> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Confinement, Enseignement à distance, Devoirs à la maison > Enseigner à distance : trois erreurs à ne pas commettre (le blog d’Eveline (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Enseigner à distance : trois erreurs à ne pas commettre (le blog d’Eveline Charmeux)

22 avril 2020 Version imprimable de cet article Version imprimable

[Continuité pédagogique]

Le blog de l’amie scolaire : Questions de profs.
Ce blog n’est pas un forum de débat entre partisans et adversaires de la pédagogie. Il veut être un lieu de réflexion et d’échanges pédagogiques destiné aux professionnels de l’école et à tous ceux qui s’interrogent, doutent, cherchent, souhaitent une aide à la recherche, à la pratique du métier, sans oublier les parents, bien sûr. Nous répondrons à toute question, non polémique...

Enseigner à distance ?

Avec le confinement généralisé, et les établissements scolaires fermés, c’est l’enseignement dit "à distance" qui s’installe, la "classe à la maison", comme dit joliment le CNED.
Depuis de nombreuses années, c’est une forme d’enseignement que je pratique régulièrement, et sur lequel j’ai pu réfléchir de façon approfondie.
Il n’est peut-être pas inutile de partager avec les lecteurs de ce blog, quelques-unes de mes réflexions sur ce sujet.

Peut-on transposer dans une situation de distance, le travail que nous faisons en présence des élèves ?

Il est bien évident que les pratiques habituelles, toujours officiellement préconisées — un cours magistral, bien explicite, suivi d’exercices d’application — se prêtent sans difficulté à la pratique à distance.
Il suffit de rédiger le cours de façon plus explicite, et d’élaborer, avec davantage de soin, des consignes d’exercices divers, pour envoyer le tout aux élèves par courrier ou courriel, ceux-ci renvoyant le travail effectué pour que le professeur le corrige, en veillant, là aussi, à être plus explicite encore, et plus précis.
Certes, en plus de ceux qui sont évidents (motivation molle, liberté de l’élève, et absence d’aide, etc.) l’obstacle spécifique ne tarde pas à surgir : il faut qu’ils sachent lire. Et l’on sait que c’est loin d’être le cas, même pour les élèves du cycle 3 et du collège.
Se résigner alors, à ce que seuls, ceux qui maîtrisent la chose écrite, puissent tirer parti tout de même de ce temps de crise ?

Comment éviter les erreurs de cette façon de faire ? [...]

Extrait de charmeux.fr du 16.03.20->http://www.charmeux.fr/blog/index.php?2020/03/16/418-enseigner-a-distance]

Répondre à cet article