> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Pilotage national, académique, local > Pilotage académique > Pilot. acad. : Bilan, Projet > Parmi les priorités académiques de la rentrée : Aix-Marseille (internats (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Parmi les priorités académiques de la rentrée : Aix-Marseille (internats d’excellence), Besançon (territoires éducatifs ruraux et cités éducatives)

5 septembre

Conférence de presse de rentrée scolaire 2022

Le mercredi 31 août 2022, le recteur Beignier a présenté aux journalistes les nouveautés et les priorités de la rentrée scolaire 2022.

EXTRAIT
Les internats d’excellence
Le label « Internat d’excellence » est créé pour encourager et développer la politique de
revitalisation de l’internat.
Levier de justice sociale et de dynamisme des territoires, l’internat d’excellence est bien
plus qu’une solution d’hébergement. C’est un projet pédagogique avec un mode de
fonctionnement adapté aux besoins des élèves et de leurs familles qui offre aux collégiens
et lycéens une mobilité pour suivre des formations spécifiques, dans un cadre d’études
favorable, permettant de bénéficier d’activités culturelles et sportives.

Trois options sont distinguées au sein de ce label :
• Résidences thématiques
• Internats d’excellence
• Internats du pro
Le cahier des charges définit les critères d’évaluation et de labellisation des projets
d’internat du XXIe siècle, propose des exemples d’actions et de partenariats pour chacune des
trois options du label, précise le processus de labellisation et les modalités de candidature et
fixe les conditions de sélection des demandes de cofinancement du Plan de relance pour les
internats d’excellence.

11 établissements de l’académie sont labellisés internat d’excellence :
• Dans les Alpes-de-Haute-Provence : la cité scolaire André Honnorat de Barcelonnette et le
lycée Pierre-Gilles de Gennes de Digne-les-Bains
• Dans les Hautes-Alpes : le collège Les Hautes Vallées de Guillestre, la cité scolaire Honoré
Romane de Embrun et le lycée professionnel Sévigné de Gap
• Dans les Bouches-du-Rhône : le lycée Latécoère d’Istres, le lycée professionnel Les Alpilles de Miramas, le lycée polyvalent Marseilleveyre de Marseille et le collège VanGogh d’Arles
• Dans le Vaucluse : le lycée polyvalent VictorHugo de Carpentras et le lycée polyvalent
Lycée de l’Arc d’Orange

Extrait de ac-aix-marseille.fr du 02.09.22

 

ACADÉMIE DE BESANÇON

Dossier de rentrée (60 pages)

EXTRAITS
5.2 Les territoires éducatifs ruraux : un réseau de coopération autour de l’école (page 54)
Dans l’académie de Besançon, les élèves des écoles rurales réussissent moins bien, au moins juqu’à la fin du collège
Pourtant leur ambition scolaire et d’orientation est plus faible qu’en milieu urbain ou périurbain.
Les écarts observés s’expliquent notamment par l’éloignement de l’offre de formation et des
opportunités de poursuite d’études ou d’emplois plus difficiles.
Aussi, le programme des Territoires éducatifs ruraux (TER) vise à renforcer les prises en charge
pédagogiques et éducatives des enfants et des jeunes, avant, pendant, autour et après le cadre
scolaire. Il s’agit de trouver pour chacun des solutions appuyées sur une stratégie adaptée
aux territoires, de développer l’ambition scolaire et la mobilité des élèves des zones rurales.
L’académie de Besançon a donc identifié six TER, à l’échelle d’un bassin de vie, structurés autour d’un secteur de collège et de ses écoles de rattachement pour concentrer ses efforts.
5 073 élèves dans le premier degré et 2 118 élèves de collège sont concernés.
Les projets des TER visent à renforcer la persévérance scolaire, développer des stratégies d’orientation, amplifier les ouvertures sur
l’international, le sport, les arts et la culture, sensibiliser au développement durable ou encore
consolider les compétences numériques.
Le renforcement des collaborations entre l’École et les acteurs locaux, (collectivités territoriales, associations, acteurs économiques, établissements du supérieur...), associé à une
logique de mise en réseau des établissements, des enseignants, des innovations pédagogiques,

