> Education prioritaire (TYPES DE DOCUMENTS) > Educ. prior. (Rapports officiels) > Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, observatoires... > Agir au nom de la laïcité. Dilemmes parmi des professionnels de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Agir au nom de la laïcité. Dilemmes parmi des professionnels de l’éducation populaire… (étude de l’Injep et réaction de Sarah El Haïry)

24 avril 2023

Agir au nom de la laïcité. Dilemmes parmi des professionnels de l’éducation populaire (Île de France 2015-2021)
Notes et rapports Injep
Avril 2023, 129 p.

Cette recherche analyse, à partir d’une enquête par entretiens et observations, les façons dont les mondes de l’éducation populaire sont traversés par les questions associées à la laïcité et au fait religieux aujourd’hui en Ile-de-France. Le travail des professionnel·le·s et des bénévoles associatif·ve·s vise à mettre en œuvre deux principes fondateurs de l’éducation populaire : l’inclusion et l’émancipation. Dans ce cadre, la laïcité leur semble une question imposée de l’extérieur. Celle-ci est particulièrement sensible dans la mesure où elle fait peser un risque de stigmatisation et de discrimination sur les musulman·e·s, et révèle des inégalités sociales et ethnoraciales plus larges au sein de la société française. Les enquêté·e·s insistent sur l’importance de préserver l’autonomie de l’éducation populaire pour se protéger de certaines lectures imposées de la laïcité (par l’État, les élu·e·s locaux, parfois les bénévoles). Cette aspiration à l’autonomie les conduit à souhaiter une régulation non pas par le haut ou l’extérieur, mais au sein même des structures associatives. Néanmoins, l’application concrète des principes d’inclusion et d’émancipation s’avère complexe. Si la pratique religieuse des publics fait l’objet d’une acceptation relativement partagée, les signes d’islam sont bien plus souvent perçus comme problématiques lorsqu’ils proviennent des professionnel·le·s.
Des seuils d’acceptabilité se dessinent alors, et les personnes concernées, en particulier les professionnelles « voilées », sont invitées à (r)assurer les directions et les conseils d’administration de leur posture distanciée vis-à-vis de leurs croyances et de leurs pratiques religieuses. Les formations à la laïcité observées dans le cadre de cette enquête constituent alors un espace de délibération et de régulation. Privilégiant un « refroidissement par le droit », ces formations mettent l’accent sur le cadre forgé par les lois de laïcisation scolaire et la loi de séparation des Églises et de l’État. Pour une partie des stagiaires, elles amènent certes à une prise de conscience de l’illégalité de leurs pratiques (notamment l’interdiction du port du voile à des salariées), mais ne contribuent pas nécessairement à changer leur regard sur ces pratiques. Ils et elles adoptent alors soit une posture d’exit (défection) soit une posture d’appropriation du droit. Ainsi, cette recherche révèle à quel point la laïcité et les signes d’islam engendrent aujourd’hui des épreuves de professionnalité qui interrogent l’autonomie et le devenir des mondes de l’éducation populaire.

Télécharger la synthèse

Extrait de injep.fr du 21.04.23

 

Sarah El Haïry : "A la lecture de ce rapport sur la laïcité, j’ai ressenti un certain effroi"

La secrétaire d’Etat chargée de la jeunesse réagit à la publication d’un rapport réalisé par trois universitaires et publié le vendredi 21 avril par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire.

Sarah El Haïry, la secrétaire d’Etat chargée de la jeunesse, réagit à la publication d’un rapport indépendant sur la laïcité réalisé par trois universitaires. (Photo by Bertrand GUAY / AFP)
AFP

"Analyser en quoi les mondes de l’éducation populaire sont traversés par les questions associées aujourd’hui à la laïcité et au fait religieux" : tel était l’objectif d’une enquête* réalisée par trois universitaires entre 2015 et 2021, et publiée vendredi 21 avril par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep) – organisme qui dépend du ministère de l’Education nationale et de la jeunesse. L’étude libre (ce qui veut dire que le ministère n’en connaissait pas le contenu avant publication) réalisée par Lila Belkacem, Séverine Chauvel et Francine Nyambek-Mebenga se fait le porte-voix d’une défiance importante des professionnels de ce secteur vis-à-vis de la laïcité perçue comme "une question imposée de l’extérieur".

Extrait de lexpress.fr

Répondre à cet article