> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES (en EP) > PEDAGOGIES (LES) > Pédag. des enfants d’immigrés et Eana > 2e édition de la Semaine de l’intégration du ministère de l’Intérieur (octobre (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

2e édition de la Semaine de l’intégration du ministère de l’Intérieur (octobre 2022) en Seine-Saint-Denis : des actions dans des classes UPE2A d’écoles et collèges en EP

8 novembre

Semaine de l’intégration 2022 en Seine-Saint-Denis

Pilotée par la direction générale des étrangers en France du ministère de l’Intérieur (DGEF), la 2e édition de la Semaine de l’intégration s’est tenue du 17 au 21 octobre 2022.

Cette semaine est un moment privilégié pour valoriser les initiatives, les réalisations et la mobilisation continue de tous les acteurs - ministères, collectivités territoriales, associations et entreprises - engagés pour l’intégration. Cet événement vise également à faire connaître davantage l’offre de services disponibles auprès du public concerné.
L’intégration des étrangers primo-arrivants se réalisant avant tout au plus près des territoires, la Semaine de l’intégration a un caractère territorial fort.

La Semaine de l’intégration poursuit plusieurs objectifs :

  1. - offrir un temps de valorisation et d’échanges autour des actions mises en œuvre par l’ensemble des acteurs mobilisés sur le territoire pour l’intégration des étrangers primo-arrivants,
  2. - porter les actions sur le renforcement de la connaissance par les étrangers de l’offre de services disponible pour favoriser leur intégration,
  3. - valoriser les progrès réalisés en matière d’intégration des étrangers primo-arrivants, en mettant notamment en évidence les initiatives territoriales.

Dans l’éducation nationale

Au sein des écoles et des établissements, les élèves allophones nouvellement arrivés en France sont accueillis dans des unités pédagogiques pour élèves allophones arrivant (UPE2A).
Ces élèves sont inscrits dans une classe correspondant au niveau scolaire acquis dans leur pays d’origine avec leurs camarades et se retrouvent pour des temps spécifiques d’apprentissage du français oral et écrit au sein de l’UPE2A avec un professeur dédié ayant suivi une formation spécifique à cet accompagnement.
L’enjeu est important ; après cette année, ils doivent pouvoir continuer leur parcours dans une classe ordinaire.
Le département de Seine-Saint-Denis compte environ 200 classes au sein desquelles des enseignants formés au français langue étrangère permettent aux enfants d’apprendre la langue française.

Les remises de DELF (diplôme d’études en langue française) qui ont lieu en présence de Mme Kuehn, directrice académique adjointe chargée de l’accompagnement des élèves à besoins particuliers, témoignent des beaux parcours de ces élèves (de la seconde générale au CAP) et de leur volonté d’intégration. Mme Kuehn a assisté à ces cérémonies le 18 octobre au lycée Georges Brassens de Villepinte et le 20 octobre au lycée Gustave Eiffel de Gagny.

L’opération "Ouvrir l’école aux parents pour la réussite des enfants" (OEPRE), conduite en partenariat entre le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer et le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, participe de cette volonté de faciliter l’intégration en impliquant des parents d’élèves, primo-arrivants, immigrés ou étrangers hors Union européenne, volontaires dans la scolarité de leurs enfants. Pour les aider, des formations gratuites leurs sont proposées au sein d’écoles, de collèges et de lycées qui ont pour objectif de permettre : l’acquisition du français, la connaissance des valeurs de la République et leur mise en œuvre dans la société française, la connaissance du fonctionnement et des attentes de l’École vis-à-vis des élèves et des parents.
Mme Rackette, la sous-préfète de Bobigny, s’est rendue le 17 octobre au collège [REP] Denis Diderot d’Aubervilliers pour une présentation du dispositif OEPRE pour les parents étrangers.

Quelques exemples d’actions ci-dessous montrent tout l’engagement des jeunes et de leurs enseignants dans des apprentissages qui facilitent l’intégration.
[...]

