> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Psychologie cognitive, Autonomie, Apprentissages) > Le projet PISTES : proposer aux élèves de choisir en autonomie des parcours (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le projet PISTES : proposer aux élèves de choisir en autonomie des parcours différenciés dans deux collèges REP+ de Guyane (au Top 30 national en 2016)

8 novembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Projet PISTES
au collège Reeberg Néron et au collège Gérard Holder
Créé et diffusé depuis 2011, le Projet "PISTES" est une pédagogie innovante, reposant sur la RESPONSABILISATION de chaque élève face aux compétences et au bien vivre-ensemble en classe.
En fonction de sa confiance en lui, ses forces et ses besoins, il choisit en AUTONOMIE des parcours différenciés, appelés « PISTES » (Vertes, Rouges,
Noires).
Seul ou en groupe, en activité orale ou écrite et en évaluation, les élèves utilisent les « Pistes » et s’évaluent en permanence pour acquérir à leur rythme leurs compétences.
Les « Pistes » motivent et stimulent TOUS les élèves, qui s’entraident au sein d’une classe hétérogène, dynamique et solidaire. Collaboratif et appropriable aisément, cet outil innovant de pédagogie différenciée est interdisciplinaire et intercycle. Il facilite un accompagnement personnalisé quotidien, la persévérance scolaire et une évaluation adaptée à la diversité, pour l’enseignant devenu chef d’orchestre.

Plus-value de l’action
En se sentant motivés et stimulés par la démarche différenciée et interdisciplinaire du
« choix éclairé de leurs Pistes », tous les élèves sont autonomes et actifs lors de leur travail permanent par compétences clairement identifiées. Ils progressent dans leur acquisition et leur maîtrise de celles-ci grâce au respect de leur rythme l’apprentissage et par une autoévaluation quotidienne.
Les "Pistes" constituent ainsi un outil pédagogique et d’(auto)évaluation différenciées
responsabilisant, qui réussit à rendre l’élève acteur dans son travail et le responsabilise dans son implication scolaire. Il permet un accompagnement personnalisé quotidien et continu sur l’année !
Cette approche du Projet "Pistes" facilite une gestion adaptée à la diversité des élèves, tout en favorisant l’autonomie. De plus, elle contribue à une dynamique collective et solidaire tant au sein de la classe que dans l’équipe enseignante engagée dans la différenciation sous toutes ses formes. L’enseignant devient un "chef d’orchestre" plus disponible pour accompagner et conseiller ses élèves (notamment ceux rencontrant plus de difficultés tels que les troubles DYS).
Cet outil innovant créé par Mmes Artur et Mellon en 2011 au collège Louis-Philippe
bénéficie déjà d’un certain recul. Cette démarche des "Pistes" est plébiscitée par les élèves et a reçu un retour très positif des parents. Elle permet à l’enseignant de travailler ainsi que d’évaluer par compétences de manière simple et claire aux yeux des élèves responsabilisés, autonomes, actifs et solidaires.

Le « Projet PISTES » est facilement applicable dans tous les établissements, quels que soient le cycle et la discipline. De nombreux enseignants de disciplines variées ont pu bénéficier d’un outil facile à s’approprier grâce à une formation disponible sur site ainsi qu’un Padlet numérique collaboratif (mode d’emploi des "Pistes" relié à un lien de partage) et une grille de référence des "Pistes" précise.
Il est une alternative intéressante parmi d’autre aux attentes de la Réforme du Collège Les "Pistes" sont ainsi diffusées et tentées auprès d’un nombre croissant de professeurs en collège, en primaire et en 2017 par des enseignants d’un lycée. A l’exemple d’autres projets reconnus comme "innovations", La sélection dans le Top 30 national de la Journée de l’innovation 2016 marque ainsi la reconnaissance des "PISTES" et sa plus-value aux équipes qui les utilisent. Celle-ci a permis sa diffusion au niveau national.

Histoire du projet
Constats effectués par Mmes Mellon et Artur en 2011, date du lancement du projet PISTES. :
- 1er constat : La difficulté pour les élèves de devoir suivre un cheminement pédagogique général imposé et dispensé à la classe entière. Par conséquent, la nécessité absolue de différencier celui-ci, en fonction des aptitudes de chaque enfant, de ses mécanismes d’apprentissage et de mémorisation ainsi que du rythme qui lui est propre.
- 2e constat : L’observation de l’inaction de certains élèves en situation d’attente pour diverses raisons en classe (incompréhension ou rythme trop lent).
- 3e constat : La démotivation de l’élève en situation fréquente d’échec ou dans
l’incapacité de produire quelque chose, par rapport aux autres camarades de la classe et parfois le décrochage qui peut en découler.
- 4e constat : Le manque d’autonomie des élèves, notamment dans la prise en main de leur apprentissage.
- 5e constat : La difficulté pour les élèves de travailler en groupe.
- 6e constat : La gestion solitaire et parfois difficile de l’hétérogénéité d’une classe pour l’enseignant, confronté à des élèves en difficulté et d’autres en demande de travaux complexes et plus approfondis.
- 7e constat : Volonté et besoin de travailler en équipe en sortant d’un enseignement
cloisonné.

