> ACTEURS et PARTENAIRES > Enseignants (Identité, Métier) > Enseignants (Etudes, Dossiers et Guides, Actes) > Le baromètre Unsa des métiers de l’éducation montre la profondeur du malaise (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le baromètre Unsa des métiers de l’éducation montre la profondeur du malaise enseignant et du rejet de la politique de J.-M. Blanquer (avec des chiffres sur la comparaison EP/hors EP)

24 mai

Baromètre Unsa : L’éducation au fond du trou
"Combien de temps encore ça va durer ?" Commentant le 23 mai les résultats du "Baromètre Unsa", Frédéric Marchand , secrétaire général de l’Unsa Education, s’inquiète des tensions dans l’Ecole. Si les enseignants aiment leur métier, un tiers déjà trouve qu’il n’a plus de sens. Un tiers aussi envisage de changer totalement de métier. Et seulement 16% conseilleraient l’enseignement à leur enfant. Autre révélation de cette très large enquête (plus de 40 000 participants), le rejet de la politique ministérielle, déjà massif depuis 2018, ne cesse decroitre. 2022 voit une nouvelle baisse avec seulement 5% des enseignants en accord et pas plus d’un quart des cadres. Blanquer a laissé l’éducation au fond du trou.

Sonder les coeurs de 43 000 personnels d’éducation

De mars à avril 2022, pour sa 10ème édition, 43 000 personnels d’éducation ont répondu aux questions du "Baromètre" de l’Unsa Education. Un nombre très important qui donne à cette enquête une vraie représentativité. D’autant que les adhérents ou sympathisants Unsa ne représentent que 33% des participants. La moitié se déclarent proches d’aucun syndicat.

Le baromètre sonde les coeurs des personnels de l’éducation, et comme il le fait depuis 10 ans on voit les évolutions se dessiner et les préoccupations apparaitre. Et cela on le voit aussi pour les différents métiers de l’éducation.

Malaise, défiance, rejet de la politique éducative du gouvernement

"Le malaise et la défiance envers le ministre JM Blanquer se sont encore amplifiés", explique Frédéric Marchand, secrétaire général de l’Unsa Education. Si globalement 92% des répondants aiment leur métier, 29% ne trouvent plus de sens à ses missions. C’est le cas de 33% des enseignants, 32% des IPR (inspecteurs du 2d degré) et 42% des IEN (inspecteurs du 1er degré). 33% des enseignants envisagent de quitter l’éducation pour travailler dans le secteur privé (hors enseignement). Ils étaient deux fois moins nombreux en 2016. C’est aussi le cas de 24% des personnels de direction, 20% des IEN et 12% des IPR. Voilà qui laisse augurer d’une autre crise du recrutement, d’autant qu’un pourcentage plus important encore souhaite quitter son métier pour un autre dans le secteur public. Un personnel sur quatre seulement se sent reconnu dans son travail, soit deux fois moins aussi qu’en 2016 (27 et 46%). Seulement 19% des enseignants sont dans ce cas.

Une autre image de la situation est donnée par le degré d’approbation de la politique éducative du ministre. 86% des personnels de l’éducation sont en désaccord avec cette politique. Un pourcentage qui ne cesse de croitre depuis 2018. En 2017 le taux était à 67%. Il est passé à 83% en 2019.

Ce rejet n’est pas le fait que des enseignants même s’il est au maximum chez eux. Ainsi seulement 5% des enseignants approuvent la politique ministérielle. Chez les cadres le taux est plus fort mais pas plus d’un cadre sur 4 ne souscrit aux idées de JM Blanquer : 26% des IPR, 32% des IEN et 24% des personnels de direction. Ce divorce avec les cadres est apparu en 2018. JM Blanquer a réussi à faire une large majorité contre lui.

La revalorisation avant tout

Il reste des différences entre les cadres et les enseignants. Ainsi la moitié( mais la moitié seulement) se sent reconnu dans sa vie professionnelle contre un enseignant sur cinq. Les cadres sont plus satisfaits de leurs perspectives de carrière même si le taux est faible (30% des IPR, 22% des personnels de direction, 10% des enseignants). Seulement 7% des enseignants sont satisfaits de leur rémunération contre 28% des IPR, 16% des IEN et 12% des personnels de direction. Des taux très bas de toute façon.

Le premier motif de mécontentement c’est le pouvoir d’achat :68% demandent une amélioration urgente (70% des enseignants, 58% des personnels de direction) devant la charge de travail, les carrières et les relations hiérarchiques.

Des personnels favorables au programme de la NUPES

Le Baromètre montre aussi que les personnels de l’éducation sont nettement plus favorables aux propositions de la NUPES que d’E. Macron. Ainsi 89% des personnels (93% des enseignants, 89% des IEN, 85% des personnels de direction) sont pour recruter 160 000 personnels. 52% sont contre la paye au mérite. Sur ce point enseignants et cadres s’opposent, ces derniers étant majoritairement favorables (60% des IPR, 71% des personnels de direction, 30% des professeurs). 66% sont pour conditionner le financement du privé (69% des enseignants, 83% des IEN et personnels de direction). 50% sont pour supprimer Parcoursup (55% des enseignants). 54% sont contre la fin du collège unique. 48% sont contre davantage d’autonomie au lycée et au collège : 19% des enseignants y sont favorables contre 81% des personnels de direction et 41% des IPR.

