> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : LANGUE(S) et LETTRES, (doc. généraux) > Langue(s) et Lettres (Etudes univers., Dossiers et Guides) > "La copie cachée" : copier vite et sans erreur en classe de CP dédoublée pour (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"La copie cachée" : copier vite et sans erreur en classe de CP dédoublée pour mieux décoder, d’après les travaux de Sylvie Cèbe et Catherine Martinet (académie de Nantes, août 2021)

26 octobre 2021 Version imprimable de cet article Version imprimable

"La copie cachée" : copier vite et sans erreur en classe de CP pour mieux décoder

Activité pour copier vite et sans erreur en classe de CP, en s’appuyant sur la mémorisation des formes orthographiques, pour mieux lire, inspirée des travaux de Sylvie Cèbe et Catherine Martinet

La recherche « Lire-Ecrire », réalisée entre 2013 et 2015, sous la conduite de Roland Goigoux, porte sur l’étude de l’influence des pratiques d’enseignement de la lecture et de l’écriture sur la qualité des premiers apprentissages. L’hypothèse majeure des chercheurs est que la lecture et l’écriture sont en étroite corrélation. Ils s’appuient sur des études portant sur l’apprentissage initial de la lecture qui mettent en évidence la contribution des pratiques d’écriture, notamment les travaux de Yves Reuter en 1998, Fitzgerald et Shanahan en 2000, et Ecalle et Magnan en 2002.
Sylvie Cèbe et Catherine Martinet (Scriptum- Apprendre à écrire : copier et orthographier – CE1, 6ème) rappellent également que plus les élèves copient, plus le geste d’écriture est automatisé ; de plus, les performances en orthographe ne dépendent pas uniquement des connaissances lexicales et orthographiques acquises par les élèves mais aussi de la maîtrise graphique.

Faire pratiquer la copie cachée de manière quotidienne aux élèves de classe de CP permet donc
• d’une part d’augmenter leurs capacités en lecture :
◦ mettre en évidence les conventions d’écriture de gauche à droite, de haut en bas,
◦ montrer que les mots sont séparés les uns des autres par des espaces de nature à indiquer que chacun est une unité porteuse de sens,
◦ faire des correspondances grapho-phonologiques qui permettent, de façon interactive, d’accélérer la mémorisation du lexique écrit.
• d’autre part, d’accélérer les automatismes de mémorisation de l’écriture des mots et du geste d’écriture.

Comment faire de cette copie un réel temps d’apprentissage, progressif et durable ?

- Étape 1

Objectif : Apprendre à tracer les lettres et les enchaînements de lettres sans avoir accès au modèle

Pour copier efficacement la phrase, les élèves doivent mémoriser le mouvement du tracé des lettres qui forment les mots :
« En mémorisant un mouvement, l’élève se détache de la contrainte de fidélité au modèle » comme les élèves peuvent apprendre à écrire dans la pratique « traditionnelle ». « Il exécute un geste fluide libéré de la tentation d’allers-retours entre le modèle et sa réalisation. La conjonction de l’engagement du corps et de l’objectif de mémorisation pour tracer ensuite « de mémoire » réunit deux paramètres liés au processus d’apprentissage. »
C’est ce que préconise la démarche M@nus (Eric Fleurat - De la production orale à la production écrite par l’usage de scénarios pédagogiques intégrant l’outil numérique - L’apprentissage de l’écriture avec M@nus) qui, dans un premier temps, permet aux élèves d’apprendre et de mémoriser le geste, via un clip vidéo observé plusieurs fois pour chaque lettre, et dans un second temps, de l’automatiser avec le tracé de la lettre sur un support ligné.

- Étape 2

Objectifs :
Guider les élèves pour :
• fixer les nouveaux mots rencontrés lors de la lecture d’albums : rappeler le sens, réemployer ce lexique nouveau à bon escient,
• fixer la forme écrite des mots,
• les aider à comprendre les raisons qui permettent d’expliquer les raisons de l’orthographe « particulière » de certains mots,
• utiliser le langage technique de la lecture : différencier ligne/phrase, mots/syllabes/sons
• segmenter la chaîne écrite en mots.

Déroulé  :
• Ecrire une phase au tableau composée de mots construits avec des graphèmes étudiés en début de semaine et d’autres rencontrés lors de la compréhension de l’album en cours.
• Lecture par les élèves.
• Analyser la phrase avec la reconnaissance des mots outils que les élèves connaissent par coeur, et les mots avec des sons simples, plus faciles à copier.
• Analyser les mots plus complexes avec des syllabes composées d’un digramme, de consonnes doubles, de lettres muettes finales mais indispensables à l’écrit.
• Pour activer plusieurs types de mémoire (auditive, visuelle, kinesthésique), chaque élève mémorise la phrase et la récite aux autres à tour de rôle. Les élèves épellent les mots les plus complexes, les écrivent en l’air, sur la table.

