> EDUCATION. Généralités (hors EP) > Education. Généralités (Textes et Déclarations officielles) > "Vers une autonomie et décentralisation des collèges et lycées pour financer (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Vers une autonomie et décentralisation des collèges et lycées pour financer des projets spécifiques" (Rencontre de Pap Ndiyae avec les lecteurs du Midi Libre)

17 septembre

Additif du 119.09.22

Pap Ndiaye à l’attaque du collège
Dans un entretien donné au Midi Libre le 16 septembre, Pap Ndiaye annonce vouloir "s’attaquer au collège" présenté comme "l’homme malade du système". Le ministre pointe notamment les résultats en langues et en maths. Que sait-on vraiment du niveau des collégiens français ? Et que pourrait faire Pap Ndiaye ?

Les propos du Midi Libre

"On doit maintenant s’attaquer au collège car c’est l’homme malade du système", affirme P Ndiaye dans Le Midi Libre du 16 septembre. "Le niveau en sortie de 3ème est faible, en particulier en maths et en langues vivantes... Le niveau en anglais a baissé en fin de 3ème. On va remettre ça en chantier", dit-il. Pour les maths, "ce n’est pas une question d’heures de cours", assure t-il, "mais plutôt de méthode pédagogique".

A l’appui des propos ministériels, les résultats d’Ev@lang, une nouvelle évaluation informatisée réalisée par France Education International. Tous les élèves de 3ème ont passé le test en mars ou avril 2022. Les résultats montrent que la moitié des élèves ont "le niveau attendu" (niveau A2). Près de 40% des élèves sont au niveau A1 ou A1+.

Que sait-on du niveau en anglais des collégiens ?

Ev@lang est une évaluation totalement nouvelle qui ne permet pas de comparaison et qui a pu surprendre les candidats et les enseignants. Pour savoir vraiment ce qu’il en est du niveau des collégiens et de son évolution il faut , faute d’évaluation internationale, se tourner vers les évaluation CEDRE régulières du ministère. Lors d’un intervention devant le Cnesco, en mars 2019, Pascale Manoïlov (Depp) montre au contraire des progrès en compréhension de l’écrit dans les 3 langues (anglais, allemand et espagnol) mais une baisse en expression écrite en anglais. En fin de lycée, le niveau s’améliore en expression orale. Une note de la Depp de 2021 montre un renforcement de l’enseignement des langues au collège, notamment sous le quinquennat Hollande. A contrario de ce que dit le ministre, une enquete réalisée par la Depp en 2017 montre de nets progrès au collège par rapport à l’enquête précédente de 2010 en compréhension de l’oral et une hausse des performances pour construire le sens. L’expression écrite est un peu moins bonne qu’en 2010. Mais globalement les études de la Depp ne confirment pas les propos ministériels.

Ce que montrent surtout ces évaluations, et qui est passé sous silence par P Ndiaye, ce sont les fortes inégalités de niveau au collège. Les filles sont meilleures que les garçons. Surtout il y a de forts écarts selon l’origine sociale des élèves. P Manoïlov pointe d’autres facteurs comme le mode d’évaluation de l’expression orale en France. La Depp fait le lien entre réussite et nombre d’élèves en classe : le doublement du pourcentage d’élèves en demi groupe a eu un impact sur les résultats entre 2010 et 2016. On sait que depuis cette date ce pourcentage est en forte baisse. La Depp fait aussi le lien avec les apprentissages dans le premier degré.

Que sait-on de leur niveau en maths ?

En maths, par contre, la baisse est évaluée dans l’étude internationale TIMSS portant sur la 4ème. Le dernier TIMSS (passé en 2019) met les collégiens français en bas du tableau des pays européens juste avant la Roumanie. Globalement nos élèves ont une année de retard par rapport aux autres Européens. TIMSS pointe des facteurs pédagogiques. D’abord l’importance du langage : les élèves allophones réussissent beaucoup moins bien ce qui montre l’importance de la maitrise du langage mathématique. Ensuite l’accent mis sur une pédagogie de la réussite. Les travaux de C Terrier en 2014 ont montré, par exemple, que la surnotation des filles par les professeurs de maths a un effet positif sur leur niveau réel.