Objectifs poursuivis
1. Responsabiliser, rendre autonomes et actifs tous les élèves par le choix autonome de leurs « PISTES » dans l’acquisition progressive des compétences, leur travail et leur implication au sein d’un groupe-classe hétérogène dynamique et stimulé.
2. Amener des élèves différents par des parcours différents (les PISTES) au même but :
acquérir des compétences, en travaillant seul ou en groupe dans un respect du rythme de l’élève.
3. Faire de l’élève un individu éclairé face au choix qu’il effectue et le rendre conscient de ses forces et ses besoins ainsi que de son degré de maîtrise des compétences. Affiner le regard de l’enseignant sur ce dernier.
4. Créer une dynamique collective solidaire au sein du groupe-classe, en renforçant l’entraide et le respect entre les élèves, quelles que soient leurs pistes choisies et leurs différences.
5. Placer les élèves dans un climat bienveillant de mise en réussite et de motivation mais exigeant et rigoureux.
6. Favoriser un partenariat entre enseignants de matières et cycles différents.

Description
S’inspirant des pistes de ski, le PROJET « PISTES » permet à tous les élèves différents d’arriver au même but : acquérir des compétences en choisissant de manière autonome et éclairée l’un des trois parcours différenciés responsabilisants : les PISTES.
Après avoir clairement expliqué les exigences attendues liées aux compétences travaillées (lors des activités écrites ou orales, des évaluations ou de la constitution de la trace du cours), chaque élève seul ou en groupe travaille sa piste qu’il ajuste si besoin, en fonction de sa confiance en soi, de la difficulté à laquelle il pense pouvoir se confronter et de l’accompagnement ou non dont il estime avoir besoin.
L’enseignant respecte son choix mais peut le conseiller. L’élève n’est jamais cantonné
à une piste et s’autoévalue en permanence ainsi son degré de maîtrise de ses compétences.
Quelle que soit la piste choisie, les élèves travaillent régulièrement en partenariat, ce
qui renforce l’entraide dans le groupe-classe. En gérant de manière consciente et responsable leur questionnement, leurs contraintes et leurs méthodes de travail (support, vocabulaire, niveau de complexité, trace écrite…), ils sont toujours mis en situation d’être acteurs,autonomes et en capacité de progresser.

Modalités de la mise en œuvre :
Les 4 PILIERS du "PROJET PISTES" :
1. LA CONCEPTION DIFFÉRENCIÉE ET INTERDISCIPLINAIRE DES "PISTES" : A
partir de la GRILLE de RÉFÉRENCE des PISTES (Annexe 1 GRILLE), les professeurs
conçoivent en amont ou spontanément en cours trois parcours différenciés pédagogiques ou d’évaluation, appelés PISTES VERTE / ROUGE / NOIRE, permettant de travailler une compétence avec un niveau de complexité ou d’accompagnement différent.
2. L’AUTODÉTERMINATION : une UTILISATION AUTONOME et RESPONSABILISÉE
DES « PISTES » en CLASSE ou à la MAISON : Après présentation des exigences par le professeur concernant les pistes et la compétence travaillée, l’élève choisit sa ou ses piste(s) seul ou en groupe au cours de l’activité écrite ou orale proposée. Il les module de manière autonome selon ses capacités et sa confiance en lui, à un moment donné. Il choisit ainsi ses contraintes, ses indices ainsi que le cheminement d’apprentissage et d’évaluation qui lui correspondent selon la piste choisie. Le professeur respecte son choix mais peut néanmoins le conseiller.
3. L’ENTRAIDE PAR LE BIAIS DES « PISTES » dans le GROUPE-CLASSE : Le projet
PISTES repose sur l’entraide que les élèves, malgré leurs différences, peuvent s’apporter en travaillant ensemble et en étant responsabilisés. Même si les élèves choisissent une piste différente, la compétence travaillée est la même et le travail garde une base commune. Lors des travaux de groupe/équipe, correction par pairs et activités d’interaction, ils deviennent partenaires et peuvent donc s’entraider, répondre en fonction de leurs capacités et progresser grâce à leurs camarades.

