> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > INEGALITES SOCIALES (Types de document) > Inégalités sociales (Rapports officiels) > La France est parmi les pays où les chances d’ascension sociale sont (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La France est parmi les pays où les chances d’ascension sociale sont significatives (Note DEPP)

17 mars 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Des progrès dans l’accès à l’enseignement supérieur

A en croire une Note d’information publiée par la Depp, la France est bien placée en Europe pour le taux de diplômés de l’enseignement supérieur et même pour l’égalité d’accès. Mais la Note d’information nous dit-elle tout ?

Selon cette note de la Depp, la division des études du ministère de l’éducation nationale, "seuls 12 pays européens dont la France ont atteint l’objectif" de 40% de diplômés du supérieur fixé par Bruxelles. Un satisfecit que l’étude d ela Depp double d’un second. En FRance plus qu’ailleurs en Europe, les enfants de non diplômés du supérieur accèdent à l’enseignement supérieur.

En France le taux de 44% de diplômés du supérieur n’est atteint que grâce aux formations supérieures courtes de types BTS ou DUT. Enfin les inégalités sociales dans l’accès au supérieur restent fortes. 29% des étudiants en université viennent de
Dans les mauvais élèves européens, on trouve notamment l’Italie où seulement 20% des 30-34 ans ont un diplôme du supérieur, un taux qui tient compte de la faible valorisation professionnelle des diplômes en Italie et par la suite de la forte émigration de diplômés italiens.

.Dans les mauvais élèves européens, on trouve notamment l’Italie où seulement 20% des 30-34 ans ont un diplôme du supérieur, un taux qui tient compte de la faible valorisation professionnelle des diplômes en Italie et par la suite de la forte émigration de diplômés italiens.

En France le taux de 44% de diplômés du supérieur n’est atteint que grâce aux formations supérieures courtes de types BTS ou DUT. Enfin les inégalités sociales dans l’accès au supérieur restent fortes. 29% des étudiants en université viennent de familles de cadres supérieurs, 7% de chefs d’entreprise artisans, 12% d’employés et 11% d’ouvriers. En école de commerce on ne trouve plus que 3% d’enfants d’ouvriers contre 39% d’enfants de cadre supérieur.

Lire la Note d’Information de la DEPP

Extrait de cafepedagoqiue.net du 13.03.14 : http://www.cafepedagogique.net/lexp...

 

L’extrait de la Note d’information
Les diplômes des parents ne pèsent pas partout de façon identique sur l’accès
à l’enseignement supérieur. En 2009, dans l’Union européenne à 21 pays1, seuls 19 % des étudiants dont les parents ont un faible niveau d’éducation (i.e. sans diplôme de l’enseignement secondaire de second cycle) accèdent à des diplômes de l’enseignement supérieur. Ce chiffre est de 29 % en Finlande ou en Suède ; de 10 %
en Allemagne ; de 25 % en France. Les chances d’accéder à un diplôme de
l’enseignement supérieur sont sensiblement accrues si au moins un des deux parents est lui-même dans cette situation. Elles s’élèvent à 66 % en moyenne dans l’Union européenne à 21 pays ; 60 % en Finlande ou 61 % en Suède ; 48 % en Allemagne ; 73 % en France. Une mesure possible de la mobilité sociale des élèves issus de
milieux défavorisés peut être fournie par le croisement de deux indicateurs : la probabilité d’obtenir un diplôme du supérieur lorsque les parents ont un faible niveau d’éducation, d’une part ; la probabilité de ne pas dépasser un niveau collège, lorsque les parents ont également ce niveau d’éducation, d’autre part. Les pays qui se situent
dans le cadran nord-est de la FIGURE 3 sont ceux dont les chances d’ascension
sociale sont les plus significatives, alors que les pays du cadran sud-ouest
sont ceux où ces chances sont les plus faibles.

 

La Finlande, la Suède, l’Irlande, le Danemark, les Pays-Bas et la France figurent parmi les pays de l’Union européenne où les chances d’ascension sociale sont les plus significatives lorsque l’on croise les données concernant les jeunes dont les parents ont un faible niveau d’éducation et qui accèdent à des diplômes de l’enseignement supérieur et ceux dont les parents ont ce même niveau, et qui eux-mêmes sortent du système scolaire sans dépasser le niveau collège. C’est ce que montre une note d’information de la DEPP (service statistique de l’Education nationale).

Elle montre aussi que dans tous les pays de l’Union européenne, "la proportion de jeunes femmes diplômées du supérieur est plus élevée que celle des jeunes hommes", mais que "l’orientation des femmes en termes de spécialités contribue à expliquer une partie des inégalités entre hommes et femmes sur le marché du travail, notamment en termes de salaires ou de statuts d’emploi".

Extrait de touteduc.fr du : La France est parmi les pays où les chances d’ascension sociale sont significatives

Répondre à cet article