> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Rural (Milieu) > Création expérimentale de 23 "Territoires éducatifs ruraux" (liste) dans 3 (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Création expérimentale de 23 "Territoires éducatifs ruraux" (liste) dans 3 académies en accord avec les collectivités. Dossier de présentation signé Blanquer/Elimas (19 p.)

14 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

Les territoires éducatifs ruraux
Dossier de présentation
janvier 2021
19 pages
Voir le Pdf en bas de la page

 

EXTRAITS (page 1)

La lutte contre les inégalités sociales et territoriales est le fondement de l’action engagée par .l’État en matière éducative depuis 2017. Cette action volontariste s’est traduite tout d’abord par la priorité donnée au premier degré avec l’abaissement à 3 ans de l’âge de l’instruction obligatoire et par l’engagement « 100 % de réussite en CP » qui s’applique à tous les territoires de la République. Du premier degré, jusqu’à la réforme des lycées, toutes les réformes engagées par le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports répondent à un seul et même défi qui est celui de l’égal accès de tous à un service public d’éducation de qualité, offrant sur tout le territoire les mêmes opportunités de réussite à chaque enfant et chaque jeune, quels que soient son origine sociale et son lieu de résidence.

Les zones rurales et de montagne et plus généralement les « territoires éloignés » posent cependant à l’École un défi spécifique. Du fait de la distance, du relief parfois, de la dispersion de l’habitat et des équipements publics, de la difficile mobilité des familles et des jeunes, de l’éloignement des opportunités de poursuite d’études et d’emploi, de la déprise démographique et des difficultés économiques liées à la transformation du tissu industriel français, les territoires ruraux et périphériques présentent un certain nombre de spécificités qui appellent de la part de l’institution scolaire une réponse globale et cohérente, construite avec les acteurs locaux et misant sur les richesses et les atouts de ces mêmes territoires.

La rentrée scolaire 2020 a marqué une nouvelle étape dans le soutien aux territoires ruraux ou éloignés avec l’application de l’engagement de ne fermer aucune école sans accord préalable du maire dans les petites communes rurales.

Elle est également marquée par la poursuite des programmes tels que le plan Bibliothèques, le plan Écoles numériques innovantes rurales (Enir) et le soutien aux collectivités dans le cadre du Plan mercredi ainsi que par l’extension aux écoles et aux collèges ruraux de dispositifs d’accompagnement tels que les Cordées de la réussite, dotées de moyens spécifiquement dédiés aux collèges ruraux, et École ouverte, qui, dans le cadre des Vacances apprenantes, a permis aux élèves ayant le plus souffert des conséquences de la crise sanitaire de bénéficier de renforcement scolaire, d’activités éducatives et de loisirs pendant les vacances d’été.

Parce que les territoires ruraux ou éloignés ne constituent pas un ensemble homogène, la réponse du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports aux défis de l’École rurale ne peut être que co-élaborée localement entre les services de l’État et les collectivités territoriales, concertée avec l’ensemble de la communauté éducative et adaptée au contexte de chaque territoire. C’est tout le sens de ce nouveau programme des Territoires éducatifs ruraux qui, dans le prolongement des réformes engagées, doit permettre de constituer un réseau de coopérations autour de l’École comme point d’ancrage territorial, au service d’un projet éducatif porteur d’ambition pour les élèves et leurs familles et vecteur de rayonnement pour le territoire lui-même.

Dans le cadre d’une démarche contractuelle entre l’État et les collectivités territoriales, les Territoires éducatifs ruraux doivent en définitive traduire de manière concrète la participation de l’École au projet d’aménagement et de développement des territoires.

Dès le mois de janvier, 23 territoires cibles seront sélectionnés par les recteurs dans 3 académies pilotes – les académies de Normandie, d’Amiens et de Nancy_Metz – afin d’expérimenter ces nouveaux Territoires éducatifs ruraux avec les collectivités volontaires. L’expérience de ces 23 territoires préfigurateurs permettra d’envisager après concertation une éventuelle généralisation à l’ensemble du territoire national à horizon de la rentrée 2021.

Jean-Michel Blanquer Nathalie Élimas

 

[...] (page 5)
L’organisation en réseau des écoles et des établissements constituant un territoire éducatif rural sera encouragée (réseau horizontal – entre plusieurs écoles ou entre plusieurs EPLE de même niveau d’enseignement – ou vertical – c’est-à-dire entre des écoles, des collèges et éventuellement aussi des lycées) afin de promouvoir le travail collectif des équipes pédagogiques et éducatives en faveur de la continuité, de la progressivité et de la sécurisation des parcours.

[...] (page 6)
23 Territoires éducatifs ruraux ont été identifiés au total.

Académie d’Amiens (6 TER)
6 territoires proposés couvrant les 3 départements – 2 territoires par département – associant des collèges et les écoles du secteur de recrutement, et des lycées hors territoire.
• Aisne (02) : collège César Savart à Saint-Michel et collège Jules Ferry à Rozoy-sur-Serre
• Oise (60) : collège Jean Moulin à Formerie et collège Ferdinand Buisson à Grandvilliers
• Somme (80) : collège Maréchal Leclerc de Hautecloque à Beaucamps-le-Vieux et collège
Jules Verne à Rosières-en-Santerre

