> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Rapports officiels) > Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, (...) > Le confinement de mars-avril 2020 a été plus mal vécu par les élèves en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le confinement de mars-avril 2020 a été plus mal vécu par les élèves en éducation prioritaire (Depp, avril 2021)

18 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

Dispositif d’évaluation des conséquences de la crise sanitaire : comment les élèves ont-ils vécu le confinement de mars-avril 2020 ?

Note d’Information n° 21.19, avril 2021

Le ressenti est très différent selon l’âge des élèves, mais aussi leur sexe ou leur lieu de scolarisation. Quelles que soient les dimensions interrogées, les filles ont moins bien vécu le confinement que les garçons. La peur du coronavirus a plus touché les élèves plus jeunes, les filles et les élèves scolarisés en éducation prioritaire.
Le confinement a été jugé long, ennuyeux et a généré de la frustration par manque de relations sociales avec les ami(e)s, particulièrement pour les élèves de CM2 et les filles, quel que soit le niveau de scolarisation concerné.
Les difficultés à travailler à domicile ont été plus ressenties par les élèves du réseau d’éducation prioritaire.

Extrait de education.gouv.fr du 27.04.21

EXTRAIT
Les élèves du réseau d’éducation prioritaire ont eu plus de difficultés à travailler et ont eu plus peur du coronavirus
Les élèves ayant été scolarisés dans des établissements du réseau d’éducation prioritaire lors du confinement sont plus nombreux à avoir eu des difficultés pour
travailler à domicile, quel que soit le niveau de scolarité. C’est en troisième que ces
différences sont les plus importantes.
En effet, 49,5 % des élèves ayant été scolarisés dans des collèges de REP+ déclarent qu’ils ont pu facilement travailler à leur domicile, contre 57,6 % de ceux ayant été scolarisés dans des collèges publics situés hors du réseau d’éducation prioritaire.
De même, les élèves de REP+ sont plus nombreux à déclarer avoir eu peur du coronavirus que leurs camarades scolarisés dans un établissement privé ou public situé hors du réseau d’éducation prioritaire : 41,4 % des élèves de CM2 de REP+ ont eu peur du coronavirus contre 36,7 % de ceux scolarisés dans une école publique hors éducation prioritaire. Bien que globalement moins d’élèves de troisième aient déclaré avoir peur du coronavirus pendant le confinement, un écart de plus de 7 points est observé entre les élèves scolarisés en REP+ et ceux ayant été scolarisés dans un collège public hors éducation prioritaire (31,8 % contre 24,4 %).

Ces résultats concordent avec les réponses apportées par les directeurs et directrices
d’école au questionnaire de rentrée : les directeurs et directrices des écoles situées en REP+ étaient en effet plus nombreux à mettre au premier plan de leurs priorités le fait de rassurer leurs élèves par rapport à la situation sanitaire.

En grande section et en CP, les élèves scolarisés en éducation prioritaire sont moins nombreux à avoir apprécié rester à la maison
En grande section et en CP, les élèves des écoles du réseau d’éducation prioritaire ont moins apprécié être restés tout le temps à leur domicile (50 % des élèves de REP+ contre 57,2 % des élèves scolarisés dans le secteur public hors éducation prioritaire) mais ils ont moins souffert du manque de relations avec leurs pairs (68,1 % contre 75,3 %).
En CP particulièrement, les élèves du réseau d’éducation prioritaire se sont davantage ennuyés que les élèves des écoles situées hors du réseau d’éducation prioritaire, qu’elles soient publiques ou privées (41,8 % contre 37,5 % et 35,8 %)

Répondre à cet article