> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Positions) > Educ. prior. Positions politiques > Dans les quartiers populaires et les territoires ruraux, Valérie Pécresse (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans les quartiers populaires et les territoires ruraux, Valérie Pécresse veut créer des écoles et établissements sous contrat sur le modèle des "charter schools" (Le Figaro)

13 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

"L’école, c’est la fabrique de la France"

[...] Dans les quartiers populaires et les territoires ruraux, là où il ya le plus de difficultés scolaires et de recrutement des professeurs, je veux aller plus loin encore [dans l’autonomie des établissements, ndlr] en créant un nouveau type d’"école publique sous contrat", sur le modèle des "charter schools" qui sont un grand succès.
Ces écoles, collèges ou lycées fonctionnent avec un triple contrat : avec l’Etat pour déterminer un projet éducatif innovant ; avec les enseignants qui sont tous volontaires ; avec les parents et les élèves qui doivent respecter une charte d’engagement. Le chef d’établissement a ainsi une totale liberté de recrutement de ses équipes. Il doit suivre les programmes fixés par le minitère, il ne sélectionne pas les élèves mais peut les exlure en cas de manquements au contrat.
A la fin du quinquennat, 10% des &tablissements pourraient être ainsi sous contrat.

Extrait de lefigaro.fr du 12.10.21

 

Ecole : Le programme réactionnaire de V Pécresse
Dans Le Figaro, V Pécresse décline son programme pour l’Ecole si elle est élue à la présidence de la République. Pour les enseignants, il n’est pas question d’augmentation générale mais de donner "plus d’autonomie aux établissements " pour qu’ils puissent "mieux rémunérer les enseignants en valorisant l’ensemble de leurs missions éducatives". Le chef d’établissement aurait donc la main sur la paye des enseignants et pourrait exiger d’eux de nouveaux services. Ce serait évidemment une privatisation de l’école publique. Pour les élèves, V Pécresse demande un examen d’entrée en 6ème. Les élèves échouant à l’examen étant envoyé dans une filière spéciale "de consolidation". Si tous les pays de l’OCDE retardent l’âge où on sépare les filières scolaires c’est qu’on sait que plus la sélection est précoce plus elle est inégalitaire socialement. Alors que la France est la championne d’Europe des horaires consacrés au français et en maths en Europe à l’école primaire, Mme Pécresse croit qu’en ajoutant deux heures de français et une heure de maths en plus par semaine le niveau s’élèverait. Elle ne dit pas où elles seraient prises. Peut-être sur l’EMC puisque Mme Pécresse a trouvé le moyen de la supprimer : si elle est élue, les professeurs pourront dénoncer directement à la police leurs élèves suspectés de radicalisation.

Extrait de cafepedagogique.net du 13.10.21

Répondre à cet article