4. L’ÉVALUATION ET L’AUTO-ÉVALUATION par PISTES : les DEGRÉS DE MAITRISE DES COMPÉTENCES. L’évaluation différenciée par PISTES et déclinée par compétences a lieu lorsque l’ensemble de la classe est prête. Elle peut être révisée par « Pistes ». Lorsque cela est nécessaire, à l’oral et à l’écrit, l’élève choisit les pistes qui lui conviennent, tout en sachant que les pistes rouges et noires sont valorisées car elles témoignent d’une meilleure maîtrise de la compétence attendue et d’un apport de connaissances plus important.
Par le biais de l’autoévaluation permanente, l’élève est invité à jauger la maîtrise de son apprentissage et de ses compétences à partir d’une légende : les carrés de la réussite (Annexe 2 Carrés) Cela permet un accompagnement personnalisé quotidien et continue.

Pièce jointe en annexe détaillée : Les 4 PILIERS des "PISTES"
http://celluleinnovation.spip.ac-rouen.fr/sites/cellule-innovation.spip.ac-rouen.fr/IMG/pdf/eu_clg_louisphilippe_pistes_2016-06_piliersmiseenoeuvrev2.pdf)

Trois points d’appui
- 1er point d’appui : Les « Pistes » plébiscitées par les élèves et le retour positif des
parents sur une méthode "ludique et stimulante". On constate une plus grande implication des élèves dans leur travail lorsqu’ils choisissent leurs Pistes et une autonomie accrue. Les élèves participent avec plaisir et de manière autonome aux activités différenciées : le constat
de la persévérance scolaire est présent. Les élèves se trouvent en situation d’être capables de produire quelque chose et d’aller au-delà des attentes limitées par un exercice imposé. Plus de "copies blanches" et la possibilité pour les élèves ayant des dispositions pour une compétence d’aller au-delà en prenant la piste noire.
- 2ème point d’appui : Les retours positifs lors des échanges de pratique constructifs des enseignants ayant assisté à et/ou pratiqué la « pédagogie par Pistes choisies" et les deux personnes-ressources à l’origine du projet (Mmes Susan Artur et Amélie Mellon).
- 3ème point d’appui : La validation des « Pistes » par l’institution : lors des inspections disciplinaires, par la reconnaissance des "Pistes" comme "innovation" par la Cellule innovation et l’accompagnement de nos CARDIE ainsi que la cohérence du « Projet PISTES » face aux objectifs pédagogiques définis par la Réforme du Collège. Cela conforte et légitime un outil créé en 2011 de manière empirique, en facilitant sa diffusion auprès d’un large public.
Cela est confirmé par l’accueil très positif du public (à Paris lors de la sélection dans le top 30 national de La Journée de l’innovation 2016, à l’ESPE de Rouen et à l’ESEN lors de la présentation des « Pistes » dans le cadre de la persévérance scolaire en 2016).

Difficultés rencontrées - Ce projet PISTES ne peut pas fonctionner en cas de refus total d’implication de l’élève, si celui-ci refuse de coopérer. Il est nécessaire alors de dialoguer et de le remettre en confiance, afin qu’il comprenne que, lui aussi, est capable de produire quelque chose, comme ses camarades.
- L’élève peut également exprimer une crainte lorsqu’il n’y a pas de pistes choisies qui le rassurent. C’est alors à l’enseignant de le rassurer sur le fait qu’il a appris à être plus autonome, maîtrise des compétences (à différents degrés) quel que soit le professeur et est donc capable de s’adapter à une autre méthode pédagogique.
- La dernière difficulté rencontrée est la réticence de certains enseignants face à une démarche moins classique : pas un exercice imposé mais plusieurs parcours pour acquérir une compétence et où l’élève a le pouvoir de choisir. Il est important de rassurer les collègues sur le fait que cette atmosphère de travail autonome reste sous l’accompagnement rigoureux du professeur mais également que l’exigence liées aux compétences attendues est tout aussi élevée, mais s’adapte davantage à l’hétérogénéité des élèves, mettant en place une émulation pour tous.

Site : http://padlet.com/arturschool/vfldrfs2lb2y
Auteur : Mme Mellon & Mme Artur
Mél : amelie.mellon@ac-rouen.fr / susan-mary-brig.artur@ac-rouen.fr

**Extrait de Mediatheque/89/8

Répondre à cet article