> 5 - Education prioritaire > LYCEES PRIORITAIRES et ENSEIGNT. PROFESS. > Les lycées et l’éducation prioritaire > Lycées ex-Zep. Un communiqué du Sgen-Cfdt demande à nouveau "la construction (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Lycées ex-Zep. Un communiqué du Sgen-Cfdt demande à nouveau "la construction d’un référentiel pédagogique qui prolonge celui des réseaux d’Éducation Prioritaire REP/REP+"

5 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Conseil fédéral du Sgen-CFDT, réuni le 2 décembre 2016, a voté à l’unanimité la motion suivante :

Motion du conseil fédéral du Sgen-CFDT - Lycées en éducation prioritaire REP - REP+

Le Sgen-CFDT soutient la nécessité de politiques publiques envers les populations les plus défavorisées pour faire vivre une meilleure égalité des chances. Notre organisation réaffirme aussi que toutes les pédagogies ne se valent pas quand il s’agit de permettre la réussite de tous les élèves.
Ces deux principes ont amené le Sgen-CFDT à revendiquer la création des ZEP dès 1972. Ils ont servi de lignes directrices à notre organisation lors des discussions pour la refondation de l’éducation prioritaire en 2014.

Ces politiques d’égalité que sont la différenciation des moyens et des dispositifs pédagogiques structurent l’éducation prioritaire. Elles doivent se prolonger au-delà de la scolarité obligatoire et notamment au lycée.

Au-delà de la scolarité obligatoire et du temps du socle commun, maintenant inscrit dans le paysage scolaire avec la réforme du collège, le Sgen-CFDT demande une transformation du lycée. Celui-ci ne répond plus aux objectifs de diversification des parcours et de préparation au post-bac. Dans ce contexte les personnels des lycées en Éducation Prioritaire se sentent doublement oubliés par la refondation de l’École engagée par ce gouvernement. Le Sgen-CFDT n’a attendu personne pour alerter régulièrement le ministère sur cette situation.

Les annonces tardives du ministère concernant la prolongation de mesures transitoires d‘attractivité de l’exercice dans ces lycées, et l’allocation de moyens supplémentaires pour la rentrée 2017 représentent certes une réponse provisoire pour ces établissements, mais sont largement insuffisantes à régler les questions de fond qui se posent pour définir la place des lycées en Éducation Prioritaire.

Parmi les annonces de la ministre figurent par contre deux revendications du Sgen-CFDT : l’allocation de moyens spécifiques et la construction d’un référentiel pédagogique qui prolonge celui des réseaux d’Éducation Prioritaire REP/REP+.

Les discussions doivent s’ouvrir sans délai car l’enjeu pour les lycées est bien de pouvoir accompagner de façon adaptée les élèves issus de ces REP/REP+ dans leur parcours après le collège.

Ce référentiel doit contenir :
des mesures d’accompagnement des élèves, puisque l’enjeu est de mettre en place au lycée des dispositifs adaptés aux situations réelles de ces élèves, afin de leur permettre de construire un parcours de réussite jusqu’au delà du lycée.
des mesures d’accompagnement des personnels (formations, concertations, ingénierie pédagogique…) et de reconnaissance de leur travail (IMP, décharges de service…).
des partenariats avec la Région, compétente à l’égard des conditions matérielles des lycées et de l’implantation des formations.
des liens avec des établissements du supérieur pour développer l’ambition des élèves

Les enjeux d’attractivité des fonctionnaires au travers de la Politique de la Ville imposent aussi une réactualisation d’urgence de la liste des lycées concernés par ces mesures de façon à sécuriser et stabiliser les personnels.

Pour le Sgen-CFDT la place des lycées dans l’Éducation prioritaire pose plus généralement le problème de la mixité sociale : la carte scolaire et les règles d‘affectation doivent être repensées pour favoriser une réelle diversité sociale dans chaque établissement, et inciter à la généralisation des lycées polyvalents.

Extrait de sgen-cfdt.fr du 05.01.17 : Des moyens pour les lycées en Éducation prioritaire pour permettre la réussite de tous

Répondre à cet article