> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 10 types de documents > Educ. prior. (Rapports officiels) > Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, (...) > Evaluations à mi-CP 2022 : la réduction des écarts EP - hors éducation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Evaluations à mi-CP 2022 : la réduction des écarts EP - hors éducation prioritaire parfois en trompe l’œil (ToutEduc, Sui-Fsu Créteil)

20 mai

Evaluations à mi-CP 2022 : la réduction des écarts EP - hors éducation prioritaire parfois en trompe l’œil

“Dans le secteur public, les élèves des écoles d’éducation prioritaire ont une maitrise moins affirmée pour l’ensemble des domaines évalués en français“, indique la DEPP dans son point d’étape concernant les évaluations de mi-CP 2022.

L’écart le plus important, calcule le service statistique de l’Education nationale concerne la compréhension orale, avec 22 points de différence entre les proportions d’élèves de REP+ et ceux du public hors EP présentant une maîtrise satisfaisante (au-dessus du seuil 2) pour l’exercice “Comprendre des phrases lues par l’enseignant“.

Il en est de même pour la lecture, où “les écarts entre REP+ et public hors EP existent mais sont moins élevés (respectivement 11,9 points et 12,7 points pour la lecture à voix haute de mots et de texte)“ tandis que “c’est également le cas pour l’écriture de syllabes ou de mots dictés et pour ce qui concerne le principe alphabétique (connaissance des lettres et des sons associés) et la conscience phonologique".

De même, “en mathématiques aussi, on observe des écarts de performances selon le secteur de scolarisation“, constate ensuite la DEPP, surtout pour les exercices de soustraction (13,9 points) et de résolution de problèmes (16,1 points).

Mais comment ces écarts ont-ils évolué entre le début d’année scolaire 2021 et le point d’étape 2022 ?

Le service statistique de l’Education nationale explique que “pour tous les domaines comparables, les écarts de performances entre élèves scolarisés dans le secteur public hors EP et élèves scolarisés en EP diminuent sensiblement entre le début de CP de septembre 2021 et le point d’étape de mars de 2022.“

Il indique cependant juste après qu’ “en septembre 2021, en CP, dans le domaine ‘Comprendre des phrases lues par l’enseignant‘, l’écart de performances entre les élèves scolarisés dans le secteur public hors EP et les élèves scolarisés en EP (REP, REP+) est de 17,35 points de pourcentage. En mars 2022, en CP, cet écart est de 17,25 points.“

Par ailleurs, il assure que “pour la plupart de ces domaines, la réduction des écarts de performance est “d’environ cinq points de pourcentage, à quelques exceptions près : l’écriture de nombres (-3,04 points), la résolution de problèmes (-7,05 points) et la compréhension orale de phrase, pour laquelle les écarts sont stables".

Deux exemples contrarient cette assertion. Pour l’item “Résoudre des problèmes en utilisant des nombres entiers et le calcul“, l’écart entre élèves d’éducation prioritaire et ceux qui n’y résident pas passe certes de 19 à 12 points de pourcentage en six mois, mais l’effet est majoritairement dû au fait que les élèves hors EP sont moins nombreux à présenter une maitrise satisfaisante (au-dessus du seuil 2), le taux passant de de 70 à 62 %.

Pour ce qui est de savoir “écrire des nombres entiers“, la baisse de l’écart résulte d’une diminution dans les deux catégories, et surtout hors EP. Aux évaluations de mi-CP, les élèves d’éducation prioritaire sont 81 % à avoir une maitrise satisfaisante de l’écriture des nombres entiers alors qu’ils étaient 83 % en septembre 2021. Ceux hors éducation prioritaire ne sont plus que 84 % à le faire en mars 2022, contre près de 90 % 6 mois plus tôt.

Plus généralement, dans les classes de CP en mars 2022, en français, il semblerait que “5 à 7 % des élèves ne sont pas du tout entrés dans la lecture“ (lecture à voix haute, à savoir épreuves de lecture de mots et de lecture de texte).“

Pour l’écriture de syllabes ou de mots dictés, 6,7 % des élèves ne sont pas encore en capacité d’encoder des syllabes (les composer et transcrire), et un élève sur dix est en grande difficulté quand il s’agit d’écrire des mots. Enfin, l’exercice évaluant la lecture et la compréhension en autonomie de phrases est celui pour lequel la maitrise est la moins affirmée (71,3 %).

En mathématiques, la résolution de problèmes est le domaine le moins bien réussi par les élèves avec six élèves sur dix qui en ont une maîtrise satisfaisante. Avec plus de 27 % d’élèves dans les groupes “fragiles“ ou “à besoin“, la ligne numérique, l’addition et la soustraction sont aussi des domaines pour lesquels les élèves sont en difficulté.