Académie de Normandie (8 TER)
8 territoires proposés, couvrant chacun des 5 départements de l’académie – dans la Manche, 4 collèges sont concernés sur chacun des 2 territoires.
• Calvados (14) : collèges Val de Vire, Émile Maupas et Saint-Jean-Eudes (privé) à Vire
• Eure (27) : Mesnil-en-Ouche, Breteuil-sur-Iton et Rugles
• Manche (50) : collège Gambetta à Carentan-les Marais, collège Saint-Exupéry
à Sainte-Mère-Église et cité scolaire Robert de Mortain à Mortain-Bocage,
collège Jules Verne à Saint-Hilaire-du-Harcouët
• Orne (61) : collège Hée Fergant (REP) à Vimoutiers
• Seine-Maritime (76) : collège Louis Philippe à Eu

Académie de Nancy-Metz (9 TER)
9 territoires proposés, couvrant 3 départements de l’académie.
• Meuse (55) – nord : collège Jules Bastien Lepage à Damvillers, collège Jean d’Allamont à Montmédy, collège Alfred Kastler à Stenay
• Vosges (88) – ouest : collège Jean Rostand à Châtenois, collège Charles-Émile Fixary à Liffol-le-Grand, et collège Pierre et Marie Curie à Neufchâteau
• Moselle (57) – sud-est : collège de la vallée de la Bièvre à Hartzviller, collège des Deux Sarres à Lorquin et collège des Étangs à Moussey

[...] (page 8)
Les Territoires éducatifs ruraux reposent sur un projet concerté entre tous les acteurs mobilisés autour de l’enjeu éducatif : les services de l’État, les collectivités territoriales, les organismes sociaux et les CAF en particulier, les associations culturelles, sportives, de loisirs et de l’éducation populaire, et bien sûr, les familles.
Ils n’ont pas vocation à se substituer aux initiatives contractuelles existantes telles que les conventions ruralité ou les projets éducatifs de territoire lorsqu’ils existent, ni à complexifier par de nouvelles instances la gouvernance locale, mais doivent au contraire viser la cohérence de tous les acteurs et de tous les outils mobilisés autour
des élèves et de la jeunesse.

[...] (page 11)
L’accompagnement à l’orientation devra se saisir de l’ensemble des leviers disponibles, comme le déploiement des nouvelles Cordées de la réussite rurales, qui sur la base d’un accompagnement personnalisé par un tuteur, étudiant ou actif (salarié ou agent public), visent à engager les élèves dans une démarche d’exploration des parcours et de diversification des choix d’orientation. L’internat devra également remplir pleinement sa vocation de promotion d’une orientation choisie ;
l’éloignement géographique ou le projet d’orientation des élèves pourraient par exemple être plus valorisés parmi les critères d’admission à l’internat. De même, les formules souples d’hébergement à la carte, sur une courte période de l’année ou quelques jours de la semaine, seront encouragées dans le cadre des Internats du XXIe siècle, tout comme à l’inverse les formules plus longues avec hébergement les week-ends pour les élèves qui auraient de longues distances à parcourir.

[...] (page 13)
Enfin, sur tous ces sujets, le potentiel du numérique éducatif devra être exploité à son maximum dans ces territoires où la fracture numérique est particulièrement préjudiciable : le recours au numérique permettra de pallier l’éloignement géographique dans l’accompagnement personnalisé des élèves comme par exemple à travers l’organisation de Devoirs faits à distance. Le Territoire éducatif rural pourra également porter une attention particulière à la prévention de la fracture numérique et de l’illectronisme, grâce à des dispositifs d’aide à l’équipement numérique tout en cherchant à développer l’accompagnement des familles aux usages du numérique, par exemple par le biais du programme Pix pour tous.

[...] (page 14)
Afin de rompre l’isolement des enseignants, les autorités locales travailleront à établir des réseaux professionnels organisés, notamment autour des regroupements pédagogiques intercommunaux (RPI) lorsqu’ils existent ou en encourageant le pilotage pédagogique en réseau des écoles et des établissements.
Le défaut d’attractivité de certaines zones très rurales et les plus éloignées est également une problématique qui se mesure dans certains territoires par le renouvellement rapide des personnels récemment nommés ou la proportion des postes non pourvus, dans le premier comme dans le second degré.
Là encore, il s’agira de travailler avec tous les acteurs locaux et au premier chef avec les collectivités compétentes afin de renforcer l’attractivité de ces territoires par des politiques d’aides au logement et au transport par exemple ou en créant des réseaux de solidarité entre jeunes professionnels issus de différents métiers, en lien par exemple avec les maisons de santé qui partagent les mêmes problématiques pour les personnels soignants.

[...] (page 15) Les autorités académiques veilleront à mener dans les territoires identifiés une politique de formation et d’accueil des jeunes enseignants permettant de cibler et d’acquérir les compétences plus adaptées aux spécificités des écoles rurales. Les professeurs débutants feront en particulier l’objet d’une politique renforcée d’accompagnement à l’entrée dans le métier en milieu rural (formation dite « continuée » les trois premières années après la titularisation). De même, une politique de valorisation des compétences des professeurs de ces territoires pourra être engagée : là encore, des expérimentations sur des territoires ciblés pourront être envisagées et accompagnées par les services centraux du ministère.

 

Note du Quotidien des ZEP (QZ)
Ce nouveau programme de territoires prioritaires, qui n’a pas encore été publié à ce jour sur le site du Men, ne fait aucune référence à l’éducation prioritaire, même s’il en reprend, au moins formellement, certains éléments fondamentaux : fonctionnement en réseau, interdegrés, projet, convention, partenariat, relations avec les familles...
Le texte ne fait pas non plus de référence explicite aux contrats locaux d’accompagnement (CLA). Les académies concernées par les territoires éducatifs ruraux (Amiens, Normandie, Nancy-Metz) sont différentes de celles prévues pour l’exprimentation des Cla : Aix-Marseille, Lille, Nantes.

Documents joints



  • PDF - 962.5 ko

Répondre à cet article