On peut avancer d’autres facteurs purement français. D’abord la mutliplication des changements de programmes : programmes de 2016 au collège immédiatement révisés par JM Blanquer en 2018. On peut douter des résultats de la formation très descendante du plan maths lancé par JM Blanquer, appuyée par des "guides" tout autant injonctif distribués par le ministère.

Et si ça regardait l’organisation de l’Ecole ?

J-M Blanquer s’était gardé d’intervenir au collège, notamment en raison du coût de cette intervention. En effet c’est l’Etat qui a à charge les manuels du collège et toute réforme des programmes entraine le coût des nouveaux manuels. P Ndiaye semble avoir sur sa feuille de route la réforme du collège. Puisque aussi bien en maths qu’en langues, les écarts de niveau sont corrélés à la situation sociale et à la ségrégation des établissements, on verra si le ministre "s’attaque" à ces questions ou, sur la lancée de son prédécesseur, il se limite à indiquer la "méthode pédagogique" unique qui convient à tous...

François Jarraud

Extrait de cafepedagogique.net du 19.09.22

 

Montpellier : revivez les débats entre Pap Ndiaye, ministre de l’Éducation nationale, et les lecteurs de Midi Libre
Le ministre de l’Éducation nationale Pap Ndiaye, en visite dans l’Hérault ce vendredi 16 septembre, participe à son premier Face aux lecteurs organisé par Midi Libre. Après l’inauguration de l’école Samuel-Paty à Montpellier, il répondra aux questions de plusieurs enseignants, élèves et parents.

Réforme du bac, Parcoursup, place du collège, métier d’enseignant... ce sont quelques-uns des thèmes qui ont été abordés avec le ministre de l’Éducation nationale Pap Ndiaye, ce vendredi après-midi à l’école Samuel-Paty à Montpellier. C’est la première fois que le ministre se prêtait au jeu des questions-réponses avec des lecteurs peu après avoir inauguré l’école Samuel-Paty en présence du maire Michaël Delafosse.

Voir la série de twitts sur cette rencontre et notamment celui-ci :

[...] #faceauxlecteurs Vers une autonomie et décentralisation des collèges et lycées pour financer des projets spécifiques annonce le ministre Pap Ndiaye à Montpellier
2:40 PM · 16 sept. 2022

Extrait de midilibre.fr du 16.09.22

 

Pap Ndiaye veut « s’attaquer » au collège, « l’homme malade du système »

Le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, veut « s’attaquer au collège », estimant qu’il est « l’homme malade du système » scolaire avec un niveau « faible », notamment en mathématiques et langues vivantes, a-t-il expliqué dans un entretien à Midi Libre publié samedi. « On doit maintenant s’attaquer au collège car c’est l’homme malade du système. Le niveau en sortie de 3e est faible, en particulier en maths et en langues vivantes », a déclaré le ministre face à des lecteurs du quotidien régional.

« On a un problème avec les langues. Le niveau en anglais a baissé en fin de 3e. On va remettre ça en chantier », a-t-il promis. Sur les maths, « ce n’est pas une question d’heures de cours, qui sont déjà conséquentes du CP à la Terminale, mais plutôt de méthode pédagogique », a estimé le ministre.

Plusieurs chantiers brûlants
En décembre, l’Éducation nationale pourra déjà mesurer selon lui « les premiers effets » du plan maths lancé en primaires après l’évaluation des sixièmes. Le ministre a déjà plusieurs chantiers brûlants entre les mains : la crise des recrutements, la revalorisation salariale des enseignants, la réforme de la voie professionnelle ou les innovations pédagogiques pour « l’école du futur ». Son prédécesseur s’était attaqué à la réforme du lycée et à l’école, avec le dédoublement des classes en zone d’éducation prioritaire.

Extrait de lefigaro.fr du 17.09.22

 

Voir le mot-clé Pilot. local. Autonomie établissements (gr 5)/

Répondre à cet article