Voir aussi page 56 Les cités éducatives

EXTRAIT
5.3 Les cités éducatives : mobilisation collective autour de l’enjeu éducatif
LANCÉ EN SEPTEMBRE 2019, LE PROGRAMME DES CITÉS ÉDUCATIVES VISE À DYNAMISER LES QUARTIERS PRIORITAIRES DE LA POLITIQUE DE LA VILLE (QPV)
Et ceci au travers d’une mobilisation autour de l’enjeu éducatif coordonnée par la préfecture, les services académiques et les collectivités territoriales.
La priorité accordée à l’éducation dans les QPV s’est traduite par des mesures concrètes
et fortes : dédoublement des classes de CP et de CE1 depuis la rentrée scolaire 2018, mise
en place de petits déjeuners gratuits à l’école, « devoirs faits », « plan mercredi », « les colos apprenantes », etc.
Le cadre scolaire ne peut à lui seul compenser un environnement familial et social défavorisé. C’est pourquoi, en 2019, le ministre de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports, d’une part, et le ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, d’autre part, ont lancé l’appel à projets des Cités éducatives, avec l’ambition forte de faire franchir un nouveau cap à la mobilisation de tous les acteurs partageant les valeurs républicaines pour la réussite de la jeunesse des quartiers populaires, autour de l’École.
Né à partir d’initiatives menées sur le terrain par les élus locaux, les services de l’État et
les associations (Association de la fondation étudiante pour la ville, Ligue de l’enseignement, Fédération Léo Lagrange, PARI), les Cités éducatives visent à intensifier les prises en
charge éducatives des enfants à partir de 3 ans et des jeunes jusqu’à 25 ans, avant, pendant,
autour et après le cadre scolaire. Le label « Cité éducative » résulte de la co-construction de
la feuille de route gouvernementale pour les quartiers prioritaires menée par le ministère de la
Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.

Trois grands objectifs guident l’ambition des cités éducatives :
• conforter le rôle de l’École, car l’ambition scolaire doit être stimulée ;
• promouvoir la continuité éducative, qui suppose une attention renforcée au parcours personnel de chaque enfant et de chaque adolescent ;
• ouvrir le champ des possibles, afin de multiplier les possibilités de mobilité de toute nature pour les jeunes des quartiers populaires.
Des objectifs qui traduisent sur le terrain par de nombreuses actions pour les 0-25 ans des
quartiers concernés.
4 cités éducatives dans l’académie :
• Belfort (cité éducative labellisée en 2021),
• Besançon (cité éducative labellisée en 2020),
• Montbéliard / Bethoncourt (cité éducative labellisée en 2020),
• Saint-Claude (cité éducative labellisée en 2022).
L’action et la mobilisation de tous les acteurs, en particulier celles des maires et des élus locaux des territoires concernés, en lien avec les services de l’État, ont rendu possible ces quatre labellisations qui permettent de mieux accompagner les élèves des quartiers prioritaires vers la réussite et ce, du plus jeune âge jusqu’à la poursuite d’études postbac et l’insertion professionnelle.

DES EXEMPLES D’ACTIONS DÉVELOPPÉES ET FINANCÉES PAR L’ÉDUCATION NATIONALE DANS LE CADRE DE LA CITÉ ÉDUCATIVE DE MONTBÉLIARD /
BETHONCOURT — « Savoir rouler à vélo » pour les REP+ Anatole France de Bethoncourt et Lou Blazer de Montbéliard ;
— « Aisance aquatique » pour le REP+ Lou Blazer de Montbéliard ;
— Quart d’heure lecture au collège Lou Blazer de Montbéliard et au lycée Nelson
Mandela d’Audincourt ;
— « Orchestre à l’École » au collège Anatole France de Bethoncourt et au lycée
Nelson Mandela d’Audincourt

Les grandes lignes de la rentrée 2022-2023

Extrait de ac-besancon.fr d’août 2022

Répondre à cet article