> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Français et Langues) > B* Ateliers de lecture et utilisation du TBI au collège ECLAIR Jules Ferry (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Ateliers de lecture et utilisation du TBI au collège ECLAIR Jules Ferry de Woippy

22 décembre 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Ateliers de lecture et utilisation du TBI
Expérimentation terminée

Collège [ECLAIR] Jules Ferry
25 rue du Fort Gambetta, 57140 Woippy
Site du PASI académique
Auteur : Cathia BATIOT
Mél : Cathia.Batiot@ac-nancy-metz.fr

Ces ateliers de lecture sont nés de la découverte des importantes difficultés rencontrées par les élèves en lecture. Les Ateliers sont proposés aux sixièmes, une heure par semaine. Les groupes sont restreints et constitués à partir des besoins individuels repérés aux évaluations nationales. Ils permettent de développer des compétences de lecture globale et de lecture fine. Le thème choisi, pour l’ensemble des ouvrages, est le fantastique. L’utilisation du TBI et de l’ENT renforcent l’attractivité des activités proposées.

Plus-value de l’action
Cet atelier de lecture permet aux élèves de découvrir la littérature fantastique dans un cadre propice : les groupes sont restreints et constitués en fonction des résultats aux évaluations, nationales, les activités sont sous forme de jeux de découverte, d’échanges, de débats... Ils sont accompagnés dans leurs efforts de lecteur. L’utilisation des TICE (TBI, ENT) rend les activités plus attractives.

Nombre d’élèves et niveau concernés
Les 4 classes de 6ème réparties en 5 groupes d’élèves constitués à partir des besoins individuels repérés aux évaluations nationales.

A l’origine
Les élèves de sixième rencontrent d’importantes difficultés dans le domaine de la lecture. Les résultats insuffisants aux évaluations nationales confirment la nécessité d’agir, en s’orientant vers d’autres solutions pédagogiques en particulier l’utilisation du TBI et la découverte sous forme de jeux des ouvrages.

Objectifs poursuivis
Le projet a pour but de tenter une remédiation dans le domaine de la lecture en apportant une dimension nouvelle aux apprentissages. Il est nécessaire de présenter les ouvrages sous forme de jeux puis d’accompagner les élèves dans leur effort de lecture. Par ailleurs, il s’agit de constituer une communauté de lecteurs où le débat constructif et l’interrogation sont la règle.

Description
Une heure par semaine, les élèves de chaque classe prennent part à l’Atelier de lecture.
Dans un premier temps, les élèves découvrent 12 livres par le jeu : découverte du paratexte, appariement des 1ères et 4èmes de couverture (qui sont cachées), appariement d’extraits. Puis ils choisissent un livre qu’ils devront présenter à leurs camarades. Un guide de présentation type est élaboré en commun.
Lors des séances suivantes, les élèves présentent leurs livres et sont invités à réfléchir sur le genre fantastique suite à une lecture offerte de la nouvelle « Panique à la télé » de Marcello Argilli. Ensuite, les élèves choisissent un ouvrage qui sera l’objet d’une lecture approfondie. Ils lisent « le Buveur d’encre » d’Eric SANVOISIN ou de « La chose qui ne pouvait pas exister » de Moka.
Ces séances comportent des temps de lecture silencieuse, de lecture à voix haute, d’échanges oraux, de questionnement, d’anticipation sur la suite du récit et d’écriture de réponses et de résumés.

Modalité de mise en œuvre
Une heure par semaine, les 4 classes de 6ème sont alignées dans l’emploi du temps et les élèves constituent 5 groupes. L’atelier dure 6 séances.

Trois ressources ou points d’appui
Les ouvrages de littérature fantastique conviennent au thème de lecture en réseau et ont suscité un réel engouement chez les élèves (ce genre littéraire interpelle forcément l’élève, le déstabilise).
L’utilisation du « Livret Elève » a permis une clarification du déroulement de notre travail en ateliers, ne constituant jamais un cadre trop rigide. L’utilisation du TBI, dont l’attractivité sera restée intacte jusqu’au bout, est source de motivation. Il permet de conserver intacts les documents de travail collectif d’une semaine à l’autre : une correction inachevée, des annotations, gloses et autres remarques (en particulier lors des deux premières séances).

Difficultés rencontrées
Ce n’est que par une utilisation régulière du TBI que l’on peut évoluer vers une prise en main optimale. L’utilisation de l’ENT n’était pas obligatoire (essentiellement pour ne pas léser les élèves y ayant un accès limité), et n’a été possible qu’à partir du mois de mars. Par conséquent, cet espace potentiel d’échanges sur les ouvrages et autour de l’irrationnel n’a pas été utilisé de manière optimale.

Moyens mobilisés
Pour réaliser cet atelier, nous avons acheté 12 ouvrages différents de littérature fantastique, 10 exemplaires du « Buveur d’encre » et 10 exemplaires de « La chose qui ne pouvait pas exister ». La présence d’un TBI dans la salle de classe facilite le travail et rend attractives les activités proposées.

.
Evaluation
Les évaluations nationales montrent des difficultés pour de nombreux élèves à entrer dans le monde de la lecture. Il s’agit de remédier à cette situation afin que pendant sa scolarité future, l’élève ne soit plus pénalisé par ses difficultés face à un ouvrage à lire.

Documents
- Atelier de lecture : « Le buveur d’encre » d’Eric SANVOISIN : Questionnaire remis aux élèves lors des séances 4 et 5 pour l’étude de cet ouvrage.
- Atelier de lecture : utilisation de l’ENT : Présentation de l’utilisation du TBI.
- Atelier de lecture : « Le buveur d’encre » d’Eric SANVOISIN : Correction du questionnaire remis aux élèves lors des séances 4 et 5 pour l’étude de cet ouvrage.
- Atelier de lecture : « La chose qui ne pouvait pas exister » de MOKA : Questionnaire remis aux élèves lors des séances 4 et 5 pour l’étude de cet ouvrage.
- Atelier de lecture : « La chose qui ne pouvait pas exister » de MOKA : Correction du questionnaire remis aux élèves lors des séances 4 et 5 pour l’étude de cet ouvrage.
- Atelier de lecture : livret de l’élève : Maquette du livret que l’élève utilise et complète tout au long de l’atelier.
- Atelier de lecture. Présentation des 6 séances de travail avec les élèves : La mise en œuvre des activités est détaillée avec pour chaque séance : les connaissances et les compétences à acquérir et le déroulement chronométré de toutes les activités. Les documents remis aux élèves sont présentés.

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
L’évaluation est non chiffrée. Les enseignants évaluent les progrès réalisés dans les compétences travaillées.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : Les élèves se sont bien investis. La discussion est restée instrument de construction du sens, les élèves ont eu l’opportunité d’affirmer leur statut de lecteur (ce qui constitue un pas important vers l’autonomie).
- Sur les pratiques des enseignants : Cet atelier a permis de découvrir des activités différentes pour faire entrer les élèves dans la lecture. La possibilité laissée à l’élève de choisir son ouvrage pour la lecture approfondie, permet de poser un nouveau regard sur la relation professeur-élève.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : La présence du professeur référent des réseaux d’éducation prioritaire « ambition-réussite » a permis d’échanger sur une autre façon d’aborder la littérature fantastique et de donner le goût de la lecture.
- Sur l’école / l’établissement : Pas d’effets immédiats constatés.
- Plus généralement, sur l’environnement : Pas d’effets constatés

Extrait du site Expérithèque : Ateliers de lecture et utilisation du TBI

Répondre à cet article