> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : CITOYENNETE (doc. généraux) : Edd, Emc, Emi, Histoire-Géo, (...) > Citoyenneté (Etudes, Dossiers et Guides, Actes) > La naissance du sentiment éthique face à l’autorité de la maîtresse chez les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La naissance du sentiment éthique face à l’autorité de la maîtresse chez les jeunes élèves varie selon leur milieu social mais aussi leur position scolaire : une recherche dans la RFP

30 mars

Faut-il toujours obéir à la maitresse ?
Jusqu’où peut aller l’obéissance de jeunes écoliers , de maternelle et de CM1, aux ordres de leur maitresse ? Comment se forme leur éthique ? Comment réagissent bons et mauvais élèves, riches et pauvres, filles et garçons ? Dans le nouveau numéro de la Revue française de pédagogie (213), Sophie Richardot (Université de Picardie) et Marie Françoise Vermunt (ancienne IG) ont remonté les sources de la morale individuelle jusque dans ses premières années. Un voyage fort intéressant qui bouscule pas mal de représentations et qui montre que l’éthique est là très tôt.

Comment réagir quand la maitresse dérape ?

" Comment des élèves appréhendent-ils les situations dans lesquelles une autorité légitime (en l’occurrence une enseignante) leur demande d’agir contre un tiers ? Comment articulent-ils leur sentiment d’obligation à obéir à l’adulte avec leur souci, éventuel, de ne pas nuire à autrui ? Il s’agit d’appréhender non seulement dans quelle mesure ils sont capables de percevoir qu’une injonction est problématique moralement mais, également, se sentent habilités à ne pas la suivre." Dans La Revue française de pédagogie n°213), Sophie Richardot et Marie Françoise Vermunt rendent compte d’une expérience menée auprès 238 élèves : 109 âgés de 5 à 6 ans et 129 de 9 à 10 ans, scolarisés dans 26 écoles, dont 20% issus de l’éducation prioritaire.

Les élèves ont du réagir à deux histoires courtes et justifier leur décision. Dans la première, un élève se trompe à l’école et la maitresse demande à un élève de lui donner une claque parce quil n’a pas su répondre. Il refuse de le faire. Dans la seconde, un élève est frappé par un autre dans la cour de récréation. La maitresse lui demande de donner une claque à l’élève qui l’a frappé. Et là aussi il ne le fait pas. Sophie Richardot et Marie Françoise Vermunt recueillent les décisions des enfants. Vont-il ou non obéir à leur maitresse et pourquoi ?

Naissance de la morale

Les résultats sont plus complexes qu’attendu. Les élèves de Cm1 anticipent davantage une désobéissance aux instructions de la maitresse que les plus jeunes. Pour ceux ci ce n’est d’ailleurs pas la peur d’une punition qui les fait obéir que l’idée que c’est la bonne conduite à tenir. Les enfants de milieu favorisé sont plus à même de désobéir que les moins favorisés. C’ets le cas aussi des élèves de niveau fort alors que les élèves faibles sont davantage dans la soumission à l’autorité.

Ainsi on voit des règles morales se renforcer et s’imposer de la maternelle à l’école élémentaire. " Les règles morales apparaissent finalement comme inaltérables (on ne tape pas quel que soit le contexte, la nature des relations entretenues avec les autres, l’intentionnalité de l’agresseur, la force du coup, etc.)", écrivent les autrices. "En s’affirmant, ce principe crée des conditions légitimant la désobéissance à l’autorité (on n’obéit pas quand cela porte préjudice aux autres)".

Pourquoi les bons élèves sont-ils davantage prêts à désobéir ?

Leur conclusion interroge les enseignants sur le développement d’un sentiment éthique chez les enfants. " Il faut voir dans la propension différenciée des enfants, en fonction du niveau scolaire, à plaider pour la désobéissance, la marque d’un sentiment d’auto-habilitation à remettre en question la parole du maître. Ce sentiment s’explique en partie par une socialisation primaire différenciée : les élèves de bon niveau proviennent majoritairement de milieux favorisés, dans lesquels les enfants sont souvent invités à exercer leur esprit critique vis-à- vis des messages délivrés par l’autorité tandis que les élèves en difficulté sont principalement issus de milieux défavorisés dans lesquels la parole de l’autorité, fortement incarnée, est rarement contredite.... Mais la socialisation familiale n’explique sans doute pas tout. Les élèves bons scolairement, et pourtant de milieu populaire, se sentent manifestement investis également par ce sentiment d’auto-habilitation si on en croit les résultats de notre étude... Les élèves, en fonction de leur position scolaire, s’attribuent donc plus ou moins de pouvoir critique, les uns considérant que, malgré leur résistance relative, ils ont une chance d’être écoutés s’ils négocient ce qui leur est demandé tandis que les autres s’interdisent de le faire (ou s’interdisent d’imaginer qu’ils puissent le faire) par crainte que leur comportement ne soit ni compris, ni jugé recevable".

François Jarraud

Sophie Richardot et Marie-Françoise Vermunt, Faut-il toujours obéir à la maîtresse ? Soumission à l’autorité et autonomie de jugement chez les élèves de maternelle et d’élémentaire. Revue française de pédagogie n°213.

Le sommaire de la revue (n°213/21)

Extrait de cafepedagogique.net du 30.03.22

 

Voir le mot-clé Dossier Revue Française de Pédagogie (gr 2)/

Répondre à cet article