> 6 - ACTEURS et POSITIONS > ACTEURS (rubriques) > PARENTS > Parents (Textes et Rapports officiels) > Ecole-parents, audition à l’Assemblée nationale (suite) : Anne-Sophie Benoit, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Ecole-parents, audition à l’Assemblée nationale (suite) : Anne-Sophie Benoit, présidente de l’ANDEV, Paul Monnoyer, responsable de la mission "Projet éducatif local" à Brest

12 mars 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Les relations entre les parents et l’école sont devenues plus "complexes" et marquées par la "défiance"(Anne-Sophie Benoit)

"Le bien-être des enfants et leur réussite dépendent de la cohérence éducative qui doit s’instaurer entre l’école et la famille. Ces relations sont devenues plus complexes aujourd’hui dans une société marquée par l’augmentation de l’échec scolaire, par les inégalités sociales et scolaires", affirme Anne-Sophie Benoit, présidente de l’ANDEV, l’Association nationale des directeurs de l’éducation des villes, et directrice de l’éducation au sein des services de la Ville de Dunkerque. Elle est auditionnée ce jeudi 6 mars par la mission d’information sur les relations entre l’école et les parents à l’Assemblée Nationale. "Ce constat entraîne une dégradation des relations entre l’école et les parents", poursuit la présidente de l’ANDEV qui pointe "une défiance entre les parents et les enseignants".

Paul Monnoyer, responsable de la mission "Projet éducatif local" à Brest, auditionné avec Anne-Sophie Benoit, estime pour sa part qu’il faut s’interroger : "de quelle parentalité s’agit-il lorsque nous parlons d’améliorer ces relations ? Des parents les plus éloignés de l’école, dans la précarité, le chômage, qui ne connaissent pas le système éducatif ? Il y a au contraire des parents qui s’impliquent, qui sont considérés comme intrusifs."

"Si on veut laisser de la place aux parents, il faut se poser la question de la relation qu’on doit instaurer. Cette question va se poser à l’Education nationale mais aussi aux collectivités qui gèrent le périscolaire." Les parents ont été tenus à distance des débats qui concernaient l’éducation et enseignement. "Depuis l’année dernière avec l’application de la réforme des rythmes scolaires, l’association des parents dans la mise en place des projets de territoire était une première marche pour une intégration des parents dans le débat éducatif. Cette concertation qui est prônée paraît évidente pour tous mais c’est une révolution dans la démarche. Le fait que la réforme des rythmes scolaires fasse rentrer dans l’école d’autres personnes, les associations d’éducation populaire, cela permet de donner une place aux parents."

Les conseils d’école sont des "chambres d’enregistrement"

Pour ce qui concerne les projets d’école, ils sont "écrits par les enseignants et validés par les conseils d’école. Ce sont souvent les chambres d’enregistrement du conseil des maîtres. Ces projets d’école ne sont pas forcément mis en débat comme ils devraient l’être alors que le conseil d’école est un lieu où les parents sont représentés." Il ne s’agit pas de remettre en question la compétence des enseignants mais "dans la mesure où les enfants sont confiés par les familles à des enseignants, le minimum serait de partager avec les parents les contenus".

Anne-Sophie Benoit estime pour sa part que "la formation des parents d’élèves sur ce à quoi ils ont le droit, ce dont ils sont responsables, sur la connaissance de l’institution scolaire" est un enjeu essentiel. "Il y a souvent des confusions sur ce qui se fait à l’école et ce qui est complémentaire à l’école. Dans les collectivités, nous avons des parents qui viennent nous voir pour dire ‘c’est vous qui avez fermé une classe’ ou qui interrogent des enseignant à propos de la restauration scolaire. D’où cette difficulté à mettre en place une relation plus fine."

Organiser une prérentrée ou travailler sur la formation : Anne-Sophie Benoit et Paul Monnoyer listent des propositions concrètes

Anne-Sophie Benoit et Paul Monnoyer ont formulé des propositions devant les députés. D’abord, il faudrait organiser une prérentrée qui permettrait aux parents de rencontrer tous les acteurs de l’école. Ensuite, il faut travailler sur la formation initiale des futurs enseignants dans les ESPE, avec "des instruments concrets mis à la disposition des enseignants pour nouer le dialogue avec les parents". Autres propositions : réfléchir à l’architecture scolaire pour la mise à disposition d’espaces parents, créer des maisons d’éducation dans lesquelles sont expliquées les fonctions de l’école ou l’actualité éducative, multiplier les instances de concertation, identifier dans les écoles un tiers facilitateur qui fasse un travail de médiation pour fluidifier les relations, aider les fédérations de parents d’élèves afin qu’elles puissent former les parents, faire en sorte que la participation des parents soit effective dès la première phase des projets éducatifs de territoire et des projets éducatifs locaux.

Extrait du site ToutEduc du 06.03.2013 : Les relations entre les parents et l’école sont devenues plus "complexes" et marquées par la "défiance"(Anne-Sophie Benoit)

 

Voir aussi
Création d’une mission de l’Assemblée nationale sur les relations école-parents. Publication du rapport prévue en juin 2014

Répondre à cet article