L’école au jardin, le jardin à l’école : au coeur des apprentissages des élèves non francophones de l’école [REP] Daniel Sorano de Saint-Denis

Chaque année, depuis 5 ans, les élèves du dispositif UPE2A de l’école élémentaire Daniel Sorano de Saint-Denis apprennent le français en jardinant. Le projet "Un jardin à l’école, l’école au jardin" au jardin Haguette, au coeur de la ville de Saint-Denis, permet aux élèves d’entrer plus rapidement dans l’apprentissage de la langue française, de la lecture et de l’écriture. Le jardin est également devenu un lieu de transmission et d’échanges intergénérationnels avec les bénévoles du collectif Haguette et permet de valoriser et développer les savoir-faire et les compétences que ces élèves ont déjà en arrivant.

Vidéo

Le reportage en ligne sur le site de la DSDEN
Fiche OZP

 

Les élèves d’UPE2A partagent leurs patrimoines

Patrimoine en partage® est un projet destiné aux élèves des Unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants (UPE2A). L’action est basée sur la transversalité et le partage avec les autres des richesses de la culture d’origine de chaque élève ; une pédagogie de l’épanouissement, personnel et collectif, qui permet de renforcer le lien social à travers les notions de culture et de patrimoine. En 2020-2021, six classes d’accueil du second degré du département ont été accompagnées dans ce projet.

Patrimoine en partage® (PeP) est un projet destiné aux élèves des Unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants (UPE2A), des classes « d’accueil » pour les élèves nouvellement arrivés en France et ne maîtrisant pas suffisamment le français.

Mis en place pour la première fois au cours de l’année scolaire 2013-2014, le contenu pédagogique, ainsi que le déroulé du projet sur l’année scolaire, sont le fruit d’un partenariat entre l’association Patrimoine sans frontières et la Direction des services départementaux de l’éducation nationale de la Seine-Saint-Denis (DSDEN 93). Créée en 1992, l’association a pour mission de valoriser et de renforcer le lien social au sein de populations en situation de rupture, en soutenant leur reconstruction et leur développement à travers leur héritage culturel.

L’action vise à faire travailler des jeunes âgés de 11 à 18 ans à partir de leurs cultures d’origine, dans un climat d’échanges, de respect de l’autre et de ses différences. Le projet permet ainsi de favoriser de manière ludique et originale la maîtrise du français, la découverte de l’autre, l’intégration sociale et culturelle et l’inclusion scolaire de ces jeunes, tout en proposant une approche pédagogique innovante développée à partir de leurs connaissances. Patrimoine en partage® est une pédagogie de l’épanouissement, personnel et collectif, qui permet de renforcer le lien social à travers les notions de culture et de patrimoine.

Forts du succès rencontré auprès des élèves comme des enseignants en 2013-2014, PeP a été reconduit d’année en année. Depuis 2013, en collaboration avec le coordonnateur des dispositifs UPE2A de la DSDEN 93, l’association Patrimoine sans frontières a accompagné 56 équipes enseignantes de la Seine-Saint-Denis et plus de 1120 jeunes allophones. Le projet a bénéficié de l’agrément de l’académie de Créteil pour les années 2015 à 2020 et son renouvellement est en cours cette année.

Durant l’année, les jeunes doivent réfléchir successivement à quatre thèmes :

