> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Mixité sociale et Carte scolaire > Mixité sociale et Carte scolaire (Positions de chercheurs et (...) > L’angoisse scolaire et ses effets pervers sur les inégalités : de la mauvaise (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’angoisse scolaire et ses effets pervers sur les inégalités : de la mauvaise conscience de certains parents et enseignants à la faiblesse du débat public (Sébastien Dupont, université de Strasbourg)

13 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

L’angoisse scolaire et ses effets pervers
Sébastien Dupont
Chercheur associé à l’Université de Strasbourg

[...] De la mauvaise conscience au débat public
Alors que l’inégalité de notre système scolaire est bien documentée et parfaitement connue des chercheurs, alors qu’elle apparaît comme une évidence aux yeux des familles, elle est encore trop peu abordée dans le débat public et les médias. Cette omission tient peut-être au fait que ce sujet nous met mal à l’aise. Nous sommes nombreux, parmi les Français des classes moyennes et supérieures, à nourrir une mauvaise conscience vis-à-vis de ce problème, que ce soit parce que nous avons nous-mêmes tiré profit du système dans notre propre scolarité (en bénéficiant des classes ou des écoles favorisées) ou parce que nous en faisons profiter nos enfants (en choisissant les bonnes options, en obtenant des dérogation à la carte scolaire, en ayant recours au privé, etc.).

Chacun de nous peut être confronté à un conflit interne douloureux entre le citoyen, qui peut chérir des valeurs de justice et d’universalité du service public, et le parent, qui souhaite le meilleur pour son enfant et qui veille à préserver son avenir. Dans les grandes villes, où les établissements et les classes sont polarisés, beaucoup de parents se sentent acculés à des choix ou à des stratagèmes qui contredisent leurs principes. Ce dilemme moral est particulièrement vif chez les enseignants, qui peuvent être tiraillés entre les idéaux de leur métier et la tentation de mettre à profit, pour leurs propres enfants, les rouages favorables d’une institution qu’ils connaissent mieux que quiconque.

Face à un système scolaire inégalitaire et anxiogène, il serait vain d’attendre des parents qu’ils renoncent à des stratégies dont on sait pourtant qu’elles aggravent le problème. Les réformes paramétriques qui sont régulièrement avancées par le ministère de l’Éducation nationale provoquent généralement chez eux une forte défiance, même si elles sont justes, car elles apparaissent comme une nouvelle source d’insécurité. Dans ce domaine, aucun changement n’est possible sans l’implication des familles, des intellectuels et plus largement du grand public. Il est ainsi de notre responsabilité collective de nous saisir de ces questions et de les mettre en débat.

Extrait de telos-eu.com du 11.03.21

 

 

En bas à gauche les mots-clés de l’article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la rubrique Mixité sociale et Carte scolaire (Positions de chercheurs et experts) (chemin en haut de la page 🏠)

Répondre à cet article