> POLITIQUE DE LA VILLE > QUARTIERS. Délinquance, Violences urbaines > A Bron (Rhône), une école REP+ saccagée par des élèves

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

A Bron (Rhône), une école REP+ saccagée par des élèves

18 juillet

Huit enfants saccagent des classes à Bron
Âgés de 9 à 13 ans, ils se sont introduits dans une école. Le maire de la commune située près de Lyon songe à se retourner contre les parents.

Ils étaient huit enfants. Le plus jeune n’a que 9 ans, le plus âgé 13. Ce lundi soir, ils sont entrés par effraction dans l’école élémentaire Pierre-Cot, à Bron, près de Lyon, et ont saccagé trois classes. Le maire, qui chiffre les dégâts à « plusieurs milliers, voire plusieurs dizaines de milliers d’euros », a décidé de porter plainte et une enquête a été ouverte.

« L’école, située dans l’un des deux quartiers prioritaires de Bron, est actuellement en rénovation, explique le maire (LR), Jérémie Bréaud. L’un des prestataires avait mal refermé la porte. Dans ce quartier, il y a beaucoup de délinquance, mais là il s’agit d’enfants de 9 à 13 ans… » Des étagères retournées, des tables et des chaises renversées, des fournitures scolaires éparpillées au sol, des sanitaires dégradés, et même une cuvette de toilettes, réservée aux personnes à mobilité réduite, détruite à coups de masse… Surpris par le gardien de l’établissement peu avant 21 heures, les jeunes ont tout de même eu le temps de causer d’importants…

Extrait de lefigaro.fr du 15.07.22

 

Saccage d’une école à Bron : les auteurs principaux n’ont que 10 ans
Leurs parents devront payer les dommages mais ils ne font pas l’objet de poursuites.

Dans la soirée du 11 juillet, trois classes de l’école élémentaire du groupe scolaire Pierre-Cot à Bron ont été saccagées et huit enfants de 9 à 13 ans ont été interpellés. Vu leur jeune âge, ils ont été remis à leurs parents et l’enquête a permis de déterminer le rôle de chacun. Il apparaît que les auteurs principaux sont deux garçons de 10 ans, habitant le quartier. Leurs parents devront payer les dommages, mais ils ne font pas l’objet de poursuites.

Extrait de leprogres.fr du 15.07.22

 

Voir la sous-rubrique QUARTIERS. Délinquance, Violences urbaines

Répondre à cet article