- Étape 3
• La phrase est effacée du tableau et affichée dans le couloir comme aide.
• Chaque élève écrit son prénom au tableau.
• Au signal, les élèves copient la phrase sans avoir le modèle sous les yeux, au crayon à papier.
• S’il leur manque un mot ou s’ils ne se souviennent plus de l’orthographe, ils se déplacent dans le couloir pour trouver de l’aide sur le document affiché.
• A chaque aller-retour, l’élève inscrit un bâton devant son prénom au tableau.

- Étape 4
Quand la phrase est copiée, les élèves viennent voir l’enseignante qui, soit valide, soit encourage à retourner dans le couloir afin de s’auto corriger à l’aide de l’affiche, soit corrige elle-même suivant les capacités de chacun.
A partir de la période 5, les élèves, les plus rapides et qui ont copié sans erreur au crayon à papier, copient la phrase au crayon à bille afin de fixer l’écriture.

- Étape 5
En collectif, chaque élève compte le nombre de bâtons correspondant au nombre d’allers-retours durant l’activité de copie et exprime son ressenti durant la tâche. Le groupe échange aussi sur les stratégies employées par chacun pour copier vite et sans erreur. L’enseignante note le nombre d’allers retours de chaque élève comme observable des progrès des élèves.

- Retour d’élèves en CP
Cette activité dure environ 40 minutes, partagées en 20 minutes d’analyse collective et 20 minutes de copie individuelle des élèves. Ceux-ci apprécient beaucoup cette activité qui nécessite de l’attention. De plus, l’engagement du corps aide les élèves qui ont des difficultés à rester immobiles. Pour ceux-ci, les déplacements, en silence, dans le couloir, aident à la mémorisation.

Voici des exemples de productions qui mettent en évidence, à ce jour, dans la classe, 4 niveaux d’élèves pour lesquels les objectifs sont différenciés :

- Phrase à analyser et copier :
Le boulanger recouvre la patte du loup avec de la pâte à pain. (Lien avec le conte : « Le loup et les 7 chevreaux »)

- Des exemples de productions d’élèves qui ont des difficultés

• La copie de M.

M. a des difficultés à écrire et à mémoriser les mots. Son objectif est d’écrire 5 mots de la phrase proposée. Depuis le début de l’année, elle copie les mots lettre à lettre. Ses déplacements sont donc très nombreux.

• La copie de L.

L. a comme objectif de copier toute la phrase parce que son geste d’écriture est encore malhabile mais ses capacités de mémorisation des mots sont plus importantes que celles de M.

- Des productions d’élèves plus performants

• La copie de N.

N. a besoin de temps pour écrire les mots qu’elle a en mémoire. Ils ne sont pas toujours fixés. Elle hésite, rature, gomme. La tâche de réécrire la phrase au crayon à bille ne lui est pas demandée.

• La copie de R.

R. travaille très vite. Ses capacités de mémorisation de la phrase et de l’orthographe des mots qui la composent sont très développées. Dans un deuxième temps, elle peut alors recopier sa phrase au crayon à bille.

Pour aller plus loin

Durant l’année, l’enseignante bâtit une progression des phrases proposées lors de la copie cachée, suivant les critères suivants :
• le nombre de mots dans la phrase, allant de 4 à 12 mots
• le nombre de mots et structures complexes qui augmentent dans la phrase, au cours de l’année

Il est possible aussi de proposer une copie où le temps est compté, sur 10 minutes par exemple.

Références
• Sylvie Cèbe. Enseigner plus explicitement. Un dossier ressource. Centre Alain Savary. p. 11
• Eric Fleurat, janvier 2019. De la production orale à la production écrite par l’usage de scénarios pédagogiques intégrant l’outil numérique - L’apprentissage de l’écriture avec M@nus
• Sous la direction de Roland Goigoux, 2013 à 2015. Synthèse du rapport de recherche : Lire-Ecrire, étude de l’influence des pratiques de l’enseignement de la lecture et de l’écriture sur la qualité des premiers apprentissages
• Catherine Martinet – Sylvie Cèbe. 2016. Scriptum – Apprendre à écrire : copier et orthographier CE1, CE2, cycle 3, ULIS. Retz. Paris
• Guide fondé sur l’état de la recherche, 2019. Pour enseigner la lecture et l’écriture en CP

Auteur(s) :
Geneviève Vaz, Formatrice Académique pour l’Education Prioritaire – Enseignante en classe de CP dédoublée

Information(s) pédagogique(s)
niveau : Cycle 2, cp
type pédagogique : démarche pédagogique
public visé : enseignant
contexte d’usage : classe
référence aux programmes : Cycle 2. Écriture : copier

Extrait de pedagogie.ac-nantes.fr/education-prioritaire du 31.08.21

Répondre à cet article