> INEGALITES : Mixité sociale, Pauvreté, Ethnicité… > Pauvreté, Aide sociale > Pauvreté et Aide sociale (Positions, Témoignages) > Fournitures, fonds sociaux : "Il faut donner vraiment plus à ceux qui sont (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Fournitures, fonds sociaux : "Il faut donner vraiment plus à ceux qui sont dans le besoin" (entretien du Monde avec Jean-Paul Delahaye)

22 juillet

« Il faut donner vraiment plus à ceux qui sont dans le besoin »
Jean-Paul Delahaye est reconnu comme un spécialiste de la grande pauvreté en milieu scolaire. Dans un entretien au « Monde », il appelle à la mobilisation de l’institution avant la rentrée des classes qu’il perçoit, lui aussi, comme « très difficile ».

[...] Justement, une circulaire, publiée le 30 juin, est venue encadrer les demandes de fournitures scolaires. Un progrès ?
C’est, en réalité, une vieille antienne que d’appeler les équipes à la raison sur le sujet des fournitures. Vincent Peillon avait déjà adressé une circulaire de ce type en mai 2013. Les associations de parents tentent, comme elles peuvent, de développer des bourses aux fournitures ou d’organiser des commandes groupées. Des collectivités inscrivent à leur budget de quoi en assurer la gratuité, au primaire en tout cas, mais avec de grandes disparités selon les communes, ce qui pose un problème d’égalité. Publier une circulaire fin juin, quand la liste des fournitures est déjà bouclée, c’est un peu tard pour avoir des effets sur cette rentrée.

[...] Il faut aussi donner vraiment plus à ceux qui sont dans le besoin : est-il acceptable qu’on dépense beaucoup plus pour aider les étudiants de classes préparatoires à préparer leurs concours que pour aider les enfants d’éducation prioritaire à apprendre leurs leçons et à faire leurs devoirs ? De façon générale, il faut s’interdire de faire des économies sur les crédits destinés aux enfants des pauvres et poursuivre la revalorisation de ces crédits et des bourses. Dans le même temps, donner enfin aux écoles et établissements les moyens en personnels sociaux et de santé qui manquent tant pour accompagner les familles.

Les familles pauvres et leurs enfants attendent de nous que le mot « fraternité » de notre devise républicaine soit pris au sérieux.

Mattea Battaglia
Extrait de lemonde.fr du 21.07.22

Répondre à cet article