"On a des sujets à porter lors de la prochaine rencontre avec le ministre", dit F Marchand. Ces sujets sont bien repérés : la revalorisation, la charge de travail, les carrières et aussi "un besoin d’apaisement". "Ce qui nous inquiète c’est combien de temps ça va encore durer", dit-il. "On voit les tensions. Il est urgent de respecter les personnels et de les associer".

Selon le Baromètre un tiers des personnels n’attendent déjà rien du nouveau quinquennat. E Macron a annoncé une autre méthode. "L’état d’esprit des personnels se dégrade : en effet, seuls 59% des personnels attendent encore quelque chose du prochain gouvernement", estime F Marchand. "Les réponses aux questions d’actualité, sur les priorités éducatives et sur les propositions qui ont émergé dans le débat électoral, témoignent du besoin urgent d’un débat apaisé, loin des caricatures et des coups de pression. Les personnels veulent être reconnu·es et respecté·es, et attendent des politiques cohérentes et ambitieuses sur le long terme pour de nombreux sujets tels que l’inclusion, la transition écologique ou encore le climat scolaire... Il faut prendre le temps de parler.

On a besoin de débats qui permettent d’associer les personnels, à condition que les conclusions ne soient pas écrites à l’avance". Au niveau de délabrement moral où les 5 années de JM Blanquer laisse l’Ecole, sans réel changement le gouvernement prend le risque de voir l’Ecole s’effondrer.

François Jarraud

Les résultats

Extrait de cafepedagogique.net du 24.05.22

 

Jean-Michel Blanquer avait perdu quasiment toute crédibilité auprès des enseignants (baromètre UNSA Education)

Avec 87 % des personnels de l’Education nationale qui sont "en désaccord avec les choix politiques faits dans leur secteur", un taux qui atteint les 92 % chez les enseignants du 1er degré, qui dépasse les 93 % chez les enseignants du 2nd degré, Jean-Michel Blanquer quitte le ministère de l’Education nationale sur un score qui n’a cessé de se dégrader, puisqu’il était de 67 % en 2017, de 83 % en 2019, selon le "baromètre des métiers de l’éducation, de la recherche et de la culture" publié chaque année depuis 10 ans par l’UNSA éducation et que présentait à la presse son secrétaire général, Frédéric Marchand, ce 23 mai.

Cette année, avec près de 43 000 réponses à son questionnaire (8 000 de plus que l’année dernière), dont 33 % d’adhérents ou de sympathisants de l’UNSA, 24 % d’une autre organisation syndicale, 43 % ne se sentant proches d’aucune, reçues entre 7 mars et le 7 avril, l’UNSA éducation dispose de données qui permettent de dresser un portrait assez fidèle de chacun des métiers.

Interrogés sur les mots qui "caractérisent le mieux leur état d’esprit", tous métiers et ministères confondus, seuls 5 % des répondants se disent "optimistes", 1% coche la case "bien-être", 58 % la case "fatigue", 30 % la case "colère", 28 % la case "résignation"... 38 % des répondants indiquent qu’ils "sont prêts à changer de métier" et même 29 % pourraient aller dans le secteur privé. Si un tiers des répondants conseillerait leur métier à un.e jeune, ce n’est le cas que de 16 % des enseignants. Ils sont pourtant 74 % à déclarer qu’ils sont "heureux d’exercer leur profession" (75 % pour les enseignants du 1er degré, 70 % dans le second degré), un pourcentage qui reste élevé mais qui est en baisse de 6 points par rapport à 2017.

La première préoccupation est le pouvoir d’achat pour 68 % des répondants, suivie de la charge de travail pour 45 % d’entre eux, ce qui était déjà le cas précédemment, mais à des degrés moindres (en moyenne sur les 5 dernières années, les taux étaient de 61 et 42 %).

L’UNSA éducation a pourtant le sentiment que les personnels ne demandent pas un nouveau bouleversement, mais plutôt que soit "réparée" la relation des personnels avec le ministère de l’Education nationale. A noter que les taux de désaccord avec les choix politiques dans leur secteur d’activité sont élevés, mais moins forts dans l’enseignement supérieur, 75 %, Jeunesse & Sports, 74 %, et Agriculture, 70 %.

Extrait de touteduc.fr du 23.05.22

 

EXTRAITS

Deux tableaux donnent des chiffres comparatifs EP/hors EP :

Education prioritaire (17e rang) : https://nuage.unsa.org/index.php/s/SpgEM4SStscBd25?dir=undefined&openfile=6123897

Education prioritaire (18e rang) : https://nuage.unsa.org/index.php/s/SpgEM4SStscBd25?dir=undefined&openfile=6123877

Répondre à cet article