> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : LANGUE(S) et LETTRES, (doc. généraux) > Langue(s) et Lettres (Etudes univers., Dossiers et Guides) > Culture écrite et inégalités scolaires : sociologie de l’"échec scolaire" à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Culture écrite et inégalités scolaires : sociologie de l’"échec scolaire" à l’école primaire, par Bernard Lahire, PUL, 1993, réédition mars 2021

26 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Culture écrite et inégalités scolaires ; sociologie de l’"échec scolaire" à l’école primaire
Bernard Lahire
Editeur : Pu De Lyon
Date de parution : 25/03/2021
EAN : 9782729712402
Nombre de pages : 308 pages
18,00 €

Bernard Lahire est professeur de sociologie à l’Ecole normale supérieure Lettres et Sciences humaines et directeur du Groupe de recherche sur la socialisation (CNRS / Université Lyon-II / ENS-LSH). Il est notamment l’auteur de Tableaux de familles (Gallimard / Seuil, 1995), L’Homme pluriel (Nathan, 1998), L’Invention de l’" illettrisme " (La Découverte, 1999, 2005), Portraits sociologiques (Nathan, 2002), L’Esprit sociologique (La Découverte, 2005) et de La Condition littéraire (La Découverte, 2006).

Résumé
Que signifie « échouer » ou « réussir » à l’école primaire ? Comment comprendre les difficultés éprouvées par des élèves d’origine populaire en lecture-écriture, grammaire, conjugaison, orthographe, vocabulaire, expression orale et expression écrite ? Comment se construisent, jour après jour, les processus de production des inégalités scolaires dans les salles de classe ? Ce livre tente de répondre à ces questions, en procédant à l’étude détaillée des pratiques et des productions scolaires d’élèves du CP au CM2 en français. Soulignant le rôle central du rapport au langage dans la production des différences scolaires, l’auteur fonde son analyse sur une sociologie de l’éducation informée des travaux anthropologiques et historiques concernant la spécificité des cultures écrites. Il entend ainsi rendre raison de l’« échec scolaire » du double point de vue d’une anthropologie de la connaissance et d’une anthropologie du pouvoir. Cet ouvrage est issu de l’enquête menée par Bernard Lahire pour sa thèse de doctorat, soutenue en 1990. Trente ans plus tard, les réflexions et analyses qu’il propose n’ont rien perdu de leur actualité. Dans une préface écrite à l’occasion de cette réédition, il souligne le poids de sa propre trajectoire sociale - son statut de transfuge de classe issu d’un milieu populaire - sur le choix de son objet d’étude.

Extrait de ombres blanches.fr

 

Le compte rendu par Marie Duru-Bellat, Revue française de sociologie,
Année 1994 35-1 pp. 141-144

Extrait de persee.fr

Répondre à cet article