  1. - Le lieu : un endroit qui a une histoire et une signification particulière pour l’élève, pour son pays, sa ville, sa famille ou son histoire personnelle.
  2. - La langue : un texte écrit ou dit dans la langue d’origine de l’élève. Ce thème fait écho à la transmission orale et écrite des mots, et ainsi des histoires, idées ou connaissances. Les types de texte sont nombreux : romans, poèmes, pièces de théâtre, proverbes, chansons, etc.
  3. - La fête : souvent l’occasion de célébrer dans la joie un évènement ou un moment qui sort du quotidien, la fête permet de transmettre du patrimoine ; tout le monde y participe à son niveau et l’on peut y apprendre à danser, à fabriquer un objet, à réaliser un costume, à cuisiner un plat… Certaines fêtes sont les mêmes partout dans le monde mais avec des manières de les célébrer qui peuvent varier, d’autres ne sont célébrées que dans certaines parties du globe.
  4. - Un thème libre : c’est l’occasion pour chaque élève d’évoquer un élément propre à sa culture qui lui est cher et qu’il n’a pas évoqué au cours des trois premiers thèmes. Il peut ainsi s’agir d’un autre lieu, texte, ou d’une autre fête, mais également d’un objet, d’un plat, d’une personnalité…

S’ajoute à ces thèmes, un dernier, commun à la classe : la découverte d’un patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis. Les élèves peuvent effectuer des visites d’une institution patrimoniale du département, dans une perspective de découverte du patrimoine local. Il s’agit là, dans une démarche de réciprocité, de permettre aux élèves de découvrir à leur tour le patrimoine de leur territoire d’accueil pour faire le lien avec ce dernier. Des partenariats ont été créés à cet effet, pour offrir aux dispositifs des visites adaptées. Les classes peuvent ainsi visiter : le site des archives départementales de Bobigny, le site des archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine, le site des archives diplomatiques de La Courneuve, l’archéo’site de la Haute-Île à Neuilly-sur-Marne ou la basilique-cathédrale de Saint-Denis.

Les élèves doivent faire des recherches sur leur culture d’origine (informations, documents, iconographies, questionnements à leurs proches…) et présenter leurs productions à l’écrit et à l’oral, ce qui va leur permettre de découvrir les spécificités culturelles de chacun.
L’ensemble des réalisations des élèves est ensuite intégré dans un outil numérique qui permet de valoriser leur travail et de le diffuser.
Un livre souvenir, construit à partir des réalisations des élèves et financé par l’association PSF, est remis aux élèves en fin d’année et leur permet de garder une trace concrète de leur travail et de leur progression.

L’action Patrimoine en partage® est basée sur la transversalité et le partage avec les autres des richesses – matérielles et immatérielles – de la culture d’origine de chaque élève. Ce travail contribue à l’objectif premier de l’UPE2A, qui est la maîtrise du français et l’acquisition de bases afin de pouvoir intégrer par la suite une classe ordinaire en fonction des acquis : au travers du travail de chaque élève, c’est une identité personnelle qui se fait connaître et reconnaître, et construit ainsi les fondements d’une intégration qui s’appuie sur les racines culturelles propres à chaque individu. Le français devient langue passerelle entre les différentes cultures, ce qui en facilite l’apprentissage. Le travail de recherche et de sélection d’informations développe l’autonomie des élèves et favorise leur prise de confiance en eux : ils se sentent plus riches, riches de leur culture et de celles des autres. Tout en apprenant, ils enseignent, une motivation motrice pour un apprentissage positif.

En 2020-2021, six classes d’accueil du second degré ont été accompagnées dans ce projet :

  1. - UPE2A du collège Jean Moulin à Montreuil [REP]
  2. - UPE2A du collège Jean-de-Beaumont à Villemomble
  3. - UPE2A du collège Evariste-Galois à Epinay-sur-Seine [REP]
  4. - UPE2A du collège Evariste-Galois à Sevran [REP+]
  5. - UPE2A du collège Federico-Garcia-Lorca à Saint-Denis [REP+]
  6. - UPE2A du collège Henri Wallon à Aubervilliers [REP+]

Le travail des élèves en images (extraits des livres souvenirs) (7 pages)

Plus d’informations sur le site de Patrimoine sans frontières

Reportage du 07.07.22

 

Extrait de dsden93.ac-creteil.fr du 21.10.22

Répondre à cet article