En février-mars 2022, 790 000 élèves de CP de 31 700 écoles publiques et privées sous contrat ont passé une évaluation standardisée sur support papier. Le taux de participation des évaluations atteint 98 %.

Questionnés sur ces évaluations, seulement 57 % des enseignants déclarent avoir pu accéder aisément à leur espace classe sur le portail de saisie (contre 71 % en 2019). Cette évaluation est susceptible d’avoir une influence sur sa pratique “dans la mise en place de groupes de besoin“ pour 50 % des enseignants (53 % en 2021), et seulement 1/3 d’entre eux estiment que cette évaluation a permis de déceler des difficultés.

L’exercice de mathématiques “placer des nombres sur une ligne numérique“ est jugé pertinent par 31 % des enseignants et 69,5 % des IEN. Pour les inspecteurs, cet exercice est celui qui soulève le plus de questionnements. Les exercices qui recueillent le plus d’assentiment sont, comme en 2021, la “lecture à voix haute d’un texte“ et la “compréhension de phrases lues seul(e)“, avec respectivement 17 % et 18 %. de réserves

Le rapport ici (58 pages)

Extrait de touteduc.fr du 19.05.22

 

Jean-Michel Blanquer
@jmblanquer
·
18 mai
Le rebond du niveau des élèves à l’école primaire en français et en mathématiques attesté par une nouvelle évaluation, celle de mi-cp.
Les efforts de tous paient au service d’un ancrage plus assuré des savoirs fondamentaux :

 

SUI-FSU, Créteil
@SUIFSU_CRETEIL
·
19 mai
En réponse à
@jmblanquer
Le fait que les évaluations de mi-CP aient été retardées rend les résultats peu comparables à ceux des années précédentes.
Evidemment, si l’année prochaine on les fait passer en mai, on constatera un autre rebond...

 

EXTRAIT

Évaluations 2022. Point d’étape CP. Premiers résultats
Version du 10/05/2022
Sandra Andreu, Isabelle Cioldi, Pierre Conceiçao, Julien Desclaux, Yann Eteve,
Christophe Laskowski, Lucie Neirac, Elodie Persem, Thierry Rocher, Guillaume
Rue, Julie Thumerelle, Ronan Vourc’h, Philippe Wuillamier
Série Etudes
Document de travail n° 2022-E03
Mai 2022

[...] (pages 53-56)

[...] 6.3.1 Point d’étape CP, résultats 2022 selon le secteur d’enseignement

6.3.1.1 Français
En français, des différences importantes sont constatées en fonction des compétences testées et du
secteur de scolarisation des élèves (écoles REP+, REP, publiques ou privées). En général, les élèves
accueillis dans le secteur privé ont une meilleure maitrise que les élèves du secteur public. Ces
résultats doivent bien entendu être mis en regard de la structure sociale des publics accueillis.
Dans le secteur public, les élèves des écoles d’éducation prioritaire ont une maitrise moins affirmée
pour l’ensemble des domaines évalués en français. L’écart le plus important concerne la
compréhension orale : pour l’exercice « Comprendre des phrases lues par l’enseignant », il y a 22
points de différence entre les proportions d’élèves de REP+ et ceux du public hors EP présentant une
maîtrise satisfaisante (au-dessus du seuil 2). Pour la lecture, les écarts entre REP+ et public hors EP
existent mais sont moins élevés (respectivement 11,9 points et 12,7 points pour la lecture à voix haute
de mots et de texte). C’est également le cas pour l’écriture de syllabes ou de mots dictés
(respectivement 9,1 et 9,9 points) et pour ce qui concerne le principe alphabétique (connaissance
des lettres et des sons associés) et la conscience phonologique (respectivement 6,2 et 9,6 points
d’écart)

[...] 6.3.1.2 Mathématiques
En mathématiques aussi, on observe des écarts de performances selon le secteur de scolarisation.
Les domaines pour lesquels les écarts entre éducation prioritaire et hors éducation prioritaire sont
les plus faibles, restent, comme en 2020 et en 2021, ceux d’écriture ou de comparaison de nombres
 : respectivement 5,7 et 7,1 points de différence entre REP+ et public hors EP. L’écart apparaît plus
nettement pour les exercices de soustraction (13,9 points) et de résolution de problèmes (16,1 points).

[...] 6.4 Evolution des écarts entre le début de CP 2021 et le point d’étape 2022
Pour tous les domaines comparables, les écarts de performances entre élèves scolarisés dans le
secteur public hors EP et élèves scolarisés en EP diminuent sensiblement entre le début de CP de
septembre 2021 et le point d’étape de mars de 2022. Pour la plupart de ces domaines, la réduction
de ces écarts de performance est d’environ cinq points de pourcentage, à quelques exceptions près :
l’écriture de nombres (-3,04 points), la résolution de problèmes (-7,05 points) et la compréhension
orale de phrase, pour laquelle les écarts sont stables.

Répondre à cet article