> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales A L’ECOLE > Ecole (Climat scolaire, Harcèlement) > B* Un médiateur mis à disposition par le Val-de-Reuil pour aider les élèves (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Un médiateur mis à disposition par le Val-de-Reuil pour aider les élèves au comportement inadapté dans les écoles prioritaires et les centres de loisirs proches

4 avril

"Que fait-on de ces gamins-là ?" ou comment aider les élèves aux comportements inadaptés

QUOI ?

Les comportements inadaptés impactant la scolarité de l’élève affectent le climat de classe. Entre gestion de crise, gestion de classe et sa mission d’enseignement, l’enseignant est face à un dilemne renforçant un sentiment d’impuissance et d’inefficacité.

Les élèves aux comportements inadaptés ne sont pas tous notifiés MDPH et ne bénéficient pas forcément d’un AESH. Par ailleurs un AESH est-il toujours la réponse aux difficultés comportementales ?
En outre, chacun sait que ce type de difficulté impacte tous les temps de l’enfant (scolaire, périscolaire, famille), il est donc nécessaire de travailler en partenariat. Ils sont multiples.

Ici est présenté un de ces partenariats : celui avec la collectivité territoriale.
Un médiateur, au profil identifié, est recruté et mis à disposition par la collectivité pour accompagner ces élèves sur des temps scolaires et périscolaires définis.

Ce dispositif favorise l’inclusion, encourage la persévérance et prévient le décrochage scolaire.

QUI ?

5 membre(s) dans l’équipe - 4 partenaire(s)

Le dispositif permet la découverte des pratiques des uns et des autres. Travailler en inter-métiers, c’est se connaître et progressivement être en capacité de coopérer pour résoudre une problématique commune.

Dans le partenariat avec la collectivité locale, en amont et en aval des interventions, l’enseignant collabore de manière étroite avec l’élue locale, le service socio-éducatif et le service jeunesse. Au sein de sa classe il s’associe avec le médiateur-éducateur.
Le service socio-éducatif possède un plan d’action sociale dont le médiateur-éducateur est une composante.
Le service jeunesse est associé et s’implique dans les réunions d’équipe éducative ou les équipes de suivi de scolarité.
Le médiateur-éducateur est binôme de l’enseignant, il se centre sur le "être-élève" pour favoriser l’entrée sereine dans les apprentissages, il participe également aux REE et ESS.

Un groupe de suivi est constitué des trois partenaires, de l’enseignant et d’un membre de l’équipe de circonscription.

- Les partenaires

Structure Participation
Mairie de Val de Reuil Accompagner les enfants en trouble du comportement proposés lors des réunions du groupe de suivi.
CCAS de la Mairie de Val de Reuil Responsable du programme de réussite éducative de la ville et permet la relation aux familles des élèves proposés par le groupe de suivi.
Mairie de Val de Reuil Agent territorial interlocuteur éducation nationale et à l’interface scolaire/périscolaire
Mairie de Val de Reuil Relais de l’IEN pour l’élaboration des projets partenariaux.

- Les participants

• 2000 élève(s)
• 100 enseignant(s)
• 10 autre(s) participant(s)

OÙ ?

Interétablissements Rouen

Ecole élémentaire - CP, CE1, CM1, CM2

Les interventions du médiateur-éducateur sur temps scolaire ont lieu sur les 7 groupes scolaires de Val-de-Reuil ainsi que sur les centres de loisirs attenant aux écoles pour ce qui est des temps périscolaires (garderie, cantine, TAP). Le médiateur-éducateur peut être amené à travailler au sein de la cellule familiale après décision en veille éducative et/ou être lien avec le travailleur social et familial s’il y en a un.

- Établissement(s)

• Rouen LEON BLUM (027)
• Rouen LES DOMINOS (027) [REP]
• Rouen COLUCHE (027) [REP+]
• Rouen LES CERFS VOLANTS (027) [REP+]
• Rouen JEAN MOULIN (027) [REP+]
• Rouen LOUISE MICHEL (027) [REP]
• Rouen LE PIVOLLET (027) [REP]

• 1 académie(s)
• 7 établissement(s)
• 101 classe(s)

POURQUOI ?

- Problème identifié

Bien plus qu’une réponse à une urgence repérée, la prévention reste une priorité.

La particularité de certaines problématiques liées aux comportements des élèves désarment les équipes pédagogiques qui ne déméritent ni par leur réflexion collective ni par les propositions mises en œuvre.

La sollicitation croissante auprès de l’équipe de l’IEN, constat partagé avec la collectivité, ont mené une équipe pluridisciplinaire à engager une réflexion pour tenter de répondre non plus à "que fait-on de ces gamins là" mais "que fait-on pour ces gamins là" dont la scolarité est fragilisée.

Il est mis au jour d’une part l’insuffisance des dispositifs (PPRE, RASED, IP, faits établissement, notification d’AESH) et d’autre part le déficit fort des structures d’accueil et de soins sur le territoire. Deux constats dévoilant toute la difficulté des équipes pour enrayer les dynamiques favorisant le décrochage scolaire.

- Indicateur(s) quantitatif(s)

Indicateur Périodicité Source Date initiale Valeur initiale
Nombre d’incivilités Mensuelle Données écoles 04/01/2021 1
Nombre de faits violents recensés Mensuelle Données écoles 04/01/2021 1
Quotité horaire de prise en charge de l’élève Mensuelle Données écoles 04/01/2021 1

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• Parcours scolaire individuel de l’élève.
• Analyse critique des évolutions de l’enfant par l’enseignant.
• Ressenti des pairs de l’élève.
• Ressenti de l’AESH quand l’élève en a un.
• Evolution de la posture de l’enseignant dans la gestion de la crise.

QUAND ?

