des enfants de trois ans. Quant aux « deux ans », quand ils ont une place, ils ne sont pas comptés dans les prévisions d’ouverture de classe (sauf en ZEP).

Mais, à Marseille en particulier, il n’y a pas de locaux pour ouvrir les classes. Et de toute façon rien n’est mis en place pour un accueil (effectif, encadrement, dortoir...) adapté à cette tranche d’âge pour laquelle il y a cependant une forte demande des parents. Pourtant chacun sait, et les études l’ont prouvé depuis longtemps, que la scolarisation dès deux ans est bénéfique à tous les enfants quelle que soit leur origine sociale.

J’ai la chance, ou le privilège, de travailler cette année dans de très bonnes conditions au regard des enfants que j’accueille dans ma classe : 12 enfants nés de juin à décembre 2003 et 7 enfants nés de janvier à mai 2004, les premiers appelés « les 3 ans », les seconds appelés « les 2 ans ». Cet effectif a permis une rentrée sans heurt, sans stress, autant pour les enfants que pour les parents dont c’est, pour la plupart, la première rentrée. Les pleurs ont été pratiquement évités ; la situation a permis un contexte rassurant et un investissement rapide des lieux par les enfants, ainsi que des possibilités de déplacement et de changement d’activité propices à une socialisation efficace et douce.

Chance qui sera de courte durée pour notre école, car de tels effectifs ne sont pas acceptés par le système qui impose un nombre de 30 élèves par classe pour accueillir les « 2 ans » qui ne sont pas comptabilisés administrativement malgré leur présence quotidienne ! L’année prochaine, une classe sera sans doute fermée et les effectifs seront de 30 par classe. Les deux ans ne pourront plus être reçus, pas plus que les nouveaux enfants arrivant dans le quartier.

Les enfants, leurs parents (et aussi leur maîtresse) n’auront plus jamais la chance dans leur scolarité future de bénéficier de conditions d’enseignement aussi favorables, avec ce que cela comporte de « confort psychologique » pour ces très jeunes enfants qui leur permet une entrée « douce » et plus rapide dans les apprentissages. Leur rapport à l’école tout au long de leur scolarité future sera ainsi facilité.

Répondre à cet article