> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : LANGUE(S) et LETTRES, (doc. généraux) > Langue(s) et Lettres (Textes et Rapports officiels, Déclarat. (...) > Grammaire : la publication d’une terminologie officielle par le ministère (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Grammaire : la publication d’une terminologie officielle par le ministère est-elle la marque d’un affrontement idéologique ? (ToutEduc)

22 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Grammaire : la publication d’une terminologie officielle par le ministère est-elle la marque d’un affrontement idéologique ?

Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé la mise à disposition sur Eduscol d’une "terminologie grammaticale", élaborée par Philippe Monneret (Sorbonne-Université) et Fabrice Poli (inspecteur général). Elle "recourt aux désignations les plus usuelles" et constitue pour les enseignants "une base terminologique de référence pour mettre en œuvre un enseignement raisonné, efficace et harmonisé de la grammaire". Cette publication sera d’ailleurs "prochainement suivie par celle d’une Grammaire des cycles 2 et 3 qui précisera, pour chaque notion, les objectifs d’apprentissage, les éléments définitionnels ainsi que la progression envisageable".

Les Cahiers pédagogiques avaient publié en 2018 une tribune de deux universitaires Patrice Gourdet (Cergy-Pontoise) et Solveig Lepoire-Duc (Lyon 1) critiquant une conférence donnée à des inspecteurs en formation par Philippe Monneret et disponible sur Youtube. Ils contestent notamment l’idée qu’il n’existerait qu’une seule grammaire de référence, un "consensus souterrain", implicite, marqué par "le bon sens". Ils estiment que le conférencier ne répond pas à la question des finalités de cet enseignement. Eux-mêmes en distinguent trois, la première "au service du lire-écrire", la deuxième vise la compréhension de la langue et la troisième concerne l’accès aux autres langues.

Ils contestent qu’il y ait eu "toute une période où la grammaire, ça marchait très bien", où "il y avait une sorte de corpus de connaissances grammaticales qui se transmettait de génération en génération d’instituteurs" et que cette chaîne se soit désagrégée "dans les années soixante". Ils considèrent, au contraire, que des "avancées notables" ont été réalisées. "L’impression générale est que l’objectif de l’enseignement de la grammaire se résumerait à l’étiquetage de trente notions" et que le ministère voudrait "permettre la réintroduction de termes traditionnels (COD, COI, CC, articles)" au risque de mêler "des approches sémantique et syntaxique", ce qui avait été évité en 2015. Ils voient, dans la promotion de cette conférence par l’IHE2F (l’Institut des hautes études de l’éducation et de la formation) une forme "d’affrontement idéologique" au mépris des "recherches en didactique du français".

La terminologie de Philippe Monneret et Fabrice Poli (Eduscol)

Grammaire du français. Terminologie grammaticale, juin 2020, 212 p.)

La conférence de Philippe Monneret

La tribune publiée par les Cahiers pédagogiques (20.11.218)

Extrait de touteduc.fr du 21.07.20

Répondre à cet article