> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Textes officiels) > Un projet de circulaire modifie le mode d’attribution de la prime REP+ en y (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un projet de circulaire modifie le mode d’attribution de la prime REP+ en y introduisant une part variable selon l’engagement collectif des personnels des écoles et établissements (Le Café)

15 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

La prime Rep+ sous le régime de la responsabilité collective
Le Comité technique ministériel du 15 juin étudie un projet de circulaire sur la prime de Rep+ que le Café pédagogique s’est procuré. Il fixe un mode de calcul totalement nouveau pour la dernière tranche de la prime de Rep+. Elle comprendra une part fixe et une part variable qui sera versée par école ou établissement. Un bon moyen de les mettre en concurrence et d’y développer un "esprit d’équipe" tout droit sorti du New Public Management. Zizanie et clientélisme sont autour du berceau...

Une part modulable

La nouvelle circulaire sur "l’indemnité de sujétions au bénéfice des personnels exerçant dans les réseaux d’éducation prioritaire renforcée" fixe le montant de sa 3ème tranche à 1000€ nets, comme cela avait été annoncé.

Mais elle invente un mode de calcul totalement nouveau. " Elle comporte une part fixe et une part modulable. Pour tous les agents, le montant annuel de la part fixe est revalorisé de 400€ net (468€ brut). La création d’une part modulable, visant à reconnaître l’engagement professionnel collectif des équipes en établissements et en écoles... Cette part s’établira à un montant de 200€ net (234€ brut), 360€ net (421€ brut) ou 600€ net (702€ brut) sur la base des objectifs précisés ci-après. L’évaluation est réalisée par école ou établissement pour tous les personnels.. afin d’assurer l’attribution d’un même montant pour l’ensemble des agents d’un même établissement ou d’une même école".

Ainsi la prime de Rep+ va varier selon les écoles et établissements entre 1000€ nets pour 25% des agents concernés, 760€ pour 50% et seulement 600€ pour 25%.

qui récompense les bons et punit les mauvais

La part modulable va dépendre pour cette année de l’engagement professionnel de l’école ou l’établissement "dans la mise en oeuvre de la continuité pédagogique, des dispositifs d’accompagnement des élèves et de lutte contre le décrochage dans le contexte de la crise sanitaire, par exemple, dans le cadre de la participation à Vacances apprenantes/ École ouverte, aux Stages de réussite, à Devoirs faits, aux Cordées de la réussite", autrement dit tous les gadgets ministériels, y compris les plus douteux, car inévalués comme les Cordées de la réussite ou impossibles localement pour diverses raisons comme devoirs faits.

A partir de l’année prochaine la prime va dépendre de l’amélioration du climat scolaire, du déploiement de dispositifs d’égalité des chances, et de la mise en place de temps de formation.

La grande question est qui évalue ces performances ? " Le niveau d’engagement est apprécié par le directeur académique des services de l’éducation nationale concerné, en lien avec les inspecteurs de l’éducation nationale pour les personnels exerçant dans les écoles".

Risque de zizanie

A la différence des deux premières parties de la prime, la troisième tranche est donc distribuée selon le bon vouloir de la hiérarchie ce qui répond d’ailleurs à un point de la loi de transformation de la Fonction publique.

Finalement, la circulaire donne une bonne définition du nouvel "esprit d’équipe" vanté par le ministère. C’est surtout une mise en concurrence des écoles et des établissements. Et à l’intérieur de ceux ci, un outil pour faire pression sur les enseignants. La circulaire risque de semer davantage la zizanie.

François Jarraud

La circulaire

Extrait de cafepedagogique.net

Répondre à cet article