Du 01/02/2020 Au 30/06/2025

COMMENT ?

Une commission de suivi partenariale, inter-métiers, est installée pour développer une approche globale de l’aide à l’enfant au comportement inadapté.

L’éducation nationale et ses partenaires s’entendent ainsi sur les différentes interventions du médiateur-éducateur en tous les temps de l’enfant :

• temps scolaires, au sein des classes concernées ;
• temps périscolaires ;
• accompagnement à la parentalité.

- Moyens mobilisés

Ressource Type Pièce jointe
Protocole d’intervention du médiateur-éducateur Humain Procédure intervention mediateur.pdf

- Modalités de mise en œuvre

La commission de suivi statue sur la nécessité d’un accompagnement au regard de :

• l’évaluation par les équipes éducatives et équipes de suivi de scolarisation de l’efficacité des dispositifs d’aide déjà mis en place ;
• l’urgence de la situation (degré de dangerosité du comportement) ;
• l’impact sur le groupe et le climat de classe.

L’accompagnement est réévalué à chaque période scolaire lors des bilans d’étape.

Le médiateur intervient auprès des élèves, après information et accord de la famille, dans le cadre d’une durée déterminée, d’un emploi du temps défini et régulier. L’objectif étant d’encourager la persévérance et enrayer le décrochage scolaire.

Certaines interventions offrent "un sas de décompression", "une bulle d’oxygène" hors de la classe pour aider à poser des mots sur des maux et favoriser le retour en classe.

QUEL BILAN ?

- Modalités d’évaluation

• Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique

L’équipe école relève les évolutions :
◦ des incivilités ;
◦ des violences physiques ;
◦ du degré de retours aux apprentissages ;
◦ du degré d’acceptations de règles et de contraintes ;
◦ du climat de classe et scolaire

• Évaluation interne à l’Éducation nationale

Au sein des prises en charge, la commission de suivi (l’éducation nationale et ses partenaires extérieurs) relève les évolutions :
◦ du nombre d’élèves en capacité de rentrer de manière autonome dans les contraintes scolaires ;
◦ du nombre d’élèves en capacité de rentrer de manière autonome dans les contraintes d’activités péri-scolaires et extra-scolaires ;
◦ de la fréquence de rencontres des familles avec tous les partenaires (médiateur éducateur ; école, CCAS, centre de loisirs, intervenants des services sport et culture intervenant dans les écoles) ;
◦ du bien être au travail des professionnels (enseignants, AESH, intervenants) ;
◦ de la posture enseignante (retour vers les apprentissages et non gestion de crise permanente) ;
◦ de montée en compétences de l’enseignant dans la gestion de crise.

La commission cherche aussi à dégager les profils pour lequel le dispositif s’avère ou s’avèrera positif avec plus ou moins long terme, ainsi que ceux relevant véritablement du soin.

• Autre évaluation (par des associations, des consultants...)

Les centres de loisirs et les structures périscolaires relèvent les mêmes évolutions que celles évoquée précédemment. Leurs propres analyses permettent de définir les environnements de plus ou moins grande efficience du dispositif.

- Indicateur(s) quantitatif(s) actualisé(s)

Indicateur Date initiale Valeur initiale
Nombre d’incivilités 04/01/2021 1
Nombre de faits violents recensés 04/01/2021 1
Quotité horaire de prise en charge de l’élève 04/01/2021 1

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• 2020-2021 : année de construction du dispositif, organisation et modalités très expérimentales.
• 2021-2022 : année de lancement du protocole définitif diffusé à chaque équipe école, chaque partenaire.
• Les constats et premier bilan arriveront année après année.
• Des outils de suivi sont déjà en place, d’autres à concevoir.

ET APRÈS ?

• L’hypothèse qui sous-tend l’expérimentation est la suivante :
aider les élèves aux comportements inadaptés le plus tôt possible peut être une prévention au décrochage scolaire.

• La commission de suivi a cependant conscience que les niveaux ciblés pour l’expérimentation (du CP au CM2) ne peuvent pas être suffisants sans implication amont et aval dans le parcours de l’élève.

• Cycle 1 : pour être dans une démarche totale de prévention, une prise en charge des élèves de ce cycle présentant des prémices aux troubles du comportement serait nécessaire, d’autant que les outils existent pour cette détection : Observatoire du Langage et du Comportement à 3 ans ; visite infirmière PMI en moyenne section.

• Collège : à la différence du premier degré, il existe du personnel supplémentaire dans les établissements (AED, CPE, infirmiers, AS), qui doivent bénéficier des connaissances développées par le médiateur-éducateur sur ses élèves suivi en école : une continuité pour adapter leurs interventions.

- Développement et suite de l’action

L’expérimentation est présentée au sein du dispositif départemental "réussir au collège" afin de la promouvoir dans un but d’essaimage.

Il est rappelé ici que cette expérimentation est une branche d’un projet plus global :

• un partenariat avec des familles est prévu : construire un relais parents où les familles rétives peuvent apprendre de leurs pairs (que des parents ayant connu des parcours similaires avec leurs enfants puissent évoquer ce qu’ils ont eu à gagner d’accepter le travail avec le médiateur-éducateur) ;
• un partenariat EN / personnels de soins : l’idée est de réunir différents intervenants du monde du soin (pédo-psychiatre, responsable d’établissements, infirmières...) pour croiser les compétences de chacun, élaborer un collectif apprenant permettant les montées en compétences dans l’accompagnement d’élèves au comportement inadapté ;
• des groupes d’échanges de pratiques entre AESH : dégager du temps aux AESH pour se réunir et croiser les expériences des uns et des autres.

Extrait d’Innovathèque du 31.03.22

 

Voir les mots-clés en bas à gauche

Répondre à cet article